Brussieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Brussieu
Brussieu
Blason de Brussieu
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Lyon
Intercommunalité Communauté de communes des Monts du Lyonnais
Maire
Mandat
Catherine Lotte
2020-2026
Code postal 69690
Code commune 69031
Démographie
Population
municipale
1 374 hab. (2020 en augmentation de 6,59 % par rapport à 2014)
Densité 204 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 44′ 56″ nord, 4° 31′ 31″ est
Altitude Min. 297 m
Max. 599 m
Superficie 6,74 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Lyon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales L'Arbresle
Législatives dixième circonscription du Rhône
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Brussieu
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Brussieu
Géolocalisation sur la carte : Rhône
Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 14.svg
Brussieu
Géolocalisation sur la carte : Rhône
Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 14.svg
Brussieu

Brussieu est une commune française, située dans le département du Rhône en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Brussieu se trouve 42 km à l'ouest de Lyon, 55 km au nord-est de Saint-Étienne et 42 km au sud-ouest de Villefranche-sur-Saône.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune de Brussieu a pour voisines les communes de Brullioles au nord, de Saint-Laurent-de-Chamousset à l'ouest, de Saint-Genis-l'Argentière au sud-ouest, de Courzieu au sud et de Bessenay à l'est.

Relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

La commune de Brussieu bénéficie d'un climat semi-continental avec des étés plutôt chauds et hivers plutôt froids avec, parfois, de la neige en hiver.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Desserte routière[modifier | modifier le code]

Transports en commun routiers[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la ligne 142 (ancienne T66) du réseau des cars du Rhône qui relie Aveize Centre médical à Sain-Bel et L'Arbresle ou Marcy-l'Étoile, ainsi que par des lignes « fréquence », principalement destinées aux scolaires.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Brussieu est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lyon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 398 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (66,5 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (74,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (61,5 %), forêts (19,7 %), zones urbanisées (10,1 %), zones agricoles hétérogènes (5 %), mines, décharges et chantiers (3,7 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Au XVe siècle; Jacques Cœur rachète les mines de plomb argentifère de la montagne de Pampailly, sur la commune de Brussieu, puis les développe, en faisant la mine d'argent la plus productive du royaume de France[8].

Les Hospitaliers[modifier | modifier le code]

Le lieu-dit La Roche était le chef-lieu d'une seigneurie de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem avec rentes, cens, directe et toute justice s'étendant sur les villages de La Giraudière, Cruzille, Lardellier[Note 3] et Chyrofore et sur plusieurs villages de la paroisse de Courzieu à La Moronnière, Sottizon, La Bernardière, Jaquemetières, Lautrière et Pasqualières. L'existence de la « domus Hospitalis de Rup(p)e » est attestée dès 1263[9]. La Roche était un membre de la commanderie de Chazelles-sur-Lyon au sein du grand prieuré d'Auvergne. Son château et les bâtiments attenants étaient déjà ruinés en 1615[10].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1953 Claude Nicolas    
1953 1977 Jean-François Déclerieux    
1977 mars 2001 Raymond Lotte    
mars 2001 mars 2014 Bruno Chazallet    
mars 2014 en cours Catherine Lotte-Petitjean DVC Cheffe d'entreprise, conseillère départementale depuis 2021
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Brussieu fait partie de la communauté de communes des Monts du Lyonnais. La commune a souhaité adhérer à la communauté de communes du Pays de L'Arbresle en vain.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[12].

En 2020, la commune comptait 1 374 habitants[Note 4], en augmentation de 6,59 % par rapport à 2014 (Rhône : +4,53 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
540239556607671682652674722
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
647640673888695723728684737
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
752695638559688803780571601
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
5375064456126417529299661 145
2014 2019 2020 - - - - - -
1 2891 3791 374------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Associations[modifier | modifier le code]

Le village de Brussieu possède un tissu associatif fort. Il possède des associations pour toutes et tous pour tout les âges. Les associations sont les suivantes : Associations des jeunes (Yoga, Club photo, Chorale, Cours d'informatique, Gym senior, Taï Chi Chuan, Danse moderne, Méditation, Pêche à la mouche), Tous en Famille "Brussieu-La Gie", Club des 4 saisons (Activités pour seniors), Sou des écoles de la Giraudière, Sou des écoles de Brussieu, Boule de la Basane, Boule de la Giraudière, Football Club de la Giraudière, Société de Chasse, Pancu Rossand Environnement ou encore So Mode.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La commune accueille plusieurs animations, fêtes ou évènements à l'échelle locale ou d'origine régionale. On peut ainsi citer les vide greniers en avril, plusieurs évènements en mai comme le chant de mai dans la nuit du 30 avril au 1er mai, la marche découverte du patrimoine du val du Rossand au Mont Pancu et la fête des classes. Au début de l'été les feux de la Saint Jean ainsi que le gala de danse sont organisés par l'association des jeunes. Puis en fin d'année, la vogue lors du quatrième week-end de septembre, la fête de l'artisanat le premier dimanche d'octobre et enfin la retraite aux flambeaux et la fête des lumières le 8 décembre. Chaque vendredi soir le "Ciné des monts" est à Brussieu. Ce cinéma itinérant vous propose une sélection des meilleurs films nationaux et internationaux à l'affiche.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Denis (saint patron de Brussieu) : inversée depuis sa restauration, elle ne fait plus face à Jérusalem. On peut voir les insignes et le blason de Jacques Cœur sur la porte d'entrée. Une inscription sur le mur d'une chapelle latérale indique l'année 1557. La dernière rénovation date de 1995. Elle abrite un confessionnal datant de 1751 classé monument historique[15]
  • La chapelle Notre-Dame-de-l'Assomption, à La Giraudière, construite en 1952, est de style moderne.
  • Les mines de plomb argentifère de Pampailly : exploitées par Jacques Cœur, argentier du roi Charles VII, elles font l'objet de fouilles archéologiques depuis 1980.
  • La Maison de la mine d'argent Jacques Cœur, musée de présentation de l'exploitation de la mine d'argent.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jacques Cœur, argentier du roi a exploité pendant plusieurs années les mines d'argent de Pampailly[16].

Généalogie[modifier | modifier le code]

  • L'association Les Généalogistes de la Vallée du Gier ou Geneagier a numérisé les registres et les publie (1609-1896) sur son site Internet.

Héraldique[modifier | modifier le code]

D'argent à la fasce d'azur chargée de trois crocs d'or, accompagnée en chef de deux cœurs de gueules et en pointe d'une coquille de sable

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Lieux-dits Chez Lardellier et Le Moulin, anciennement « Le moulin Lardellier », « Lardillier » (Cassini).
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Lyon », sur insee.fr (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Paul Benoit, La mine de Pampailly, XVe – XVIIIe siècles : Brussieu, Rhône, Alpara, coll. « DARA », (ISBN 9782916125336, lire en ligne), p. 23-34.
  9. Marie-Claude Guigue, Documents Lyonnais : documents inédits pour servir à l'histoire des anciennes provinces de Lyonnays, Forez, Beaujolais, Dombes, Bresse et Bugey, t. II, (lire en ligne), p. 152 (doc. 607)
    En janvier 1263, on trouve le commandeur de Chazelles, Saint-Bonnet et La Roche. Également en 1281, le commandeur de La Roche, p. 449, doc. 770.
    .
  10. Maurice de Boissieu, « Excursion archéologique de la société de la DIANA à Saint-Galmier, Saint-Médard, Chevrières et Chazelles-sur-Lyon le 21 juillet 1898 (compte-rendu) », Bulletin de la Diana,‎ , p. 481-482, lire en ligne sur Gallica.
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  15. « Monuments historiques ».
  16. BENOIT, Paul, La mine de Pampailly, XVe-XVIIIe siècles : Brussieu, Rhône : Nouvelle édition [en ligne], Lyon, Alpara, (ISBN 9782916125336, lire en ligne).