Longessaigne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Longessaigne
Vue d'ensemble de Longessaigneau début du XXe siècle.
Vue d'ensemble de Longessaigne
au début du XXe siècle.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Villefranche-sur-Saône
Canton L'Arbresle
Intercommunalité Communauté de communes des monts du Lyonnais
Maire
Mandat
Bruno Goujet
2014-2020
Code postal 69770
Code commune 69120
Démographie
Population
municipale
598 hab. (2014)
Densité 50 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 47′ 33″ nord, 4° 25′ 29″ est
Altitude Min. 539 m – Max. 788 m
Superficie 11,92 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 14.svg
Longessaigne

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 14.svg
Longessaigne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Longessaigne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Longessaigne

Longessaigne est une commune française située dans le département du Rhône, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Longessaigne est situé dans les monts du Lyonnais, à l’ouest du département du Rhône, aux confins de la Loire. Distant de Lyon de 45 km et de 60 km de Saint-Étienne, Longessaigne est membre du canton de Saint-Laurent-de-Chamousset et de la communauté de communes des monts du Lyonnais. Le village s’élève à une altitude moyenne de 700 m, son point culminant étant Molagy qui est à une altitude de 730 m, son point le plus bas étant la Brigadée et la Mazalière à 600 m. Il s’étend sur une superficie de 1 191 hectares. Le territoire communal est desservi par 40 km de chemins qui parcourent les différents hameaux. Les routes départementales relient Longessaigne à ses villages voisins que sont : Villechenève au nord ; Montrottier à l’est ; Saint-Clément-les-Places et Brullioles au sud et Chambost-Longessaigne à l'ouest. Le village s’étale en amphithéâtre au pied de Molagy, la campagne est vallonnée aux pentes plus ou moins vives avec quelques replats. Le sol est silico-calcaire, arable sur une petite profondeur ; le sous-sol est granitique. L’eau est partout, les sources sont profondes, trois petits ruisseaux serpentent au fond des vallées, recueillant surtout les eaux de ruissellement et sont souvent secs en été.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Villechenève Rose des vents
Chambost-Longessaigne N Montrottier
O    Longessaigne    E
S
Saint-Clément-les-Places, Saint-Laurent-de-Chamousset Brullioles

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village comporte des biens fonciers bâtis et quelques terrains autour des immeubles :

- l’église et son presbytère devenu le restaurant d’enfants et la bibliothèque ;

- le bâtiment de la mairie abrite les salles municipales et l’agence postale avec ses dépendances ;

- la salle des sociétés qui était l’école communale de filles héberge aujourd’hui un artisan céramiste. La commune n’a plus d’école publique mais tous les enfants du primaire sont scolarisés à l’école privée qui comporte 3 classes ;

- le cimetière à son emplacement actuel fut créé en 1845. En son centre est érigée une grande croix en fer forgé au socle de pierre qui se dressait déjà dans le cimetière de l’église. Il fut agrandi au début du XIXe siècle et un nouveau terrain contiguë vint doubler l’enclos en 1990 ;

- à proximité, le site de Rampot (terrain de pique-nique) a été aménagé autour de la croix datant de 1872 ;

- au sud du village, la commune a acquis un vaste terrain où a été construit un bâtiment dans lequel s’est installée la salle de cinéma ;

- une salle polyvalente fut bâtie en 1984. Elle domine le lotissement « Les Primevères », entourée d’un boulodrome et d’un terrain de sport. Au nord de ce domaine se trouve la résidence Pinfolet où sont groupées les maisons en location de l’OPAC du Rhône ;

- une zone artisanale située à Chancolan où sont implantées les sociétés « Les Trois Chênes » et « IT CONCEPT ».

Construit en 1920, le lavoir communal a disparu. Au milieu de la Place se trouve « le Boidon » : c’était un tilleul mémorable puisque planté à l’époque de Sully. Il a survécu jusqu’en 1970 puis a été remplacé par un autre tilleul. Sa dénomination évoque une histoire qui s’est déroulée vers 1800. À la suite d’une bagarre entre les jeunes de Longessaigne et de Villechenève, ces derniers ont voulu se venger et sont venus de nuit pour fendre l’arbre à la hache. Pour l’empêcher de périr, un apport de terre a été fait au pied de l’arbre et les habitants de Longessaigne l’arrosaient en disant « Bois donc » : c’est ainsi que s’est perpétué l’appellation. Lorsque le tilleul a été remplacé, la terre et le mur de soutien furent reconstruits sur la même circonférence et avec les mêmes matériaux.

Climat[modifier | modifier le code]

Le village subit les vents des quatre points cardinaux, la pluie ne vient que par le midi et l’ouest, rarement du nord ou de l’est. La bise souffle souvent. Le climat est plutôt sec, l’humidité est moyenne : 60 cm d’eau par an. Les températures varient de –15 °C les hivers rudes à +25 °C en saison chaude. L’ensoleillement dure au moins 300 jours par an, la neige est devenue rare.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Michel Rampon    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 598 habitants, en diminution de -0,99 % par rapport à 2009 (Rhône : 5,17 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
700 545 624 733 791 921 1 038 1 057 1 023
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 028 1 048 1 065 958 973 955 1 018 921 881
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
830 865 800 731 732 692 705 679 654
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
561 508 457 444 483 511 597 601 598
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Cadre de vie[modifier | modifier le code]

Environnement[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le clocher de l'église.
Le Boidon.
  • L'église, de style roman, a été construite entre 730 et 750.
  • Le Boidon, tilleul et muret sur la place du village. Le nom viendrait des Bédouins (les habitants du village) qui voulant sauver l'arbre lui auraient dit « Bé don » (Bois donc).
  • « Le Tunnel », vestige de la ligne de fer qui devait relier Panissières (Loire) à L'Arbresle (Rhône).
  • La Tour du Canet.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Foire de la Sainte-Blandine (mai).
  • Brocante/Vvde-greniers (premier dimanche de septembre).
  • La Randonnée des clochers (deuxième dimanche de septembre).
  • Séance de cinéma en plein air avec méchoui (en juillet).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]