Montrottier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Montrottier
Le village.
Le village.
Blason de Montrottier
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Villefranche-sur-Saône
Canton L'Arbresle
Intercommunalité Communauté de communes des monts du Lyonnais
Maire
Mandat
Bernard Chaverot
2014-2020
Code postal 69770
Code commune 69139
Démographie
Gentilé Montrottois et Montrottoises
Population
municipale
1 347 hab. (2014)
Densité 58 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 47′ 27″ nord, 4° 28′ 03″ est
Altitude Min. 460 m – Max. 851 m
Superficie 23,1 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 14.svg
Montrottier

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 14.svg
Montrottier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montrottier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montrottier

Montrottier est une commune française située dans le département du Rhône, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Montrottier se situe dans les monts du Lyonnais, à 45 km de Lyon et 20 km de Tarare, à une altitude de 669 m.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Affoux Saint-Forgeux Ancy Rose des vents
Villechenève N Saint-Julien-sur-Bibost
O    Montrottier    E
S
Longessaigne Brullioles

Histoire[modifier | modifier le code]

Aucune trace d'occupation n'est attestée pendant la période romaine, tant au niveau archéologique que bibliographique[1]. C'est vers 985 que l'abbaye de Savigny fit élever un château à Montrottier, à la fois pour servir à la défense de Savigny, de la route de Feurs et du village.

Dans le cours de son histoire, le château de Montrottier eut à soutenir plusieurs sièges ; il fut notamment pris et démantelé par l’archevêque Renaud en 1196, lors des guerres de l’Église de Lyon avec l’abbaye de Savigny.

Pendant la guerre de Cent Ans, le roi Jean le Bon institue à Montrottier un marché qui devait se tenir tous les lundis. En 1693, le roi Louis XIV confirme le privilège des marchés de Montrottier ; c’est à cette époque que remonte la construction des halles qui subsistent encore.

En 1790, Montrottier appartient au canton de Bessenay. Les céréales, le foin et le bois sont les principales productions, le commerce de bestiaux y est important. Le tissage de la soie s'y développe au milieu du XIXe siècle.

En 1865 parut la première locomotive et la voie ferrée passant à L'Arbresle.

En 1883, un incendie détruisit une partie du château de Montrottier. Le clocher de l’église en forme de dôme fut remplacé par un autre à toiture à quatre pans de style gréco-byzantin, surmonté d’une croix grecque et d’une couronne.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1979 1989 André Chaverot    
1989 2001 Jean Mathieu    
2001 en cours Bernard Chaverot PRG Conseiller général (2004-2015)
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté de communes des monts du Lyonnais.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 347 habitants, en diminution de -0,96 % par rapport à 2009 (Rhône : 5,17 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 600 886 1 531 1 577 1 808 1 855 1 888 1 931 1 978
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 884 1 911 1 915 1 780 1 816 1 848 1 762 1 700 1 642
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 592 1 514 1 404 1 239 1 174 1 152 1 121 1 052 1 043
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
1 043 963 953 1 157 1 337 1 358 1 388 1 334 1 347
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Événements[modifier | modifier le code]

  • Fête des œufs : chaque année depuis 1963, pendant le dimanche de Pâques, des milliers d'œufs de poule sont cachés aux bords des routes et chemins à travers toute la commune par les habitants. C'est aussi l'occasion d'organiser des défilés, des expositions, des animations…
  • Rassemblement international de side-cars : en 2007, l'Amicale Sidecariste de France a organisé le rassemblement de plus de 300 équipages de side-cars à Montrottier durant cinq jours.
  • La Randonnée pédestre du 1er-Mai.

Galerie Photos[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Odile Faure-Brac, Carte archéologique de la Gaule - Le Rhône, 69/1, (ISBN 2-87754-096-0), p. 288
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .

Liens externes[modifier | modifier le code]