La Chapelle-sur-Coise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Chapelle-sur-Coise
La Chapelle-sur-Coise
Vue de La Chapelle-sur-Coise depuis la Madone.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Lyon
Canton Vaugneray
Intercommunalité CC des Monts du Lyonnais
Maire
Mandat
Christiane Bouteille
2014-2020
Code postal 69590
Code commune 69042
Démographie
Population
municipale
583 hab. (2015 en augmentation de 9,59 % par rapport à 2010)
Densité 89 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 39′ 15″ nord, 4° 29′ 56″ est
Altitude Min. 599 m
Max. 784 m
Superficie 6,58 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 14.svg
La Chapelle-sur-Coise

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 14.svg
La Chapelle-sur-Coise

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Chapelle-sur-Coise

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Chapelle-sur-Coise
Liens
Site web www.lachapellesurcoise.fr

La Chapelle-sur-Coise est une commune française, située dans le département du Rhône en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Aveize Duerne Rose des vents
Pomeys N
O    La Chapelle-sur-Coise    E
S
Larajasse Saint-Martin-en-Haut

Histoire[modifier | modifier le code]

Au cours de la Révolution française, la commune porte provisoirement le nom de Vaudragon[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 octobre 2012[2] Raymond Pupier SE  
octobre 2012[3] en cours Christiane Bouteille    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté de communes des monts du Lyonnais.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[5].

En 2015, la commune comptait 583 habitants[Note 1], en augmentation de 9,59 % par rapport à 2010 (Rhône : +5,61 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
289290285277371363383410383
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
368420394365363384420409392
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
380395359323336332304311305
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
282244243294313382484499513
2013 2015 - - - - - - -
565583-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Chapelliades, randonnée pédestre des 4 terrons, fête de la musique, fête des classes, etc.

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Environnement[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La Madone[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une statue de la Vierge Marie, haute d'environ 2,50 m, dressée sur une immense colonne. Son accès se fait uniquement à pied car elle se trouve dans un bois, en face de l'église, à côté du cimetière. Cette Madone a été construite et érigée par Pierre Villard (1851-1925) dans les années 1870. Il est gravé au pied de la colonne : « Ô Marie conçue sans pécher, priez pour nous qui avons recours à vous. Ave Maria. »

Les monuments aux morts[modifier | modifier le code]

La Chapelle-sur-Coise (Rhône), monument aux morts de l'église.
Monument aux morts de la Chapelle-sur-Coise (Rhône)

Dans l'église paroissiale, une stèle commémore le souvenir des morts de la commune en 14-18. Ce monument inauguré après la Première Guerre a fait office d'unique lieu de mémoire jusqu'à l'installation en 2011 d'une plaque au chevet de l'église, sans gravure de nom[7].

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune obtient le niveau « une fleur » au concours des villes et villages fleuris[8].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. « Démission de Raymond Pupier : un nouveau maire sera élu ce soir », sur leprogres.fr, (consulté le 17 novembre 2012)
  3. « Après la démission de Raymond Pupier, Christiane Bouteille a été élue maire », sur leprogres.fr, (consulté le 17 novembre 2012)
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  7. http://monumentsmorts.univ-lille3.fr/communes
  8. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 20 juillet 2014).