Prix Louis-Paul-Miller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le prix Louis-Paul-Miller, de la fondation du même nom, est un ancien prix annuel de philosophie, créé en 1938 par l'Académie française et « destiné à récompenser des ouvrages de nature à faire aimer la morale et la vertu, particulièrement la fidélité du souvenir et la reconnaissance »[1].

Lauréats[modifier | modifier le code]

  • 1939 :
    • Justin Barrachin (1888-1967) pour La montagne m'a dit...
    • Marie Barrère-Affre pour Le village de Toub
    • Lucien Béranger pour La main tendue
    • Berthe Bernage pour Elle et son mari
    • Arlette Butavand pour La formation des infirmières
    • Césaire Daugé pour Proverbes gascons. Les Soubiran
    • Marcelle Dutheil pour De l'amour à la chaîne
    • Claude Gevel (1886-1968) pour La fille de Bussy
    • Albert Giuliani (1884-1961) pour Un cœur d’homme
    • Éveline Le Maire (1876-1961) pour Les fruits mûrs
    • Henri Caillemer dit Charles Mauban pour Le pain des larmes
    • Marie René-Bazin pour Au carrefour des trois églises
    • Anne-Marie Rosset pour La Restauration et les Cent Jours
  • 1940 :
    • Émile Lauvrière pour Histoire de la Louisiane française
    • Paul Leroy pour Au seuil du paradis des images
    • Jean Monval (1882-1942) pour Les Assomptionnistes, Les Sulpiciens et Les Frères hospitaliers de Saint-Jean-de-Dieu
  • 1942 :
  • 1943 :
  • 1944 :
    • Joseph Budin pour Sous le toit des tristes
    • Hervé du Halgouët pour Par monts et par vaux au pays de Josselin
    • Jacques Levron (1906-2004) pour Les saints du pays angevin
    • Albert Rèche (1913-2016) pour Vie de Mermoz
  • 1945 :
    • Mme Jean de Busca pour Sillages
    • Pierre-Maurice de Styx pour l'ensemble de son œuvre
    • Paul Ronin (1885-1964) pour D'azur au lion d'argent
  • 1946 :
  • 1947 :
    • Albert de Pouzols pour Les rebelles du Saint-Pierre
    • Joseph Onfray (1907-1974) pour L'âme résiste
    • Adrien Printz (1908-1987) pour Chronique lorraine
  • 1948 :
    • Marc Leproux (1898-1973) pour Nous, les terroristes
    • Raymond Ronze (1887-1966) pour Le Commonwealth britannique et le monde anglo-saxon
  • 1949 :
  • 1950 :
  • 1951 :
    • R.P. Georges Cadel (1911-1997) pour La libération du pays de Coutance
    • Dr Jean-Max Eylaud (1896-1979) pour Louisa, fille des Isles
    • Pierre Froger (1897-1979) pour Autrefois ... chez nous
    • Abbé Joseph Toussaint (1889-1983) pour La percée américaine à l'ouest de Saint-Lô
  • 1952 : Robert Dufourg (1897-1988) pour Brassard rouge, foudres d'or
  • 1953 :
    • Henri-Victor Brunel pour La geste des captifs
    • Alfred Marie pour Avranches, souvenirs de l’occupation et de la Libération
    • Léon Rouillon pour Les compagnons du premier jour
    • Simone Saint-Clair pour Le flambeau ardent
  • 1954 :
    • Jean Decoux pour Sillages dans les mers du Sud
    • Bernard Esdras-Gosse pour Les hommes parqués
    • Marcel Fevre (1897-1977) pour Guerre et chirurgie
  • 1955 :
    • Julien Guillemard (1883-1960) pour L’Enfer du Havre
    • André Marèse pour Le soldat inconnu vous parle
    • Abbé Pierre Prénat pour Espérance pour les lépreux
    • Robert Redslob pour Sur les sentiers des Vosges
  • 1956 :
    • Lucienne-Ella Bouet pour La vie émouvante de Marguerite Bourcet
    • Marguerite Perroy (1891-1962) pour Le Père Lestrade
    • Michel Robida pour Ces bourgeois de Paris
    • Abbé Joseph Toussaint (1889-1983) pour Le bienheureux Auguste Chapdelaine
  • 1957 : Robert Dufourg (1897-1988) et Louis-Georges Planes (1891-1974) pour Bordeaux, capitale tragique, et la base navale de Bordeaux-Le Verdon, mai-juin 1940
  • 1958 :
    • Baronne Amélie de Pitteurs (1871-1960) pour Touraine, jardin de mon enfance
    • Abbé Pierre Flament (1907-1998) pour La vie de l’Oflag IID-IIB
  • 1959 :
    • R.P. Francis Delissalde pour J’étais aumônier en Indochine
    • Raymond Lacaze pour Qu’on me pardonne d’en parler
  • 1960 :
    • Denise Aimé-Azam (1902-....) pour Le quatrième vœu
    • Geneviève Dardel (1904-1977) pour Et la Savoie devint française
  • 1961 :
    • Charles Eggermann pour Pour toi... qui as des mains
    • Henri Joubrel (1914-1983) pour Jeunesse en danger
  • 1962 : Colonel Roger Malcor (1880-1959) pour Mais oui, des héros
  • 1963 : Louis Antoine (1904-....) pour René Bazin, un témoin de l’église
  • 1964 : François Ingold pour Le Mémorial des Compagnons (1940-1945)
  • 1965 : Henri Michel pour Jean Moulin l’unificateur
  • 1966 : René-Gustave Nobécourt pour Les fantassins du Chemin des Dames
  • 1969 :
    • René d'Alsace (1890-1972) pour La rose du soir
    • Marie-Dominique Poinsenet (1906-1989) pour Par un sentier à pic
  • 1971 : Émile Vauthier (1915-1996) pour Un témoin du Christ au XXe siècle
  • 1972 : André Chédel pour Vers l’Universalité
  • 1974 : Marguerite de Gelibert-Simacourbe pour Croisière en Terre Sainte
  • 1976 : Bernard Quris pour Les portes de l’enfer
  • 1980 : François Aman-Jean pour L’enfant oublié (chronique, 1884-1905)
  • 1986 : Régis Ladous (1946-....) pour Monsieur Portal et les siens (1855-1926)
  • 1987 : Roger Merle (1922-2008) pour La Pénitence et la Peine
  • 1988 : Sylvie Servan-Schreiber (1949-....) pour Les bateaux de Benjamin

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Prix Louis-Paul-Miller », sur Académie française (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]