Camp de réfugiés

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Camp de réfugié pour Rwandais situé dans l'est de la République démocratique du Congo à la suite du Génocide rwandais

Un camp de réfugiés est un camp temporaire construit par des gouvernements ou des ONG (telles que la Croix-Rouge) pour recevoir des réfugiés. C'est un espace humanitaire artificiel, fondé sur un système urbain pour une durée limitée suite à une catastrophe naturelle ou à une crise politique. Certains camps peuvent accueillir jusqu'à plusieurs milliers de personnes.

Les différentes guerres israélo-arabes ont conduit à la construction de nombreux camps de réfugiés palestiniens, dont certains ont fini par devenir des structures permanentes. En revanche, les camps de réfugés albanais du Kosovo ont pu disparaître rapidement une fois un accord de paix conclu.

Fonctions[modifier | modifier le code]

Le camp de réfugiés a pour but d'assurer les besoins fondamentaux des victimes de guerres ou de catastrophes :

  • nourriture, hygiène ;
  • sécurité (contre des agresseurs, contre l'environnement).

Lorsque le séjour se prolonge, il importe de retrouver une structure sociale et de préparer le retour à la « vie normale ». Il est de ce fait important d'associer les réfugiés à la gestion du camp (distribution de nourriture, prévention des problèmes), de mettre en place des écoles, des loisirs, etc.

Impact[modifier | modifier le code]

Pour comprendre et suivre une situation de crise dans le temps, l’évolution et l’organisation des camps de réfugiés peuvent être suivi par satellite[1].

Quelques camps connus[modifier | modifier le code]

  • Après l'exode tibétain de 1959, plus de 150 000 Tibétains vivent en Inde, dont un grand nombre dans des camps à Dharamsala, à Mysore, et au Népal[2]. Selon un rapport publiée en 1997 par des médecins japonais ayant enquêté à Dharamsala dans le nord de l'Inde en 1992 puis en 1994, la malnutrition dans les camps de réfugiés tibétains était la cause de 40 % des décès d'enfants de moins de 5 ans et la mortalité infantile était de 162 pour mille. Ce taux était plus élevé que celui des Indiens. Il est cependant précisé que ces informations ne représentent pas une enquête clinique de tous les camps de réfugiés, les données ne reflètent pas précisément leurs conditions de santé. Depuis 1992, la collection des données cliniques des camps de réfugiés, centralisée par l'hôpital Delek, est pleinement opérationnelle. Depuis cette date, ces données sont enregistrées par les réfugiés eux-mêmes[3]. Une étude démographique réalisée par le ministère de la santé du gouvernement tibétain en exil à Dharamsala en Inde et l’Université d'Adélaïde en Australie a été publiée en 2002 dans Social Science & Medicine. Cette étude portant sur 65 000 réfugiés tibétains dans différents camps en Inde et utilisant des données collectées entre 1994 et 1996 a estimé la mortalité infantile entre 20 et 35 pour mille dans les différentes régions, une valeur clairement faible[4].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Camps de réfugiés syriens sur le territoire turc observées par satellite
  2. Prevalence of mental disorders and torture among Tibetan refugees: A systematic review
  3. (en) Koji Sowa, Tsewang Nishikura, and Kiyohiro Maruki, A Report of Two Visits to the Tibetan Refugee Camp in Dharamsala, North India. Diseases and medical programs in all the refugee camps, 1997 Internet, 3rd World Congress Japan, Health, sur le site du JICEF (Japan International Cultural Exchange Foundation) : « Malnutrition accounts for 40% of deaths of children under five years of age and infant mortality is 162 per 1,000 (...) Since the above information does not represent data from a clinical survey of all the refugee camps, the data do not necessarily accurately reflect the health condition of every camp but they do help us to understand the trends of diseases in the refugee society. Since 1992, the collection of basic clinical data at all the refugee camps, with Delek Hospital at the center, has been in full swing. From now on, data will be recorded by the refugees themselves ».
  4. (en) Shushum Bhatiaa, Tsegyal Dranyia et Derrick Rowley, A social and demographic study of Tibetan refugees in India, 2002, Social Science & Medicine, 54, pp. 411-422.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Agier, Gérer les indésirables : des camps de réfugiés au gouvernement humanitaire, Flammarion, Paris, 2008, 349 p. (ISBN 978-2-08-210566-8) [1]
  • Centre de recherche et d'action sociales (CERAS), « Des camps pour les migrants, urgence et suspicion », Projet, janvier 2009, no 308, p. 38-73
  • Alice Corbet, Nés dans les camps : changements identitaires de la nouvelle génération de réfugiés sahraouis et transformation des camps, École des hautes études en sciences sociales, Paris, 2008, 398 p. (thèse de doctorat d'Anthropologie sociale et ethnologie)

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Le camp des oubliés, film documentaire réalisé par Marie-Christine Courtès et My Linh Nguyen, Grand Angle Productions, 2004, 52' (DVD)
  • Les enfants de l'exil, film documentaire réalisé par Christopher Quinn, Newmarket Films, Culver City, Calif., National Geographic Films, 2007, 90' (DVD)
  • La vie dans les camps de réfugiés, par Marc-Antoine Pérouse de Montclos, conférencier et directeur scientifique, production L'Université de tous les savoirs, distrib. SFRS, CERIMES, 2007, 73' (DVD)
  • Le Petit Vietnam, film documentaire réalisé par Philippe Rostan, Filmover Productions, 2006, 52' (DVD)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :