Fulgencio Batista

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Batista.
Fulgencio Batista
Fulgencio Batista en 1952.
Fulgencio Batista en 1952.
Fonctions
Président de la République de Cuba

(6 ans, 9 mois et 22 jours)
Coalition Socialiste démocratique
Prédécesseur Carlos Prío Socarrás
Successeur Anselmo Alliegro y Milá

(4 ans)
Prédécesseur Federico Laredo
Successeur Ramón Grau San Martín
Biographie
Nom de naissance Rubén Fulgencio Batista y Zaldívar
Date de naissance
Lieu de naissance Banes (Cuba)
Date de décès (à 72 ans)
Lieu de décès Marbella (Espagne)
Nationalité Cubaine
Profession Militaire
Religion Catholique

Fulgencio Batista
Liste des présidents de Cuba

Rubén Fulgencio Batista y Zaldívar (né le à Banes et mort le à Guadalmina, station balnéaire de Marbella en Espagne), est un militaire et homme d’État cubain, d'abord éminence grise de la junte militaire qui dirigea Cuba de 1933 à 1940. Il est élu à la présidence de la république de Cuba en 1940. Il ne se représente pas en 1944, mais le candidat qu'il soutient est battu par Ramón Grau San Martín. En novembre 1948 il est élu sénateur. Il revient au pouvoir à la suite d'un coup d'État en 1952 puis il est élu sans opposition comme chef d'État en 1954.

Il est chassé du pouvoir et du pays en 1959 lors de la révolution cubaine dirigée par Fidel Castro.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fulgencio Batista y Zaldívar naît à Banes dans la Province de Holguín à Cuba le , moins de 3 ans après que sa terre natale fut libérée de l'emprise espagnole et moins de deux ans avant qu'elle devienne une république indépendante. Son père, Belisario Batista Palerma, était un paysan. Ses deux parents sont morts avant qu'il atteigne l'âge de 13 ans.

Il quitta alors l'école pour devenir apprenti couturier. Fulgencio travailla dans des productions de cannes à sucre pour ensuite étudier dans le but de devenir barbier. Finalement, il s'engagea dans l'armée à l'âge de 20 ans.

Coup d’État contre le gouvernement des 100 jours[modifier | modifier le code]

Alors que Fulgencio n'était qu'un simple sergent de l'armée, il joua un rôle décisif dans « la révolte des sergents » de 1933, conséquence d'un profond mécontentement existant dans l’armée concernant leurs salaires, leur évolution de carrière et leurs conditions matérielles. La conspiration militaire menée par le sergent Pablo Rodriguez, concomitante à une forte mobilisation étudiante, débouche sur le renversement du gouvernement dictatorial de Gerardo Machado et la mise en place d'un gouvernement dit « des Cent jours » mené par Ramón Grau San Martín. Celui-ci propulse une série de réformes d'orientation nationaliste et sociale, comprenant la réduction du temps de travail, le droit de vote des femmes, des nationalisations d’intérêts économiques étrangers et l’affirmation de la souveraineté cubaine.

Heurtés par ces mesures, les États-Unis rejettent la légitimité du gouvernement cubain, auquel ils ne concèdent aucune reconnaissance diplomatique, et flattent les ambitions individuelles de certains militaires haut-gradés, parmi lesquels Batista, devenu colonel. Le , une junte militaire présidée par Batista renverse le gouvernement provisoire et met en place un régime pro-américain. Si Batista n'a pas de fonctions dans la hiérarchie organique du gouvernement, il est, en tant que chef d'état-major, l'éminence grise des présidents successifs Carlos Mendieta et Miguel Mariano Gomez et le véritable maître de Cuba. Le journaliste Pablo de la Torriente Brau, membre de l’« Aile gauche étudiante » écrivait de lui à un ami, en 1936 : « Si nous lui dénions le courage personnel, nous ne pouvons nier ses autres qualités de dirigeant. Il a l’imagination d’un sténographe, c’est-à-dire la capacité d’interpréter rapidement un signe trompeur, un paragraphe dépourvu de sens, ou, en politique, une situation difficile. D’un autre côté, il a les attributs d’un démagogue : c’est un bon orateur, un homme de projets, il connaît le secret du sourire et de la poignée de main. Il s’est lui-même construit, imposé, et perfectionné […]. Il est sans aucun doute devant une situation difficile et nous ne devrions pas oublier qu’à Cuba, aujourd’hui, il est peut-être l’homme politique le plus habile, qu’il sait résoudre les problèmes, et qu’au moment de mesurer ses forces, il n’oublie jamais de mesurer celles de ses adversaires »[1].

Les syndicats cubains organisent en mars 1935 une importante grève générale avec le soutien du Parti communiste et du Parti authentique pour obtenir le renversement du régime. Les transports et l’économie sont bloqués pendant plus de deux jours mais la grève finit désarticulée par la répression : plusieurs grévistes sont tués, la plupart des syndicats dissous et des figures de l'opposition partent en exil. En mai, Antonio Guiteras, ancien ministre sous le Gouvernement des cent jours et dirigeant de l'organisation Jeune Cuba est assassiné par des agents du gouvernement[2].

Élection à la Présidence de la République cubaine[modifier | modifier le code]

Fulgencio Batista en 1940

Il introduit une constitution modelée sur celle des États-Unis et, candidat d'une coalition hétéroclite mêlant sociaux-démocrates, conservateurs et le parti communiste cubain (qui pour ce dernier ne le considérait temporairement que comme un allié des pays en guerre contre l’Allemagne hitlérienne), il est élu lui-même President de la République de Cuba le face à Ramón Grau San Martín du Parti révolutionnaire cubain. Il appela successivement deux communistes au gouvernement mais sans portefeuille attribué, d'abord le poète Juan Marinello et quand ce dernier se présente à des élections sénatoriales, il est remplacé par Carlos Rafael Rodríguez, un des futurs responsables du pouvoir castriste[3]. Durant ces quatre ans de présidence, il respecte les règles démocratiques[4].

Il permit aux États-Unis d’utiliser les espaces aérien, maritime et terrestre de Cuba, de disposer de plusieurs bases aériennes et navales à usage exclusif durant la Seconde Guerre mondiale, sans traitement de réciprocité. En 1941, Cuba déclare la guerre à l’Allemagne.

En 1944, Fulgencio Batista ne se représente pas et Carlos Salagrinas, le candidat qu'il soutient, est battu par Ramón Grau San Martín[3]. Par une lettre publique, les communistes cubains saluèrent l’« œuvre » de Batista, lorsqu’il quitta la présidence en 1944 : « Nous avons commencé notre collaboration avec vous au milieu de 1938, quand vous étiez encore chef de l’armée constitutionnelle (...). En 1940, (…) nous avons contribué à votre élection par notre soutien enthousiaste, par la mobilisation de notre parti et par nos votes. (...) Au moment où vous quittez la présidence, nous voulons réaffirmer que vous avez notre affection, notre respect et notre estime pour vos principes d’homme d’État démocratique et progressiste. »[5].

Il opère, durant la période précédant son retrait du pouvoir, un raid systématique sur les ressources financières de l’État, reconnait dans un rapport l’ambassadeur américain Spruille Braden.

Dictature[modifier | modifier le code]

Coup d’État[modifier | modifier le code]

Fulgencio Batista se retire en Floride aux États-Unis de 1945 à 1949. Ce serait le chef mafieux Meyer Lansky, qu'il connaissait depuis les années 1930, qui l'aurait sorti de sa retraite à Miami et financé son retour en politique. Le , il est élu sénateur de Las Villas une ville et une province du centre[3]. En 1952, il se présente à l’élection présidentielle mais les sondages alors publiés lui sont nettement défavorables, le plaçant derrière Roberto Agramonte (candidat du Parti orthodoxe et favori de l’élection) et Aurelio Hevia du parti de l'ancien président Grau San Martín. La CIA organise des actions de déstabilisations politiques dans l'ile afin d'instaurer un climat propice à un coup d’État. Celui-ci a lieu le , soutenu par une frange de l'armée à laquelle Batista promet des augmentations salariales[6]. Revenu au pouvoir, il fait quintupler le salaire présidentiel, suspend la constitution, rétablit la peine de mort et interdit le droit de grève. Un « Bureau de répression des activités communistes » est instauré pour consolider l'autorité de son régime[7].

Pendant deux ans, il est le président par intérim. Si le nouveau gouvernement est rapidement reconnu par plusieurs pays, dont les États-Unis, il est cependant contesté à l'intérieur. Ainsi, le , des rebelles menés par un avocat, Fidel Castro, tentent sans succès de prendre d'assaut la caserne de Moncada à Santiago de Cuba pour entrainer une insurrection. Trois partisans de Castro meurent au combat, 68 autres sont capturés et exécutés sommairement. Castro est lui-même arrêté par un groupe de soldats mais leur sergent désobéit à ses instructions et remet ses prisonniers aux autorités judiciaires, ils bénéficient ensuite d'une intervention de l'archevêque de Santiago qui leur évite la peine de mort. Deux ans plus tard, il est amnistié par Batista et exilé[8].

En 1954, Batista se fait élire président de la République sans opposition après le retrait de l'ex-président Ramon Grau San Martin qui appelle au boycott, pour protester contre la corruption du régime. Pourtant, l'influence des États-Unis est telle que leur ambassadeur est considéré comme la deuxième personnalité la plus importante du régime[6].

Relation avec la Mafia[modifier | modifier le code]

Fulgencio Batista en 1957

Le jeu et la prostitution, contrôlés par les gangs nord-américains et notamment la Mafia (grâce aux relations entre Batista avec les parrains mafieux Meyer Lansky et Lucky Luciano), se développent. Batista négocie avec Cosa nostra la construction de casinos et d'hôtels de luxe par l’État cubain, mais administrés exclusivement par la mafia. L'aéroport militaire de La Havane est utilisé comme plate-forme de transit pour le trafic de drogue grâce à l’emplacement stratégique de Cuba, et pour alimenter en cocaïne et héroïne les clubs de la capitale. Ces activités procurent au régime des recettes considérables et Batista et ses proches en tirent des bénéfices personnels. La capitale cubaine accueille même en décembre 1946 une conférence au sommet des chefs mafieux nord-américains qui rassemble plus d'un millier de participants et constitue la plus importante du genre[9].

Selon le journaliste du Washington Post Karl E. Meyer, La Havane devient « une sorte de bordel pour les Nord-américains »[6]. L'historien Arthur Schlesinger évoque également une ville « transformée en un grand casino et bordel pour les hommes d’affaires américains »[7]. L'universitaire Samuel Farber relativise cette analyse considérant que l'importance économique que les États-Unis accordaient aux casinos et au tourisme était exagérée en raison d'une perception coloniale de Cuba[10].

Révolution cubaine[modifier | modifier le code]

Castro revient à Cuba dès décembre 1956 et reprend ses activités révolutionnaires pour déposer Batista, soutenu par une partie croissante de la population, notamment dans la province d’Oriente. La répression est brutale : « Pour chaque bombe qui explosait, deux prisonniers étaient sortis de prison et exécutés sommairement. Une nuit à Marianao, un quartier de Havane, les corps de 98 prisonniers politiques furent répandus à travers les rues, criblés de balles », selon le correspondant du Chicago Tribune[7]. Le 8 avril 1958, une grève générale est déclenchée dans la capitale mais, peu suivie en raison de son caractère improvisé, est facilement écrasée. De 150 à 200 grévistes sont tués et des centaines d'autres arrêtés. Dans les campagnes, des cadavres de guérilleros torturés sont accrochés aux arbres par les troupes gouvernementales[11].

En mai 1958, Batista lance 12 000 hommes contre la guérilla castriste lors de l’« offensive d’été » qui échoue trois mois plus tard. Castro mène alors une contre-offensive qui débouche sur une guerre civile le long de la Sierra Maestra dans l’est jusqu’au centre du pays, empêchant la récolte saisonnière de la canne à sucre. Le , une partie de la population de Santa Clara apporte son aide aux guérilleros. Dans les jours qui suivent, ces derniers s'emparent de grandes quantités d’armes et des points stratégiques de la ville.

Le , Fulgencio Batista s'enfuit à Saint-Domingue avec ses proches et 40 millions de dollars. Son départ est suivi par l'entrée à La Havane de quelques milliers de guérilleros partisans de Fidel Castro. Un nouveau président, Manuel Urrutia, est nommé ; Fidel Castro devient commandant en chef de l'armée puis Premier ministre le . La chute du régime n'entraine pas de violences comparables à celles qui avaient suivi le renversement du dictateur Gerardo Machado en 1933, ou de Marcos Pérez Jiménez qui venait de se produire, en 1958, au Venezuela. À La Havane cependant, il y a pillage et destruction des parcmètres, dont il était de notoriété que les revenus allaient non à l’État mais à l'épouse de Batista[11].

Bilan humain[modifier | modifier le code]

Son régime aurait causé selon les États-Unis la mort de 20 000 personnes en sept ans[7]. Selon Jeannine Verdès-Leroux, auteur de « La Lune et le Caudillo. Le rêve des intellectuels et le régime cubain (1959-1971) », « les intellectuels et journalistes français ont martelé sans fin le chiffre truqué de 20 000 morts. Castro a seulement parlé, dans son rapport au 1er Congrès du P.C. cubain, d’un nombre « incalculable » de victimes. Les spécialistes s’accordent pour conclure que le chiffre de 2 000 morts est un grand maximum ». Madame Verdès-Leroux déclare avoir tenté une évaluation en utilisant des sources publiées au tout début du castrisme, en les confrontant à la masse des chiffres donnés lors de cérémonies pour les victimes, et n’atteint pas le total de 2 000. De plus, selon elle, ces morts avaient toutes les origines : policiers et militaires tués par des opposants, opposants à Batista, militants politiques pro-Batista ou personnes accusées de trahison, assassinées par le Mouvement du 26 juillet (M-26) de Castro, etc.[12],[3].

Batista passa le reste de sa vie en exil, d'abord au Portugal, puis en Espagne à Guadalmina une station balnéaire de Marbella où il mourut le d'une crise cardiaque[13].

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Ouvrages de Fulgencio Batista[modifier | modifier le code]

  • 1939 : Estoy con el Pueblo, La Havane.
  • 1960 : Repuesta. Manuel León Sánchez S.C.L., Mexico.
  • 1961 : Piedras y leyes, Mexico.
  • 1962 : Cuba Betrayed. Vantage Press, New York (ASIN B0007DEH9A)
  • 1962 : To Rule is to Foresee (ASIN B0007IYHK4)
  • 1964 : The Growth and Decline of the Cuban Republic, Devin-Adair Company, New York. (ISBN 0-8159-5614-2)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lettre de Pablo de la Torriente Brau à Raúl Roa, du 13 juin 1936, publiée en 1968, citée in : Luis E. Aguilar, Cuba 1933. Prologue to Revolution, Ithaca et Londres, Cornell University Press, 1972, p. 173.
  2. Samuel Farber, Revolution and Reaction in Cuba: 1933-1960, Wesleyan University Press,
  3. a, b, c et d Rigoulot 2007
  4. Guy Rossi-Landi Fulgencio Batista Encyclopédia Universalis
  5. Juan Marinello, Blas Roca, (Au nom de l’Assemblée nationale du P.S.P.) (1944) in : Luis E. Aguilar, Marxism in Latin America, New York, A. Knopf, 1968. p. 133-138.
  6. a, b et c Bernhard Pfletschinger, Cuba, Batista et la mafia, Arte,
  7. a, b, c et d (pt) « 50 vérités sur la dictature de Fulgencio Batista à Cuba », sur Opera Mundi
  8. FRANCE 24, « Cuba : Fidel Castro, entre ombre et lumière », sur FRANCE 24
  9. Mafia au paradis - Le Monde, 08 août 2012.
  10. Samuel Farber Cuba avant la Révolution Contretemps, 27 novembre 2016
  11. a et b Pierre Kalfon, Che, Points,
  12. Jeannine Verdès-Leroux, La Lune et le caudillo. Le rêve des intellectuels et le régime cubain (1959-1971), Paris, Gallimard / L'arpenteur, 1989. (ISBN 2-07-078018-X), p. 19.
  13. (en) « Batista Dies in Spain at 72 », New York Times,‎
  14. Duval & Pécau - Wilson, Qui a tué le Président ?, série Jour J (tome 5), 2011, pages 44 et 45.

À voir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : Ce logo indique que la source a été utilisée pour l'élaboration de l'article.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :