Amiral Ackbar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ackbar
Personnage de fiction apparaissant dans
Star Wars.

Cosplay de l'amiral Ackbar
Cosplay de l'amiral Ackbar

Nom original Gial Ackbar
Origine Mon Cala
Sexe Masculin
Espèce Mon Calamari
Yeux Jaune
Activité Commandant suprême de la flotte de l'Alliance rebelle
Affiliation Alliance rebelle
Nouvelle République
Résistance

Créé par George Lucas
Interprété par Timothy M. Rose (en)
Films Le Retour du Jedi
Le Réveil de la Force
Première apparition Le Retour du Jedi
Éditeurs Lucasfilm

L’amiral Ackbar, de son nom complet Gial Ackbar[1], est un personnage de l'univers de Star Wars. Il apparaît en premier dans l'épisode VI : Le Retour du Jedi puis devient le support de différents romans dans l'univers étendu de Star Wars, dans des jeux vidéo et des comics.

Description[modifier | modifier le code]

C'est un Mon Calamari originaire de la planète Mon Cala[2].

Pendant la Guerre des clones, il occupait le titre de capitaine et fut notamment chargé de la sécurité du prince héritier lorsque les Quarrens, alliés aux Séparatistes, tentèrent de renverser la monarchie Mon Calamari. Il s'illustrait déjà comme un excellent tacticien et un meneur d'hommes.

Lors de l'occupation de Mon Calamari par l'Empire galactique, Ackbar devint l'esclave personnel et l'interprète du Grand Moff Tarkin et apprit ainsi de nombreux secrets impériaux dont leurs tactiques d'attaques. Il fut mis au courant très tôt du projet de la construction de l'Étoile Noire. Il a été libéré avant la destruction de cette dernière, lors d'une tentative d'assassinat du Moff. Devenu amiral de l'alliance rebelle, il coordonna et remporta la victoire lors de la bataille d'Endor, grâce à l'aide du général Lando Calrissian. Le vaisseau amiral d'Ackbar lors de la Bataille d'Endor est le croiseur Mon Calamari Home One[3].

Promu grand amiral, Ackbar mena les flottes de la Nouvelle République face à un Empire fragmenté. Le Mon Calamari enchaîna les succès, jusqu'à la victoire décisive à Jakku un an après la mort de l'empereur. Lorsque l'amiral retourna sur son monde natal, il fut accueilli comme un héros. Trente ans après la bataille d'Endor, Ackbar officie toujours en tant qu'amiral au sein de la Résistance, aux côtés notamment de la générale Leia Organa. Il participe à la préparation de l'offensive contre la terrible arme du Premier Ordre, la planète Starkiller.

Œuvres dans lesquelles le personnage apparaît[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

En 2011, le personnage apparaît dans trois épisodes de la série d'animation Star Wars: The Clone Wars. Il y est doublé en anglais par Artt Butler. Il est présent dans plusieurs épisodes de Lego Star Wars : Les Chroniques de Yoda.

En 2015, il est également présent dans trois épisodes de la mini-série Lego Star Wars : Les Contes des Droïdes.

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Ackbar est un personnage jouable dans le jeu de LucasArts Lego Star Wars, ainsi que dans Star Wars Battlefront: Renegade Squadron. Son vaisseau amiral, Home One, est jouable dans Star Wars: Empire at War. En entrant un code de triche, le joueur peut également débloquer l'amiral en tant que personnage jouable dans Star Wars : Le Pouvoir de la Force. En 2015, il apparaît dans le jeu Star Wars: Galaxy of Heroes et Star Wars: Battlefront.

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Une réplique de ce personnage, « C'est un piège ! » (en anglais : « It's a trap! »), a été souvent parodiée, notamment sur Internet et par la série animée Robot Chicken dans leur épisode spécial Star Wars (qui fut nommé aux Emmy Awards). Dans un épisode de The Big Bang Theory, Sheldon essaye de faire une imitation d'Ackbar, répétant encore et encore cette réplique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bray 2015.
  2. Hidalgo 2015, p. 59.
  3. (en) « Mon Calamari Star Cruiser », sur Starwars.com (consulté le 29 avril 2016)
  4. « Le retour de l'amiral Ackbar confirmé par son acteur », sur MCM (consulté le 28 novembre 2015)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]