J. J. Abrams

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis J.J. Abrams)
Aller à : navigation, rechercher
J.J. Abrams
Description de l'image JJ Abrams.jpg.
Nom de naissance Jeffrey Jacob Abrams
Naissance (49 ans)
New York
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Profession Scénariste, réalisateur, producteur, acteur, compositeur
Films notables Mission Impossible (3)
Star Trek (11 et 12)
Super 8
Star Wars, épisode VII
Séries notables Lost : Les Disparus
Alias
Fringe
Person of Interest

J. J. Abrams, né Jeffrey Jacob Abrams le à New York aux États-Unis, est un scénariste, réalisateur, producteur, compositeur et acteur américain connu pour son travail dans les genres de l'action, du drame et de la science fiction.

Il est célèbre pour être le créateur et parfois le show runner de plusieurs séries télévisées à succès (Alias, Lost : Les Disparus, Fringe ou encore Person of Interest) et au cinéma la réalisation du reboot de Star Trek, ainsi que sa suite Star Trek Into Darkness. En 2013, Lucasfilm annonce qu'il réalise Star Wars, Episode VII qui sortira fin 2015.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeffrey Jacob Abrams naît le à New York, mais grandit ensuite à Los Angeles où il fréquente notamment la Palisades Charter High School. Tout jeune déjà, il avait une passion pour le cinéma et notamment pour Star Wars, pour George Lucas et pour Steven Spielberg. C'est à l'âge de neuf ans qu'il va se découvrir un futur métier, lorsque son grand-père l'emmène visiter les Universal Studios. Il étudie ensuite à la prestigieuse université d'arts libéraux Sarah Lawrence College[1]. Il est le fils du producteur de télévision Gerald W. Abrams (en), qui a produit de nombreux téléfilms[2] et de la productrice déléguée Carol Abrams[3]. Son grand-père s'appelle Harry Kelvin, d'où le nom du vaisseau détruit au début de film Star Trek et de la station essence dans Super 8 (films tous deux réalisés par Abrams). Sa grand-mère porte le nom de Dainard, nom repris par Abrams pour le rôle joué par Elle Fanning dans le film Super 8, Alice Dainard. Il a une sœur Tracy Rosen (née Abrams) qui est également scénariste[4].

Carrière[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

À quatorze ans, J. J. Abrams réalise son premier film (dont les images sont disponibles uniquement dans les bonus du DVD/Blu-Ray de Super 8). Tout comme son modèle, Steven Spielberg, il aime un certain type de cinéma et n'a pas beaucoup d'amis. Après avoir envoyé son film à un festival de courts-métrages en Super 8, il reçoit un prix et y rencontre Matt Reeves. Ils vont alors devenir proches. Un reporter, voyant ces jeunes réalisateurs en herbe, écrit un article sur eux (Les Merveilleux Imberbes — The Beardless Wonders). Le lendemain, la productrice et associée de Steven Spielberg, Kathleen Kennedy voit l'article et décide d’appeler les deux amis pour qu'ils viennent restaurer les premiers films en 8 mm du réalisateur à la casquette. Ceux-ci acceptent immédiatement, mais, par malchance, ils ne rencontrent pas le créateur du futur E.T.. À l'âge de seize ans, il fait ses débuts dans la carrière cinématographique en composant avec Robert J. Walsh la musique du film d'horreur Nightbeast (en) de Don Dohler (1982). À l'âge de vingt ans, le jeune réalisateur rencontre enfin son idole de toujours avec qui il a des ressemblances biographiques étranges.

Des débuts longs[modifier | modifier le code]

Alors que J. J. Abrams vient tout juste d'avoir sa première expérience sur le tournage d'un long-métrage, il est remarqué par plusieurs chaines de télévision qui veulent l'attirer afin d'offrir pour la première fois des séries de qualités. Il écrit et crée alors des séries comme Felicity (créée avec Matt Reeves) mais aussi sur ceux de longs métrages comme Armageddon, de Michael Bay. Cela rend bien sûr le jeune scénariste célèbre mais l'éloigne de son rêve de réaliser des films comme son modèle Steven Spielberg. Sa place ne semble être qu'à la télévision.

Poltergeist[modifier | modifier le code]

En 1982 sort Poltergeist, film réalisé par Tobe Hooper et écrit par Steven Spielberg. Au même moment, J. J. Abrams, passionné de cinéma, se glisse dans une salle, à l'époque remplie, pour regarder ce même film. Il découvre alors un nouveau côté au cinéma, un côté plus sombre qui essaye d'effrayer un public dans leurs propres maisons. Il adore et fait énormément de rapprochements entre certains de ses projets et ce film d'horreur. Le film, qui raconte l'histoire d'une petite famille modeste, montre au jeune homme comment infiltrer du suspens là où généralement il ne peut pas y en avoir (comme dans une cuisine par exemple).

Il est alors un grand passionné de films d'horreur et d'angoisse. Il s'amuse d'ailleurs la même année à composer la musique d'un film contant l'histoire d'un monstre terrifiant. Plus tard, lorsque ses séries comme Fringe ou Lost : Les Disparus arrivent à la télé, plusieurs épisodes reprendront quelques scènes du fameux film. Ainsi, Poltergeist a une grosse influence sur ses goûts cinématographiques mais aussi sur son style d'écriture et de réalisation.

Mission impossible 3[modifier | modifier le code]

En 2005, le célèbre acteur Tom Cruise découvre en vidéo la série Alias créée par J.J. Abrams en 2001. L'acteur veut alors produire un nouveau film Mission Impossible et cherche un réalisateur. Emballé par la série, il appelle Abrams afin de le rencontrer et de parler du film. Les deux se lient d'amitié et J. J. Abrams devient le réalisateur officiel de Mission impossible 3. Pour ce faire, il fait appel à Alex Kurtzman et Roberto Orci pour le scénario et à son ami Michael Giacchino pour composer la musique.

Le projet lancé, le film sort en salle en 2006. L'histoire ne connait pas un franc succès lors de sa sortie[réf. nécessaire]. Sa carrière de réalisateur est alors lancée.

Cloverfield[modifier | modifier le code]

Après avoir réalisé Mission impossible 3, J. J. Abrams se lance sur un nouveau projet : l'arrivée d'un monstre détruisant New York. Au départ, le projet était destiné à la télévision, mais il se rendit compte que le budget serait trop élevé pour une simple série télévisée. Il se met alors à créer un film qui sera par la suite nommé Cloverfield. Ayant créé l'histoire, il décide de ne pas réaliser le film, mais de le confier à son ami d'enfance Matt Reeves, avec qui il a créé la série Felicity. Le projet est alors lancé. Un scénariste ayant déjà travaillé sur Alias, Drew Goddard, est aux commandes du scénario, tout en respectant l'attente des deux réalisateurs. Une fois écrit, le projet prend le nom de code Slusho, afin de préserver le mystère de l'histoire jusqu'à la fin. Les acteurs eux-mêmes ne savent pas pour quoi ils auditionnent, ils sont d'ailleurs des inconnus. Lors du tournage du film, une campagne virale est lancée et met en scène des accidents pour le moins étranges qui laissent perplexe.

Le réalisateur produit le film en toute discrétion et crée en même temps que le tournage du film, une série à mystères nommé Fringe en compagnie d'Alex Kurtzman et Roberto Orci.

Lors de sa sortie, grâce à un marketing conçu pour créer un buzz, le film obtient un succès commercial.

Star Trek[modifier | modifier le code]

Après le succès de Cloverfield, la Paramount demande à J. J. Abrams de rajeunir la franchise Star Trek. Celui-ci ne perd pas de temps et appelle ses acolytes Kurtzman et Orci afin d'écrire un scénario mettant en scène les jeunes Kirk et Spock. Il est dès lors nommé réalisateur pour mettre en scène le film racontant une histoire alternative des fameux héros de la série de la fin des années 1960.

Le projet est mis en route et les auditions sont alors ouvertes. Chaque acteur est trouvé et tout le monde est prêt à filmer. En 2009, le film sort sur les écrans et devient le plus gros succès de J. J. Abrams.

Plus tard, de nombreuses références à Star Trek sont faites dans sa série Fringe.

Super 8[modifier | modifier le code]

Ce film est contrairement aux pensées générales, un vieux projet, car J. J. Abrams en parlait déjà à Steven Spielberg en 2005 sur le tournage du film La Guerre des mondes. Le film est constitué de plusieurs projets. Il pensait faire un film sur un train transportant une étrange cargaison jusqu'à la zone 51, mais aussi faire un film sur des jeunes réalisant des films en super 8 et un film s'ouvrant sur un plan d'un ouvrier qui vient réduire le nombre de jours sans accidents de 700 à 1. Il parle de toutes ses idées à Steven Spielberg, puis décide de tout regrouper. Le film Super 8 est alors en projet. Seulement, en raison des nombreux autres projets que le réalisateur supervise, il doit se résoudre à le faire après Star Trek. En 2009, une audition est alors ouverte pour rechercher de jeunes acteurs âgés entre quatorze et quinze ans. Tous les acteurs sont trouvés (parmi eux Elle Fanning la sœur de Dakota que J.J. Abrams vit « excitée » sur le tournage de La Guerre des mondes et dont il ne croyait pas à ce changement radical).

Le film devient le projet le plus personnel du réalisateur J.J. Abrams et fait de nombreux heureux dans l'équipe dont Larry Fong, Michael Giacchino, Bryan Burk et Dennis Muren qui étant jeunes faisaient aussi des films en super 8. Lors de sa sortie le 10 juin 2011, le film connait un grand succès et devient numéro 1 du box office. Peu après, il passe à la sixième place et le reste[réf. nécessaire].

Steven Spielberg, producteur du film, en est heureux et félicite son fils spirituel.

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

J. J. Abrams au Comic-Con de San Diego en 2010.

En 1998, J. J. Abrams développe avec Matt Reeves la série télévisée Felicity.

En 2001, il fonde sa société de production Bad Robot avec Bryan Burk. Il développe alors la série Alias pour la chaîne ABC, qui devient un gros succès. En 2004, il crée une autre série à succès, Lost : Les Disparus, sur des naufragés d'un crash aérien puis en 2008, il lance Fringe une nouvelle série télé qui a pour sujets la science marginale, les univers parallèles et tout ce qui s'ensuit. Alex Kurtzman et Roberto Orci en sont les coscénaristes.

Il développe par la suite Anatomy of Hope pour HBO , mais la série n'est pas retenue par la chaîne.

En 2010, il crée Undercovers avec Josh Reims. La série ne dure que treize épisodes. L'année suivante, J.J. Abrams lance sa série Alcatraz qui n'est pas non plus renouvelée pour une seconde saison. Il renoue avec le succès avec Person of Interest.

En 2012, il lance une nouvelle série avec Eric Kripke (Supernatural) intitulée Revolution qui se déroule dans un monde où toute forme d'énergie a disparu. La série est annulée en 2014.

En 2013, il commence à réaliser et à écrire la série Almost HumanKarl Urban qui interprétait déjà le rôle de McCoy dans ses deux Star Trek interprète le personnage principal. Cette série se passe dans le futur, où les employés de Police travaillent désormais avec des androïdes. La série est annulée en 2014.

Courts-métrages[modifier | modifier le code]

Depuis toujours, il a eu une attirance pour les films de monstres et de science-fiction. Il fut donc logique pour lui de consacrer ses premiers films à ses genres favoris. Il réalise donc des films nommés Fear, The Attic et High Voltage qui sont les films les plus réussis de ses débuts. Ils ont pour bases les films de George Romero, Ridley Scott avec Alien et de George Lucas. Certaines images de ces films sont visibles dans le magazine Empire consacré à sa personne et dans les bonus du DVD/Blu-Ray Super 8. Ses courts-métrages n'ont pas pour lui le même sens que ses scénarios, étant eux plus profond et plus réaliste comme À propos d'Henry. Les films qu'il réalise sont consacrés à l'Entertainment (divertissement) et à l'Été tandis que ses scénarios sont eux consacrés à l'optimisme, l'amour, l'espoir et à la jeunesse, l'enfance.

Le nombre 47[modifier | modifier le code]

J.J. Abrams au Time 100 en 2010.

Depuis sa série Alias, J.J. Abrams a dans ses trade marks ce nombre 47. Il s'amuse à le cacher dans tous ses projets depuis 2001, même ceux qu'il ne réalise pas. Alias est le projet où 47 aura une importance majeure dans l'histoire. Tandis que, dans Fringe, 47 joue de l'ironie étant le nombre qui coïncide avec tous les événements importants à la série : le compte à rebours d'une bombe, une adresse etc. Il est aussi le nombre de vaisseaux Klingons détruits dans Star Trek, un bâtiment où des expériences sur les êtres humains ont lieu pour les changer en zombies dans Super 8 et l'âge en 2013 de J.J. Abrams.

Ce nombre apparaît donc à de multiples reprises dans les trade marks de J.J. Abrams, tout comme le nom de son grand-père, Harry Kelvin.

Harry Kelvin[modifier | modifier le code]

Il est le grand-père maternel de J.J. Abrams, mais aussi celui à qui il doit sa notoriété, étant l'homme lui ayant fait découvrir le cinéma en l'emmenant visiter les studios Universal et lui achetant sa première caméra Super 8 pour qu'il puisse faire et raconter ses histoires à lui. J.J. Abrams ne l'oublie pas, le mettant dans tous ses films. Il est ainsi la personne à qui la lettre que Tom Cruise trouve dans Mission impossible 3 est adressée, le nom du vaisseau dans lequel le père de James Kirk est mort et dont il a été le capitaine pendant douze minutes (USS Kelvin) dans Star Trek, le nom de la station-service dans Super 8 et, enfin, le nom du bâtiment des archives détruit dans Star Trek Into Darkness. Son nom est aussi dans les séries Alias et Fringe. C'est également le nom, dans la série Lost, du personnage que rencontre Desmond et avec qui il presse un fameux bouton toutes les 108 minutes pendant plusieurs années (saison 2, épisode 3 : 108 minutes).

Filmographie[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Réalisateur, scénariste, producteur[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Année Film Scénariste Réalisateur Producteur Autre
1990 Tes Affaires sont mes affaires  Oui
1991 À propos d'Henry  Oui  Oui Coproducteur
1993 Forever Young  Oui Producteur délégué
1996 Le porteur de cercueil  Oui
1997 Pêche Party  Oui
1998 Armageddon  Oui
1999 The Suburbans  Oui
2002 Une virée en enfer  Oui  Oui
2006 Mission impossible 3  Oui  Oui Acteur (caméo)
2008 Cloverfield  Oui
2009 Star Trek  Oui  Oui
2011 Super 8  Oui  Oui  Oui Acteur (caméo)
Mission impossible : Protocole Fantôme  Oui
2013 Star Trek Into Darkness  Oui  Oui
2015 Mission impossible : Rogue Nation  Oui
Star Wars, épisode VII : Le Réveil de la Force  Oui  Oui  Oui
2016 Star Trek Beyond  Oui

Télévision[modifier | modifier le code]

Séries
Année Série Créateur Scénariste Réalisateur Producteur Producteur délégué
1998-2002 Felicity  Oui  Oui  Oui
2001-2006 Alias  Oui  Oui  Oui  Oui
2004-2010 Lost : Les Disparus  Oui  Oui  Oui  Oui
2006-2007 What About Brian  Oui  Oui
2006-2007 Six Degrees  Oui
2007 The Office (Saison 3, épisode 18)  Oui
2008-2013 Fringe  Oui  Oui  Oui
2009 Anatomy of hope (pilote)  Oui  Oui  Oui
2010 Undercovers  Oui  Oui  Oui
2011-présent Person of Interest  Oui
2012 Alcatraz  Oui
2012-2014 Revolution  Oui
2015 Westworld  Oui  Oui

Musique[modifier | modifier le code]

J.J. Abrams compose régulièrement des musiques pour ses séries, il a ainsi composé les génériques de Felicity, Alias, Person of Interest et Fringe. Il travaille aussi beaucoup avec son ami Michael Giacchino qui lui compose les bandes son de cette dernière. Pour le thème principal, il raconte qu'il avait besoin d'une musique encore jamais entendue pour cette série et qu'il se réveilla un soir subitement, alors que sa femme et ses enfants dormaient, pour jouer ce thème. Il le composa le soir même et expliqua que ce fut comme un besoin, une chose qui « vous trottine dans la tête ».

Habitudes[modifier | modifier le code]

Au cours de ces dernières années, on peut noter chez Abrams une certaine attirance pour l'époque se situant entre 1975 et 1982 (époque où le réalisateur Steven Spielberg est au plus haut). Abrams, fan dès cette époque où il eut la majorité de ses rêves de cinéma, utilisera les mêmes méthodes que son modèle, c'est-à-dire :

  • Une utilisation de l'argentique à la place du numérique.
  • L'utilisation de maquettes pour les vaisseaux, effets visuels en direct... Effets spéciaux qui sont à peu près les mêmes qu'utilisait Robert Zemeckis, ami de Steven Spielberg.
  • Il continue à utiliser du Super 8 et les vieilles méthodes de développement de photographies (labo, etc.).
  • l'utilisation prononcée d'effet « Lens flare »

J.J. Abrams est également habitué à certains acteurs. Par exemple, son ami Greg Grunberg qui figure dans la distribution de MI:3, Star Trek, Felicity, Alias et Lost. On retrouve également Jorge Garcia dans Lost et dans Alcatraz, Michael Emerson qui jouait l’énigmatique Ben Linus dans Lost est maintenant la vedette de Person of Interest et la distribution de Revolution annonce pas moins de trois acteurs aperçus dans Fringe (Billy Burke, Tim Guinee, Zak Orth) et, plus tard, Elizabeth Mitchell.

Spielberg[modifier | modifier le code]

On retrouve, dans la biographie d'Abrams, de nombreux points communs avec son idole Steven Spielberg, ce dernier s'est d'ailleurs exprimé à ce sujet en déclarant trouver cela amusant. Les points communs sont multiples. On peut, par exemple, évoquer le fait que Spielberg réalise son premier court-métrage à l'âge de 12 ans, Abrams en fait de même. Spielberg entre dans le monde du cinéma à 16 ans avec le long métrage qu'il réalise titré Firelight et Jeffrey Abrams aussi en composant la musique d'un film de Don Dohler. Leur enfance est également similaire : comme Spielberg, Abrams n'a pas beaucoup d'amis à l'âge de 12 ans. C'est un enfant solitaire qui a des goûts différents de ses camarades. Plus tard, il découvre la magie du cinéma sur un plateau de tournage de film en Super 8. Il se fait alors beaucoup d'amis, tout le monde le sollicite pour jouer dans ses films et la « fille canon de la classe » se lie d'amitié avec lui.

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Il est marié à Katie McGrath avec laquelle il a deux fils, August et Henry, et une fille, Gracie[1].

Box-office[modifier | modifier le code]

Film Budget Monde Monde
Mission impossible 3 150 000 000 $ 397 850 012 $
Star Trek 150 000 000 $ 385 494 555 $
Super 8 50 000 000 $ 259 936 677 $
Star Trek Into Darkness 190 000 000 $ 467 365 246 $
Total 540 000 000 $ 1 510 646 490 $

Distinctions[modifier | modifier le code]

Source [5]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :