1982 en Italie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une chronologie ou une date image illustrant l’Italie
Cet article est une ébauche concernant une chronologie ou une date et l’Italie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Chronologie de l’Italie


Cette page concerne l'année 1982 du calendrier grégorien.


Chronologie de l'Europe

1980 en Europe - 1981 en Europe - 1982 en Europe - 1983 en Europe - 1984 en Europe

Évènements[modifier | modifier le code]

  • Avril : démantèlement du « Clan des Catanais » (150 personnes) et vote d’une législation spéciale contre la mafia.
  • 21 avril : ouverture du procès des assassins de Moro. 32 peines d’emprisonnement seront prononcées (janvier 1983).
  • 30 avril : assassinat en plein jour du député communiste Pio La Torre à Palerme. Le Président du Conseil italien Giovanni Spadolini nomme le général Dalla Chiesa coordonnateur des opérations anti-mafia.
  • 22 juillet : la France, puis l'Allemagne, le Royaume-Uni et l'Italie refusent de suivre l'embargo américain sur l'Union soviétique.
  • Juillet : procès des chefs d’« Autonomie ouvrière » (Autonomia Operaia). 72 inculpés, dont Toni Negri et Oreste Scalzone.
  • 7 août : privé de l’appui des socialistes, Giovanni Spadolini démissionne. Ayant pu s’assurer à nouveau leur adhésion, il forme un cinquième gouvernement (23 août). La coalition se divise par des désaccords entre démocrates-chrétiens et socialistes.
  • 3 septembre : assassinat par la Mafia du général Dalla Chiesa et de sa femme à Palerme. À la suite de cet assassinat, le perlement adopte la première loi nationale anti-Mafia. Cette loi criminalise l'appartenance de toute personne à une ordanisation liée à la Mafia.
  • Arrestation de membres des Brigades rouges à Naples (Vittorio Bolognesi et Natalia Ligas, septembre-octobre) et à Milan (Suzanna Ronconi, 1er novembre). 3 600 terroristes ou supposés tels sont en prison à la fin de l’année. Parmi eux 355 repentis et 378 « dissociés » (ceux qui renoncent à la lutte sans collaborer avec la police).
  • 13 novembre : Spadolini doit démissionner.
  • 11 décembre : le démocrate-chrétien Amintore Fanfani, président du Sénat, forme un gouvernement de coalition sans la participation des républicains. Le programme de Fanfani est de réduire l’inflation à 13 % et le déficit budgétaire.


  • Récession en Italie : -0,5 % de croissance. Le patronat demande la suppression de l’échelle mobile des salaires (Scala mobile) pour lutter contre l’inflation. La lire est dévaluée (2,75 %). Le déficit budgétaire atteint 70 000 milliards de lires (15,5 % du PNB). Celui de la balance des paiements 6 000 milliards, celui de la balance commerciale le double. 16,2 % d’inflation. La part des dépenses publiques atteint 53,7 % du PNB. Mesures budgétaires alourdissant la fiscalité (Cotisations sociales, TVA, taxe sur les produits pétroliers) de 12 400 milliards de lires.
  • Début du bradyséisme de Pouzzoles (le phénomène durera jusqu'en 1984).

Culture[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Films italiens sortis en 1982[modifier | modifier le code]

Autres films sortis en Italie en 1982[modifier | modifier le code]

  • x

Mostra de Venise[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Livres parus en 1982[modifier | modifier le code]

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Naissances en 1982[modifier | modifier le code]

Décès en 1982[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Articles généraux
Articles sur l'année 1982 en Italie
L'année sportive 1982 en Italie

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]