1850 en Italie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chronologie de l’Italie

Chronologies
Années :
1847 1848 1849  1850  1851 1852 1853
Décennies :
1820 1830 1840  1850  1860 1870 1880
Siècles :
XVIIIe siècle  XIXe siècle  XXe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire
Chronologies géographiques
Chronologies thématiques
Architecture Arts plastiques Chemins de fer Droit Football Littérature Musique populaire Musique classique Parcs de loisirs Photographie Philosophie Santé et médecine Science Sociologie Sport Terrorisme Théâtre
Calendriers
Romain · Chinois · Grégorien · Hébraïque · Hindou · Musulman · Persan · Républicain

Cette page concerne l'année 1850 du calendrier grégorien.


Événements[modifier | modifier le code]

  • 9 janvier, Piémont : la paix avec l’Autriche peut enfin être ratifiée après que le président du Conseil Massimo d'Azeglio ait dissout la Chambre et que les élections aient donné la victoire aux modérés. Le ministère d’Azeglio s’engage sur la voie des réformes[1]. En mars sont proposés des projets de lois limitant l’influence de l’Église (abolition des tribunaux spéciaux pour le clergé, soumission à autorisation gouvernementale des legs en faveur des couvents, diminution des fêtes religieuses chômées).
  • 6 avril : fondation de la revue jésuite Civiltà Cattolica à Naples; très proche du Saint-Siège, elle est souvent considérée comme véhiculant l'opinion du pape sur les affaires courantes.
  • 9 avril, Piémont : les lois Siccardi sont approuvées malgré l’agitation et les tensions avec Rome. Elles abolissent le for ecclésiastique et limitent la mainmorte[2].
  • 12 avril : retour à Rome du pape, sous la protection des Français[3].
  • 22 avril : Léopold II de Toscane signe une convention qui ouvre ses places fortes aux troupes autichiennes[4].
  • 18 septembre : le cardinal Giacomo Antonelli, secrétaire d’État de Pie IX, forme un ministère dont trois membres sur cinq sont laïques[5]. Il mène une politique réactionnaire. Méfiant envers la France, il ne tient pas compte des avis d’Oudinot, incitant le pape à ne pas détruire toutes les institutions libérales mises en place. La France préconise l’amnistie générale, la sécularisation de l’administration, le code Napoléon et un gouvernement libéral. Le pape refuse. La question romaine est posée : la France maintient un corps expéditionnaire à Rome pour protéger l’indépendance du pape, ce qui entraîne une brouille avec les libéraux. Mais le but de Louis-Napoléon Bonaparte, ignoré par le pape, est de permettre au corps expéditionnaire de faire pression sur le gouvernement pontifical afin qu’il renoue le dialogue avec les libéraux italiens.
  • 21 septembre : Léopold II de Toscane suspend la constitution de 1848[4].
  • 11 octobre, Piémont : Cavour entre au gouvernement où il cumule les portefeuilles de l’Industrie, de l’Agriculture, du Commerce et de la Marine, puis des Finances (avril 1851)[1]. Il élargit à gauche la base parlementaire du gouvernement d’Azeglio (le connubio, le mariage).

Politique[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Pierre, Histoire de l'Italie : Des origines à nos jours, Fayard, (ISBN 9782213640341, présentation en ligne)
  2. Claude Genoux, Histoire de Savoie depuis la domination romaine jusqu'à nos jours, F. Saillet, (présentation en ligne)
  3. Gilles Pécout, Naissance de l’Italie contemporaine : 1770-1922, Armand Colin, (ISBN 9782200242619, présentation en ligne)
  4. a b et c Victor Duruy, Histoire populaire contemporaine de la France, vol. 3, Paris, Hachette, (présentation en ligne)
  5. Revue des Deux Mondes - 1897 - tome 139