Elsa Morante

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Morante.
Elsa Morante
Moravia & Morante.jpg

Elsa Morante et Alberto Moravia à Capri.

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 73 ans)
RomeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Fratrie
Marcello Morante (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Autres informations
Domaine
Distinctions

Elsa Morante, née le [1] à Rome et morte le dans cette même ville, est une romancière, nouvelliste, poétesse et essayiste italienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elsa Morante passe son enfance dans le quartier populaire du Testaccio, à Rome. Fille d'une institutrice de confession juive et d'un employé des postes, elle est en fait reconnue par Augusto Morante, surveillant dans une maison de correction.

Dès l'âge de treize ans, elle publie des récits dans plusieurs journaux pour enfants et, à dix-huit ans, elle décide de se consacrer à l'écriture, quittant famille et études. Elle collabore à l'hebdomadaire Oggi, de 1939 à 1941.

Elle épouse l'écrivain Alberto Moravia en 1941 (le couple se séparera en 1962, sans jamais divorcer). Elle le suit dans l'exil décrété par les fascistes de 1943 à 1944.

Elsa Morante publie son roman Mensonge et sortilège (Menzogna e sortilegio) en 1948, qui lui vaut le prix Viareggio. En 1957, elle est lauréate du prix Strega grâce à son deuxième roman L'Île d'Arturo (L'isola di Arturo).

Elle voyage en Espagne, en URSS, en Chine et, en 1960, aux États-Unis, où elle se lie avec un jeune peintre, Bill Morrow, qui se suicide en 1962. L'année suivante, elle publie le recueil de nouvelles Le châle andalou (Lo scialle andaluso). Elle participe ensuite à la préparation du film de Pier Paolo Pasolini L'Évangile selon saint Matthieu, sorti en 1964.

Après un silence d'une décennie, elle publie en 1974 La storia, gros roman qui suscite la polémique et devient un best-seller mondial avant d'être adapté à la télévision italienne en 1986 par Luigi Comencini.

Avec Aracoeli, paru en 1982, elle reçoit en France le prix Médicis étranger 1984.

Malade des suites d'une fracture du fémur, elle tente de se suicider en 1983. Elle meurt en 1985.

En 2018, René de Ceccatty lui consacre la première biographie en français : Elsa Morante. Une vie pour la littérature (Tallandier).

Famille[modifier | modifier le code]

Elsa Morante est la tante de l'actrice et réalisatrice Laura Morante.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • Menzogna e sortilegio (1948)
    Publié en français sous le titre Mensonge et Sortilège, traduit par Michel Arnaud, Paris, Gallimard, coll. « Du monde entier », 1967 (notice BnF no FRBNF33104910)  ; réédition, Paris, Gallimard, coll. « Folio » no 1884, 1894, 2 vol., 1987 (ISBN 2-07-037884-5) et (ISBN 2-07-037894-2)
  • L'isola di Arturo (1957)
    Publié en français sous le titre L'Île d'Arturo, mémoires d'un adolescent, traduit par Michel Arnaud, Paris, Gallimard, coll. « Du monde entier », 1963 (notice BnF no FRBNF33104908) ; réédition, Paris, Gallimard, coll. « Folio » no 1076, 1978 (ISBN 2-07-037076-3)
  • La storia (1974)
    Publié en français sous le titre La Storia, traduit par Michel Arnaud, Paris, Gallimard, coll. « Du monde entier », 1977 (ISBN 2-07-029692-X)  ; réédition, Paris, Gallimard, coll. « Folio » no 1214-1215, 2 vol., 1980 (ISBN 2-07-037214-6) (ISBN 2-07-037215-4) ; réédition en un volume, Paris, Gallimard, coll. « Folio » no 4024, 2004 (ISBN 2-07-031501-0)
  • Aracoeli (1982)
    Publié en français sous le titre Aracoeli, traduit par Jean-Noël Schifano, Paris, Gallimard, coll. « Du monde entier », 1984 (ISBN 2-07-070176-X)  ; réédition, Paris, Gallimard, coll. « Folio » no 1214-1215, 2 vol., 1980 (ISBN 2-07-037214-6) (ISBN 2-07-037215-4)

Recueils de nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Il gioco segreto (1941)
  • Le bellissime avventure di Caterì dalla Trecciolina (1942)
  • Lo scialle andaluso (1963)
    Publié en français sous le titre Le châle andalou, traduit par Mario Fusco, Paris, Gallimard, coll. « Du monde entier », 1967 (notice BnF no FRBNF33104912) ; réédition, Paris, Gallimard, coll. « Folio » no 1579, 1984 (ISBN 2-07-037579-X)
  • Racconti dimenticati (2002), publication posthume
    Publié en français sous le titre Récits oubliés, Lagrasse, Verdier, coll. « Terra d'altri », 2009 (ISBN 978-2-86432-579-6)
  • Aneddoti infantili (2013), publication posthume
    Publié en français sous le titre Anecdotes enfantines, Paris, Arléa, coll. « Littérature étrangère : domaine italien », 2015 (ISBN 978-2-36308-078-3)

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Alibi (1958)
    Publié en français sous le titre Alibi, traduit par Jean-Noël Schifano, Paris, Gallimard, 1999 (ISBN 2-07-073176-6)
  • Il mondo salvato dai ragazzini e altri poemi (1968), édition augmentée en 2012
    Publié en français sous le titre Le Monde sauvé par les gamins, traduit par Jean-Noël Schifano, Paris, Gallimard, coll. « Du monde entier », 1991 (ISBN 2-07-072281-3)

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • La serata a Colono. Parodia (2013)

Autres publications[modifier | modifier le code]

  • Pro o contro la bomba atomica e altri scritti (1987)
    Publié en français sous le titre Pour ou contre la bombe atomique, traduit par Jean-Noël Schifano, Paris, Gallimard, coll. « Arcades » no 22, 1992 (ISBN 2-07-072516-2)
  • Diario 1938 (1989-2005)
    Publié en français sous le titre Territoire de rêve, traduit par Jean-Noël Schifano, Paris, Gallimard, coll. « Arcades » no 62, 1999 (ISBN 2-07-073175-8)
  • Piccolo manifesto dei comunisti (senza classe né partito). Lettera alle Brigate Rosse (2004)
    Publié en français sous le titre Petit manifeste des communistes, sans classes ni parti, suivi de Une lettre aux Brigades rouge, traduit par Martin Rueff, Paris, Payot & Rivages, coll. « Rivages Poche. Petite bibliothèque » no 500, 2005 (ISBN 2-7436-1405-6)

Adaptations[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

À la télévision[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Certaines sources donnent 1915 comme date de naissance. Voir Encyclopédie Universalis.

Liens externes[modifier | modifier le code]