1888 en Italie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chronologie de l’Italie

Chronologies
Années :
1885 1886 1887  1888  1889 1890 1891
Décennies :
1850 1860 1870  1880  1890 1900 1910
Siècles :
XVIIIe siècle  XIXe siècle  XXe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire
Chronologies géographiques
Chronologies thématiques
Architecture Arts plastiques Automobile Chemins de fer Cinéma Droit Football Littérature Musique populaire Musique classique Parcs de loisirs Photographie Philosophie Santé et médecine Science Sociologie Sport Terrorisme Théâtre
Calendriers
Romain · Chinois · Grégorien · Hébraïque · Hindou · Hégirien · Persan · Républicain

Cette page concerne l'année 1888 du calendrier grégorien.


Événements[modifier | modifier le code]

  • 27 février : à la suite de l’échec des négociations pour le renouvellement des relations commerciales entre la France et l’Italie, le Parlement français vote des surtaxes spéciales applicables à l’entrée des produits italiens. Le 29 février, le gouvernement italien répond par un décret qui surtaxe lourdement les importations française. Une guerre des tarifs s’ensuit (fin le )[1]. La guerre commerciale entre les deux pays coïncide avec les débuts d’une longue crise économique qui aura de graves conséquences pour l’agriculture du Sud (huile, vin, fruits et légumes). Les exportations italiennes vers la France passent de 405 millions de lires en 1887 à 170 en 1888 et 116 en 1897. Les exportations françaises tombent de 326 millions en 1887 à 156 en 1888, puis résistent à 167 en 1889.
  • 12 juin : congrès international des étudiants pour les 800 ans de l'université de Bologne.
  • 11 octobre : le roi d’Italie reçoit à Rome l’empereur d’Allemagne Guillaume II[2].


  • Francesco Crispi entreprend une série de réformes institutionnelles. Il élargit le corps électoral pour les élections administratives, il introduit les tribunaux administratifs pour la protection des citoyens dans leurs rapports avec la fonction publique, il fait approuver un nouveau Code pénal (Codice Zanardelli, 1889). En même temps, il donne à la politique étrangère un caractère plus dynamique.
  • Le roi d'Italie reçoit à Rome l’empereur d’Allemagne Guillaume II.
  • 296 631 Italiens quittent le pays. Dans le Sud, l’immigration touche 135 000 personnes, soit trois fois plus qu’en 1861.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Académie de droit international de La Hague, Recueil Des Cours, vol. 3, Martinus Nijhoff Publishers, (ISBN 9789028604025, présentation en ligne)
  2. David I. Kertzer, Prisoner of the Vatican : The Popes, the Kings, and Garibaldi's Rebels in the Struggle to Rule Modern Italy, Houghton Mifflin Harcourt, (ISBN 9780618619191, présentation en ligne)