Noyaux armés révolutionnaires

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Nuclei Armati Rivoluzionari
NAR
Image illustrative de l’article Noyaux armés révolutionnaires

Idéologie Néofascisme
Nationalisme révolutionnaire
Anti-américanisme
Statut inactif
Fondation
Date de formation 1977
Pays d'origine Drapeau de l'Italie Italie
Fondé par Valerio Fioravanti
Actions
Nombres d'attaques imputées 121
Victimes (morts, blessés) 17 morts, 88 blessés
Zone d'opération Drapeau de l'Italie Italie
Période d'activité 1977-1985
Organisation
Membres plus de 50 arrêtés
Financement hold-up
Groupe relié Banda della Magliana
Terza Posizione

Les Noyaux Armés Révolutionnaires (italien : Nuclei Armati Rivoluzionari, NAR) sont un groupe armé néo-fasciste italien actif de 1977 à 1985, pendant les années de plomb.

National-révolutionnaires, les NAR ont marqué un tournant dans le contexte de la subversion noire et une rupture avec leurs pères politiques, proposant, entre autres, une alliance opérationnelle avec des groupes idéologiquement différents mais ayant en commun la lutte contre la bourgeoisie capitaliste et contre les impérialismes, soviétique aussi bien qu'américain.

Au cours des quatre années d'activité, les NAR ont été tenus responsables de 33 meurtres, ainsi que de la mort de 85 personnes tuées dans le massacre de la gare de Bologne, pour lequel Valerio Fioravanti, Francesca Mambro et Luigi Ciavardini.

Historique[modifier | modifier le code]

Créés en octobre 1977 par Valerio Fioravanti, Cristiano Fioravanti, Franco Anselmi et Alessandro Alibrandi[1], les Noyaux armés révolutionnaires, financés par des hold-up, ont été responsables, jusqu'à leur disparition vers 1985, de 121 attentats (17 morts, 88 blessés). Plusieurs membres de cette organisations ont participé à l'attentat de la gare de Bologne.

Les NAR semblaient proches de la Banda della Magliana et de Terza Posizione. Le , 53 personnes ont été accusées dans le cadre du procès des NAR, le procès de l'attentat de la gare de Bologne ne commençant qu'en 1988. Selon l'organisation suisse « Globalterrorwatch », les NAR auraient proposé en janvier 1979 une alliance à l'extrême-gauche contre l'État italien[2].

Selon Gabriele Adinolfi, les NAR regroupaient environ 150 militants agissant « dans un spontanéisme quasiment anarchiste »[3].

En 2008, un ancien militant des NAR fut arrêté au Brésil[4].

Membres[modifier | modifier le code]

Parmi les membres des Noyaux armés révolutionnaires, on peut citer :
Paolo Signorelli • Gilberto Cavallini • Luigi Ciavardini • Francesca Mambro • Stefano Soderini • Pasquale Relsito • Franco-Naria Massimi • Andrea Calvi • Valerio Fioravanti • Cristiano Fioravanti • Franco Anselmi • Alessandro Alibrandi • Franco Giomo • Paolo Lucci Chiarissi • Livio Lai • Giuseppe Dimitri Lai • Luigi Ciavardini • Stefano Soderini • Massimo Carminati • Claudio Bracci • Stefano Bracci • Mario Corsi • Stefano Tiraboschi • Paolo Pizzonia • Patrizio Trochei • Walter Sordi • Marco Mario Massimi • Pasquale Belsito • Fiorenzo Trincanato • Andrea Vian • Pasquale Guaglianone • Pierluigi Bragaglia • Luigi Fraschini

Le musicien Massimo Morsello était membre des NAR.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]