1976 en Italie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chronologie de l’Italie

Chronologies
Années :
1973 1974 1975  1976  1977 1978 1979
Décennies :
1940 1950 1960  1970  1980 1990 2000
Siècles :
XIXe siècle  XXe siècle  XXIe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire
Chronologies géographiques
Chronologies thématiques
Aéronautique Architecture Arts plastiques Astronautique Automobile Bande dessinée Chemins de fer Cinéma Disney Droit Échecs Économie Fantasy Football Informatique Jeu Jeu vidéo Littérature Musique populaire Musique classique Numismatique Parcs de loisirs Photographie Radio Santé et médecine Science Science-fiction Sociologie Sport Télévision TerrorismeThéâtre
Calendriers
Romain · Chinois · Grégorien · Hébraïque · Hindou · Musulman · Persan · Républicain

Cette page concerne l'année 1976 du calendrier grégorien.


Chronologie de l'Europe

Évènements[modifier | modifier le code]

  • 20 juin : élections politiques : le PCI augmente son score avec 34,4 % des voix, la DC se maintient à 38,7 % mais tous les autres partis perdent des voix, y compris le PSI qui passe de 12 à 3 %. Compte tenu de l’hostilité des États-Unis à l’arrivée de socialo-communistes au pouvoir, de l’instabilité économique et de la violence permanente entretenue par les groupuscules d’activistes, Enrico Berlinguer reste convaincu du bien-fondé d’un compromis avec la DC.
  • 10 juillet : catastrophe de Seveso. Un nuage de dioxine se répand sur cette région de Lombardie, évacuée dans l’urgence. Cette catastrophe sera à l'origine d'une législation européenne (Seveso) sur les usines produisant ou utilisant des produits chimiques dangereux.
  • 13 - 29 juillet : le nouveau gouvernement dirigé par Giulio Andreotti bénéficie de la bienveillance des communistes et des socialistes sous le nom de « gouvernement de solidarité nationale. » Grâce à l’abstention des partis de l’« arc constitutionnel », il obtient l’investiture du Sénat (6 août) et de la Chambre (11 août).


  • L’échec des groupuscules révolutionnaires aux élections de 1975 (toute voie « légale » leur est fermée) et le compromis historique passé entre le PCI et la DC en 1976 (nombre de jeunes électeurs se sentant trahis), provoque la radicalisation du terrorisme italien à la fin des années 1970. À cela s’ajoute l’incroyable laxisme de la police dans la lutte anti-terroriste en 1976-1977. Des attentats des Brigades rouges visant des policiers, des magistrats et des journalistes font plus de 500 morts en 1976-1978.
  • Le nouveau ministre de l'interieur, Francesco Cossiga lance d'importantes réformes des forces de sécurité pour lutter contre les attentats terroristes. Il obtient l'allocation d'importants moyens visant à augmenter les effectifs des forces de police, centralise les bases de données, crée des unités spéciales antiterrotistes (services secrets), fait adopter de nouvelles lois "antiterroristes".
  • Emprunt d’un milliard de dollars à la CEE et de deux milliards à la RFA ; l’or italien est gagé auprès de la Bundesbank.
  • Amnistie offerte aux exportateurs italiens de capitaux, sous condition de rapatriement.
  • 14,3 milliards de dollars de dettes à l’étranger. Dévaluation de la lire (16 %).

Culture[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Films italiens sortis en 1976[modifier | modifier le code]

  • x

Autres films sortis en Italie en 1976[modifier | modifier le code]

Mostra de Venise[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Livres parus en 1976[modifier | modifier le code]

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Naissances en 1976[modifier | modifier le code]

Décès en 1976[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Articles généraux
Articles sur l'année 1976 en Italie
L'année sportive 1976 en Italie

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]