Émile Berchmans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Émile Berchmans
Liège, Grand Curtius, piano en style art nouveau (Serrurier, meubles; Berchmans, peintures, 1902).JPG

Liège, Belge, Musée Grand Curtius. Piano Art Nouveau (1902) et des autres meubles de Gustave Serrurier-Bovy (1858-1910), peint par Émile Berchmans.

Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 79 ans)
BruxellesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Formation

Émile Berchmans, né en 1867 à Liège et mort en 1947 à Bruxelles, est un peintre liégeois, et l'un des principaux affichistes belges du début du XXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Émile Berchmans est le fils du peintre Émile-Édouard Berchmans, frère du sculpteur Oscar Berchmans, neveu de Henri Berchmans, et cousin de Jules Berchmans.

Formé dans l'atelier de son père et à l'académie des beaux-arts de Liège, où il est l'élève d'Adrien de Witte, Émile Berchmans réalise la plus grande partie de sa carrière à Liège. Avec Armand Rassenfosse et Auguste Donnay, il est l'un des principaux affichistes de l'imprimerie d'Auguste Bénard à Liège : la collaboration entre les trois artistes liégeois et l'imprimeur français est à la base d'une production graphique à l'avant-garde de l'art de l'affiche en Europe à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle.

En 1904, Émile Berchmans est nommé professeur de composition historique et de croquis à l’académie des beaux-arts de Liège et devient professeur de Régine Renchon[1], première épouse de Georges Simenon; il assure les cours de peinture et d’arts décoratifs à partir de 1922 ; il est directeur de l'Académie de 1930 à 1934.

En 1892, il est le premier président du Royal Football Club de Liège.

Il est inhumé au Cimetière de Robermont à Liège.

Élèves[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Affiches, lithographies[modifier | modifier le code]

Peintures murales[modifier | modifier le code]

Tableaux[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques De Decker, « Des souvenirs précieux où Tigy raconte ses années folles avec Simenon. », Le Soir,‎

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Vers la modernité, le XIXe siècle au Pays de Liège, catalogue d'exposition (Liège, 5 octobre 2001-20 janvier 2002), Liège, 2001.
  • Jacques Stiennon, Jean-Patrick Duchesne, Yves Randaxhe (dir.), de Roger de le Pasture à Paul Delvaux. Cinq siècles de peinture en Wallonie, Bruxelles, Éditions Lefebvre & Gillet, Les Éditeurs d'Art Associés, Art&Fact, 1988, 336 p.
  • Liliane Sabatini, Le Musée de l'Art wallon, collection Musea Nostra, Ministère de la Communauté française de Belgique / Crédit Communal de Belgique, Bruxelles, 1988.

Lien externe[modifier | modifier le code]