Établissements Lempereur & Bernard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lambert Bernard 1837-1912
Sortie d'usine dans les années 1900

Les Établissements Lempereur & Bernard est une société en nom collectif fondée par Joseph Lempereur et son beau-frère Lambert Bernard en 1867 qui était installée quai de Coronmeuse 32 à Herstal près de Liège (Belgique). La société a démarré par la production d'une variante améliorée de lampe de mineur du type Mueseler. En 1887, elle prend la forme d'une Société anonyme, sous la dénomination de "Société Anonyme pour la fabrication d'appareils d'éclairage"[1]. En 1905, le nom est changé en "Société Anonyme des Etablissements Lempereur et Bernard"[2].

La principale production fut toutefois une lampe à pétrole de marque déposée[3] en 1883 et appelée « Lampe Belge ». Cette activité est couronnée de succès. Un exemplaire se trouve à la Maison de la métallurgie et de l'industrie de Liège.

La société disposait d’une succursale commerciale à Paris. En 1886 déjà, la firme allemande A.Riegermann avait obtenu le droit d’utilisation du brevet. De façon similaire, en 1891 la firme the Midland Lighting Co.Ltd., the Stanhope Street a Birmingham (Angleterre) obtient également le droit de fabriquer les lampes.

La Lampe Belge est reconnaissable par son écusson L & B entouré de rayons de soleils. En 1893, en Allemagne, la marque déposée L&B sera changée en « L&B;AR » (AR pour Albert Riegermann). On rencontre également des lampes avec écusson "L&B Paris" fabriquées, en fait, à Liège.

En Belgique, elle a poursuivi ses activités jusqu'à la guerre 14-18. Après celle-ci, la société s’est reconvertie en laminoir et fonderie à cuivre. À partir de 1932, elle s'est diversifiée dans la fabrication d’appareillages électriques industriels.

La société a cessé ses activités en 1950. Le site industriel, abandonné, a été reconverti[4] dans les années 1990 en une voirie et une zone d’activité artisanale.

À titre anecdotique, notons que Lambert Bernard était un amateur du dialecte wallon et membre actif[5] de la Société de langue et de littérature wallonnes. Par exemple, il a commandité[6] un monologue en wallon à Joseph Duysenx : Li Crèyassion dè l'feme (avril 1910). Henri, le fils de Joseph Lempereur, en faisait également partie.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Devant Me Kleinermann, notaire à Liège, enregistré à Liège le 6/1/1887, volume 686, folio 48, case 7. Paru aux annexes du Moniteur Belge du 19/1/1887, acte 120
  2. Devant Me Georges Biar, notaire à Liège, enregistré à Liège (AC) le 26/7/1905, volume 932, folio 58, case 8. Paru aux annexes du Moniteur Belge du 9/8/1905, acte 4256
  3. Brevet américain du 29 décembre 1885 mentionnant le brevet original belge du 20 décembre 1883
  4. Quinze ans d'aides européennes en Région wallonne (Page 50- 51) par Michèle Dawance
  5. Société de langue et de littérature wallonnes Deuxième série Tome X.
  6. Joseph Dusysenx (1878-1965) Chansonnier, auteur wallon et compositeur par Manuel Rondall

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Brevet déposé en 1885 pour les USA PDF 4 pages
  • Mine Gases and Ventilation; Textbook for Students of Mining by James T. Beard pages 280-281
  • The International Guild of Lamp Researchers forum: Discussions 1475, 1478 avec photos , 2738 and 4769 about the "Belgian Lamp"
  • Logos des becs de lampes à pétrole.