Eurythmie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Eurythmiste lors d'une représentation

L'eurythmie est une forme de langage codifié dansé issu de l'anthroposophie créé par Rudolf Steiner et Marie Steiner et qu'ils apellent « art du mouvement ». L'"eurythmie curative" est apparue dans le cadre de la médecine anthroposophique comme une art-thérapie.


Définition[modifier | modifier le code]

Selon Rudolf Steiner, l'eurythmie est la sœur de l'anthroposophie (non pas sa fille) et lui est intimement liée. Il s'agit d'un langage codifié qui se danse et qui permet d'aborder l'anthroposophie par des mouvements corporels typiques : « En faisant reproduire ces gestes codifiés aux enfants, on induit dans leur esprit l’idée qu’il existerait un « langage universel ». L’Eurythmie serait en effet, selon les anthroposophes, « le langage de l’invisible rendu visible ». »[1]

Eurythmie antique[modifier | modifier le code]

Eurythmie : (altgr. εὖ eu „bon“, „juste“ et ῥυθμὀς rhythmόsRhythme“, εὐρυθμία „situation juste, bonne mesure, harmonie“)[2] , peut être traduit par "mouvement juste et harmonieux" ou "beau mouvement". L’eurythmie est un concept utilisé déjà dans la Grèce antique[3].

Eurythmie anthroposophique[modifier | modifier le code]

Développement de l'eurythmie à ses débuts[modifier | modifier le code]

C'est au début du siècle dernier (à partir de 1911), que l'eurythmie a été développée par Rudolf Steiner (1861–1925), le fondateur de l'anthroposophie. Elle remonte à des impulsions données par John Ruskin, au milieu du XIXe siècle[4]. Avec l'eurythmie, Steiner a créé entre 1911 et 1925 un une langue gestuelle dansée occulte [5].

Du point de vue de l'histoire de la danse, l'apparition de l'eurythmie peut être mise en relation avec la révolution de la danse scénique et de la conscience corporelle à l'aube du XXe siècle, qui en Amérique, se développa avec entre autres Isadora Duncan, Loïe Fuller et Ruth St. Denis[6] . L'eurythmie apparut à peu près au même moment que la Gymnastique rythmique créée par Émile Jaques-Dalcroze (1865–1950), les formes d'expression dansées de Rudolf von Laban (1879–1958), ainsi que d'autres recherches artistiques expressionnistes. On abandonnait l'ancien pour chercher du nouveau[7]. Pierre de Coubertin également, lors de l'instauration des Jeux Olympiques, voulut faire appel à l'eurythmie car il voyait en cet art une nouvelle forme des chœurs du théâtre grec, et il regretta que Ruskin, auquel il avait fait appel pour la mise en valeur des Jeux, ait davantage publié sur l'eurythmie, que sur le sport[8] .

Les premières traces de réflexions de Steiner pour un art du mouvement, remontent à 1908. Il donna cette année-là des conférences sur l’Évangile de Jean. Lors d'une conférence, Rudolf Steiner demanda à Margarita Woloschin, peintre et écrivain, s'il était possible de traduire par la danse un passage du texte. La réponse de Woloschin fut "Je crois que tout ce que l'on ressent, on peut le danser". Mais elle ne donna pas elle-même de suite à cette initiative. Trois années s'écoulèrent encore avant que Steiner ne donne lui-même la baptême à l'eurythmie par de premiers cours spécifiques[9].

Exemple de forme de Rudolf Steiner donnée à Lory Maier-Smits. Bar-: élan vers le haut; -bara saß: sons tendus ; stracks: élan vers le bas ; am Abhang: mouvements de vagues (d'après Steiner/Smits/Beltle/Vierl[10])

La première élève en eurythmie fut Lory Maier-Smits, fille d'une anthroposophe nommée Clara Smits. Steiner lui demanda entre-autres de marcher les allitérations, de faire un pas affirmé sur chaque temps de l'allitération et de bouger librement les bras sur chaque syllabe dépourvue de consonne accentuée. Maier-Smits a par la suite mis par écrit les indications de Rudolf Steiner et les a retransmises dans son enseignement.

En tant qu'art du mouvement, l'eurythmie est née progressivement dans le cadre des mises en scène par Rudolf Steiner de ses quatre "Drames mystères" entre 1910 et 1913 avec la collaboration étroite de Marie von Sivers. Le 24 septembre 1912, c'est Marie von Sivers qui proposa le nom d'"eurythmie", que l'on utilise encore aujourd'hui. Lorsque le Goetheanum fut construit à Dornach, ce lieu devint la scène principale pour les représentations d'eurythmie, avec notamment Tatjana Kisseleff.[11]

Les premières écoles d'eurythmie furent fondées en 1924 à Dornach[12] et à Stuttgart[9].

Formation[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

L'eurythmie est régulièrement enseignée dans les Écoles Waldorf où elle apparaît généralement dans le plan hebdomadaire de la 1re à la 12e classe. Dans les jardins d'enfants waldorf, l'eurythmie est pratiquée sous une forme ludique adaptée aux petits enfants. L'eurythmie est enseignée dans différentes écoles d'art comportant un département spécialisé, sous forme de formation professionnelle de plusieurs années ou de cursus d'études supérieures ; pour l'eurythmie pédagogique, l'eurythmie curative ou l'eurythmie sociale, il existe des formations complémentaires spécialisées. En plus de leur compétence en eurythmie, on attends des eurythmistes des connaissances générales dans le domaine de la poétique et de l'art lyrique, de la récitation ("Art de la parole"), de l'Anatomie, de la théorie musicale, de la couleur, de la chorégraphie, de l'éclairage de scène et de l'anthroposophie. Pour les professeurs d'eurythmie et pour les eurythmistes curatifs, il s'ajoute à cela des connaissances dans le domaine de la pédagogie et dans le domaine de la santé, avec un accent particulier sur la pédagogie Steiner-waldorf pour les uns et la médecine anthroposophique pour les autres.

Mise en œuvre de l'eurythmie[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

L'eurythmie se présente comme un art visant à rendre visibles par le mouvement du corps humain des éléments objectifs et des lois agissant dans le langage et dans la musique[évasif]. On met en œuvre pour cela l'expressivité des gestes, des couleurs, et des formes dans l'espace.[réf. nécessaire]

L'eurythmie s'efforce de représenter des contenus d'âme ou des idées au moyen de mouvements corporels et de gestes (gestes pour le sens, pour les sonorités, les phrases, les notes, etc.). Des textes et des morceaux de musique sont transposés en mouvements. La capacité à exprimer le langage et les sonorités distingue l'eurythmie de nombreuses autres formes rythmiques de scène. L'eurythmiste est invité(e) à trouver sans cesse d'autres gestes. La majeure partie des mises en scène d'eurythmie concerne ce que l'on appelle l'eurythmie de la parole et l'eurythmie musicale.''[réf. nécessaire]

Le Goetheanum: Lieu de nombreuses représentations d'eurythmie

Pour l’interprétation des œuvres musicales, le squelette principal de la mesure n'est souvent que l'un des aspects. S'y ajoutent la tonalité, le style, ainsi que le geste émotionnel et le message de l’œuvre. Contrairement au ballet classique ou aux diverses formes de danses modernes, l'eurythmie ne recourt à aucune posture préétablie ni à des séquences de mouvements abstraits.[réf. nécessaire]

Dans les spectacles d'eurythmie, des œuvres dramatiques, épiques et lyriques puisant à la poésie et à la musique de toutes les époques sont représentées en tant que "langage d'âme visible", "chant visible". Ceci donne lieu aussi bien à des mises en scènes chorégraphiques de groupe qu'à des prestations en solo. Une célèbre mise en scène dans laquelle l'eurythmie est mise à contribution est celle de la représentation intégrale du Faust I und II de Goethe, au Goetheanum à Dornach.

L'eurythmie curative est reconnue en Allemagne et en Suisse par un certain nombre de caisses d'assurance maladie en tant que thérapie complémentaire à la médecine anthroposophique[13].

Depuis les années 1980, l'eurythmie s'est aussi développée dans le champ de la vie sociale sous le nom d'"eurythmie d'entreprise". L'"eurythmie sociale" est censée servir à équilibrer les dysharmonies dans le domaine de la mobilité et à éveiller aussi les forces de créativité.[évasif]

Langage corporel et mouvement dans l'espace scénique[modifier | modifier le code]

Chorégraphie[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Toutes les représentations d'eurythmie s’appuient sur une chorégraphie, ce qu'on appelle souvent la "forme", en eurythmie[évasif]. C'est par cette forme que l’œuvre d'art, parole ou musique, est placée dans l'espace. Des commentaires tels que des indications concernant la mesure, en eurythmie musicale ou les vers en eurythmie de la parole, précisent le lien entre la forme et l’œuvre d'art qu'elle interprète[évasif]. Au-delà de la forme, on[Qui ?] donne aussi souvent des indications pour les costumes, les accessoires, les couleurs pour les vêtements ou pour les éclairages de scène se modifiant au cours du spectacle[Lesquelles ?].

En eurythmie musicale, des déplacements vers l'avant accompagneront des sons plus aigus ou plus forts, et des déplacements vers l'arrière, des sons plus graves ou plus doux. Les changements de rythmes dans la musique se traduiront par des pas ralentis ou accélérés. L'ensemble d'une représentation consiste en une succession de formes en lesquelles se reflètent les reprises et les variations de l’œuvre elle-même. Plusieurs eurythmistes ou groupes d'eurythmistes peuvent effectuer simultanément des formes différentes. Souvent, les différentes voix d'un morceau de musique sont chacune tenues par un groupe.

À côté des formes, les gestes représentent le deuxième élément de l'expression eurythmique. Les gestes les plus basiques sont des mouvements du corps dans les six directions de l'espace, élévation, contractions et flexions. Ces mouvements sont complétés par des gestes des bras. Pour ces derniers, on a une série de gestes principaux associés aux notes, aux intervalles, et aux sonorités de la parole. Toutefois, ces gestes peuvent être conduits de façons très diversifiées quant à leur amplitude, leur orientation spatiale et leurs enchaînements, et dans la façon de les lier entre eux, de sorte qu'avec la forme, une considérable diversité de combinaisons peuvent être imaginées donnant aux artistes une grande liberté d'interprétation. Quelques typologies viennent cependant donner un cadre au jeu interprétatif. Ce que l'on appelle les "formes apolliniennes" s'orientent strictement en fonction de la grammaire et du sens général de la parole. À chaque type de mot de la phrase s'associe un type de mouvement[évasif]. Ainsi, dans la méthode apollinienne, chaque composante de la phrase évoquant une "réalité spirituelle" donne lieu, dans la chorégraphie à un déplacement courbe s'ouvrant vers le public. Vu que la nature des formes apolliniennes repose sur un "formalisme strict"[Lequel ?], les chorégraphies de ce type se construisent selon des règles précises. Les gestes expressifs apolliniens sont, autant que les formes, régis selon la grammaire et le sens de la parole[évasif], et s'utilisent toujours à l'identique. Les mots de liaison, par exemple, sont exprimés par un petit mouvement de la tête.

Eurythmie curative[modifier | modifier le code]

Article connexe : médecine anthroposophique.

Pour l'eurythmie curative, une maladie est à considérer comme une perturbation d'ordre karmique Les exercices, sous forme de mouvements appropriés, s'efforcent de rétablir une harmonie et un équilibre.

Dans le cadre de la médecine anthroposophique, l'eurythmie est utilisée pour des pathologies aiguës, chroniques ou dégénératives du système nerveux, du système circulatoire, du métabolisme ou du système moteur. On l'utilise aussi chez l'enfant pour les problèmes de développement et de handicaps, de même que pour les problèmes psychosomatiques, psychiatriques et pour les troubles de la vue et de la dentition.

L'eurythmie curative n'est pas reconnue par la science officielle. Il n'existe pas de preuves de son efficacité qui s'appuieraient sur des études à fiabilité garantie[14].

L'eurythmie curative est dans certains pays une forme de thérapie spécifique de la Médecine anthroposophique qui a été développée en 1921 par Rudolf Steiner en collaboration avec Ita Wegman à partir des gestes et des mouvements de l'eurythmie. Il s'agit d'une art-thérapie originale pratiquée par des thérapeutes anthroposophes. En vertu d'une réglementation fédérale allemande[15] , les frais engagés pour les soins d'eurythmie curative peuvent être remboursés par les caisses d'assurance-maladie.

En architecture[modifier | modifier le code]

L'eurythmie est un des grands principes qui régissent l'architecture anthroposophique [16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « L’Eurythmie dans les écoles Steiner-Waldorf : de l’Anthroposophie à visage presque découvert ! », sur La Vérité sur les écoles Steiner-Waldorf (consulté le 16 janvier 2017)
  2. εὐρυθμία: εὐ-ρυθμία, ἡ, das richtige Verhältnis, Ebenmaß, bes. im Takte, Wohlklang; übh. schickliche Haltung, Anstand.
  3. La Revue hebdomadaire, Volume 22, Partie 11, Librairie Plon, (lire en ligne)
  4. Renate Foitzik Kirchgraber: Lebensreform und Kunstlergruppierungen um 1900.
  5. Rudolf Steiner: Eurythmie.
  6. Gabi Vettermann: Rudolf Steiner.
  7. Gabriele Brandstetter: Tanz-Lektüren.
  8. Arnd Krüger: ‘The masses are much more sensitive to the perfection of the whole than to any separate details’: The Influence ofJohn Ruskin’s Political Economy on Pierre de Coubertin.
  9. a et b Rudolf Steiner: Die Entstehung und Entwickelung der Eurythmie (= GA 277a).
  10. Ce dessin correspond à une production de Rudolf Steiner (1861-1925) rapportée par Eleonore Maier-Smits, Erika Beltle und Kurt Vierl in: Lory Maier-Smits: Erste Lebenskeime der Eurythmie.
  11. Voir: Bodo von Plato, Anthroposophie im Dornach 2003, (ISBN 3-723-51199-6).
  12. Tatjana Kisseleff: Ein Leben für die Eurythmie.
  13. Stiftung Warentest, Alternative Behandlungsverfahren – Was die Krankenkassen bezahlen, Pressemitteilung vom 17.
  14. On ne dispose pour l'instant que d'une méta-étude sur l'eurythmie curative. Elle a été publiée en 2008 dans la revue sur les médecines alternatives Complementary and Alternative Medicine (Impact Factor 2.20). Elle s'appuie sur huit études de cas pour lesquelles les standards médicaux doivent être considérés comme insuffisamment respectés (contrôles, randomisation, groupes témoins). Les études provenaient à chaque fois de publications concernant les médecines alternatives. Les auteurs disent en conclusion que l'on n'a pas pu prouver une efficacité spécifique réelle de l'eurythmie curative. Ils considèrent cependant l'eurythmie curative comme un complément potentiellement utile dans le cadre d'interventions thérapeutiques complexes, et ils invitent à poursuivre la recherche : "EYT could be regarded as a potentially relevant add-on in a complex therapeutic concept which intends to support health and well-being (salutogenesis), although its specific relevance remains to be clarified. Well performed controlled studies with defined indications and treatment regimes are highly recommended." Arndt Büssing, Thomas Ostermann, Magdalena Majorek and Peter F Matthiessen: Eurythmy Therapy in clinical studies: a systematic literature review, BMC Complementary and Alternative Medicine 2008, 8:8 doi:10.1186/1472-6882-8-8, online : http://www.biomedcentral.com/1472-6882/8/8. L'eurythmie curative ne figure pas parmi les sujets d'études menées dans le cadre de la science officielle.
  15. Bundessozialgericht der Bundesrepublik Deutschland, Urteil vom 22. März 2005 (Aktenzeichen B 1 A 1/03 R)
  16. Vitruve De architectura. Livre I, chapitre 2

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]