Volkswagen Combi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Volkswagen Type 2)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Combi.
Volkswagen Combi
Volkswagen Combi

Marque Volkswagen
Années de production 1948 - 2014 (1979 en Europe)
Moteur et transmission
Moteur(s) 4 cylindres à plat,
refroidis par air
- 1 192 cm³, 25 puis 34 ch
- 1 584 cm³, 50 ch
- 1 971 cm³, 70 ch
Transmission propulsion,
moteur arrière
Boîte de vitesses Manuelle 4 vitesses
Poids et performances
Poids à vide 1 200 à 1 600 kg
Vitesse maximale 90/110/130 km/h
Consommation mixte 1600 : 10 l/100 km
2 litres : 12 L/100 km
Émission de CO2 208[1]à 329[2] g/km
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Simple et double cabine, tolé, vitré, minibus et camping-car
Dimensions
Longueur 4 460 à 4 545 mm
Largeur 1 720 à 1 760 mm
Hauteur 1 955 à 2 260 mm
Chronologie des modèles
Volkswagen Transporter Suivant

Le Combi Volkswagen ou Volkswagen Type 2 ou Transporter ou encore VW bus est la deuxième ligne de véhicule à moteur présentée par le constructeur automobile allemand Volkswagen, en 1950. Pouvant être équipé d'un toit escamotable, d'une cuisine avec un réchaud à gaz, un réfrigérateur et un petit évier alimenté en eau, à l'arrière d'une banquette convertible en lit, il est un précurseur du camping-car et est notamment associé à l'époque hippie.

La première ligne de véhicule à moteur était la Coccinelle ou Volkswagen Type 1. Le mot de « Combi » est l'abréviation du mot allemand Kombinationenwagen, que l'on peut traduire par « multi-usage » et devient, en France seulement, le surnom de la version la plus répandue du Volkswagen Type 2. En Allemagne, pays d'origine, il est surtout connu sous l'appellation de « Bulli », bouledogue, pour la ressemblance de la face avant des premières générations, les « split-windows ».

Le type 2 a fêté en 2008 son soixantième anniversaire. Le dessin originel et les premiers prototypes datent en effet de 1947, bien que la commercialisation n'ait réellement démarré que dans les premiers jours de mars 1950, grâce à l'appui de Heinrich Nordhauff, alors responsable du groupe.

Ce véhicule est généralement considéré[Par qui ?] comme le précurseur des fourgons modernes de cargaison et de passagers. Ben Pon, industriel néerlandais, avait besoin pour son commerce d'un véhicule utilitaire simple, robuste et économique. D'un simple croquis sur un petit carnet, il va faire réaliser les premiers prototypes de ce qui allait devenir, fin 1949, le type 2. Les premiers modèles porteront le surnom de barndoor — en anglais porte de grange — en référence au capot moteur immense, permettant de loger la roue de secours au-dessus du moteur.

Le Type 2 a engendré un certain nombre d'imitations aux États-Unis et en Europe comme le Ford Econoline ou le Dodge A100 aux États-Unis. En Europe, et notamment en Allemagne, la firme DKW avec son Schnellaster et les Tempo Wiking essaieront de concurrencer le Volkswagen, sans grand succès malgré leurs qualités évidentes. La production du transporter Volkswagen démarre en 1950, et le véhicule en est aujourd'hui à sa cinquième évolution, bien qu'au fil des générations il n'ait aujourd'hui plus rien à voir avec le premier modèle.

Image[modifier | modifier le code]

D'abord pur utilitaire dans un monde d'après-guerre manquant de moyens de transport, il a aussi été fabriqué en version minibus, dont le luxueux modèle « samba ».

Ce véhicule est solide[réf. nécessaire]. Les modèles les plus rares font l'objet d'une spéculation importante[réf. nécessaire] et sont collectionnés par des Américains, des Japonais, des Français, des Allemands et des Belges [réf. nécessaire].

Westfalia, aménageur allemand en a fait le camping-car le plus répandu au monde[réf. nécessaire].

Le T2, c'est-à-dire Type 2 de deuxième génération, est toujours (2013) produit au Brésil, recevant une mécanique moderne de Volkswagen Polo. La façade est alors munie d'un radiateur d'eau inexistant sur les modèles produits entre 1968 et 1979.

On peut aujourd'hui commander, via l'importateur basé au Royaume-Uni, ces véhicules dits « bay-windows » neufs en version utilitaire, minibus ou camping-car, mais leur homologation dans certains pays dont la France est un parcours d'obstacle extrêmement rebutant pour l'amateur.

Cependant, Volkswagen a annoncé la fin programmée de la production pour le 31 décembre 2013. La législation, imposant ABS et coussin gonflable de sécurité (« Airbag ») et rentrant en vigueur au 1 janvier 2014, aura eu raison de lui après une production ininterrompue durant 63 années.

La production du transporter T3, le dernier avec la mécanique à l'arrière, a cessé en Afrique du Sud en 2003.

Perdant en 1991 son implantation mécanique « tout à l'arrière » des débuts, la quatrième génération dénommée simplement Transporter T4 devient un véhicule traction avant.

On peut résumer très succinctement les évolutions en années :

  • 23/4/1947 - Premiers dessins, premiers prototypes dans les usines VW d'Hanovre.
  • 12/11/1949 - Présentation du transporter Type 1, depuis surnommé barndoor.

Cette appellation non commerciale sera doublée plus tard et notamment au profit de l'installation d'un hayon, du surnom de split-windows, littéralement « pare-brise en deux parties ».

  • janvier 1950 - 7 véhicules seulement sortent de l'usine de Wolfsburg, puis 3 en février.
  • mars 1950 - Présenté au salon de Genève, l'unique modèle (code 21) est commercialisé 585 DM de l'époque.
  • août 1967 - Présentation du transporter Type 2, communément surnommé bay-windows, ou « pare-brise panoramique ». Les T2a et T2b se différencient principalement par les pare-chocs avant-arrière, les feux arrières et l'entrée d'air moteur. Ainsi, la variante modernisée T2b apparaît fin 1972, précédée d'un modèle dit de transition qui sera déjà équipé de freins à disques à l'avant.
  • juillet 1979 - Présentation du transporter Type 2, 3e génération, plus familièrement appelé T3.

Le T3 sera le dernier transporter à moteur arrière, perdant au passage le refroidissement à air des débuts en 1982. Cette même année verra l'apparition de la première motorisation diesel, et le passage de toute la gamme, essence et diesel, au refroidissement par eau. La variante Syncro offrira 4 roues motrices, étudiées par la firme autrichienne Steyr-Puch.

  • 1990 - Fin de production en Europe du transporter T3 et apparition de la quatrième génération, traction avant, le T4.

Le T3 sera toutefois produit jusqu'en 2003 en Afrique du Sud, avec des motorisations spécifiques (moteur 1800 golf, 2,3 et 2,6 litres Audi à 5 cylindres, et même une très petite série à moteur V6 Ford).

  • 1992 - Refabrication à 2500 exemplaires - et à la demande de la clientèle - du T3 nommé pour l'occasion « Last Limited Edition : LLE ».
  • 2013 - Arrêt de la fabrication du Combi au Brésil[3].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pour certains modèles Combi Court TDI (102 ch) d'après l'ADEME
  2. Pour certains modèles Combi Long Surlv (115 ch) BVA d'après l'ADEME
  3. Marie Piquemal et Richard Poiroux, « Bande de vanatiques ! », Libération, no 10147,‎ 28 décembre 2013, p. 46 — 49 (ISSN 0335-1793, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le VW Combi de mon père, Patrick Lesueur. 1999.
  • VW Kombi et Transporter : De fidèles serviteurs, Dimitri Urbain. 2013.

Le Volkswagen Combi dans la littérature[modifier | modifier le code]

  • La chapelle des damnés, Samuel Gance. 2013.

Le Volkswagen Combi au cinéma[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]