Volkswagen Kübelwagen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
VW Kübelwagen (LIM 111).
VW Kübelwagen
intérieur

La VW 82 Kübelwagen (« voiture bassine ») est un véhicule léger militaire allemand de la Seconde Guerre mondiale.

Historique[modifier | modifier le code]

Conçue par Ferdinand Porsche avant le début du conflit, elle possède une carrosserie ouverte simplifiée montée sur le châssis et dotée des éléments mécaniques de la voiture appelée alors KdF-Wagen, devenue plus tard la Coccinelle. Pour améliorer ses capacités tous terrains, des réducteurs sont installés au niveau des roues, augmentant la garde au sol et le couple de traction. Elle est également équipée d'un différentiel de la société ZF (Zahnradfabrik Friedrichshafen) autobloquant à galets pour augmenter les capacités de franchissement en terrain glissant.

Par sa légèreté et son différentiel autobloquant, la VW 82 4x2 (4 roues dont 2 roues motrices) s'est montrée meilleure que la « jeep » MB ou GPW 4X4 beaucoup plus lourde sans différentiels verrouillables qui la ramènent à une 4x2 lorsque les 2 roues d'un même côté patinent[réf. nécessaire]. Certains officiers allemands lui préféraient toutefois les Jeep qu'ils capturaient à l'ennemi, la trouvant, selon l'historien Antony Beevor, « bien supérieure »[1].

Conçu comme véhicule de transport de troupes, il était agile, fiable et facile à produire. L'armée allemande en utilisa 55 000 exemplaires durant la Seconde Guerre mondiale.

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

  • Poids à vide : 725kg
  • Poids total en charge : 1025kg
  • Garde au sol : 29cm
  • Empattement : 2.4m
  • Longueur : 3.74m
  • Largeur : 1.6m
  • Hauteur totale : 1.6m
  • Hauteur (capote & pare-brise baissés) : 1.12m
  • Voie avant : 1.35m
  • Voie arrière : 1.36m
  • Pneumatiques : 5.25x16
  • Jantes : tôle emboutie en acier, 5 trous, entraxe 205,16x4.5
  • Moteur : Volkswagen de 4 cylindres, 985 cc. et 24 chevaux à 3 200 tr/min

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Anthony Beevor cite le cas d'officiers de la 16. Panzer-Division lors de la bataille de Stalingrad. Antony Beevor, Stalingrad, Éditions de Fallois, coll. « Le Livre de poche »,‎ 1998, 605 p. (ISBN 978-2-253-15095-4), p. 160.

Voir aussi[modifier | modifier le code]