Volkswagen Iltis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
VW Iltis

Véhicule tout-terrain conçu par Audi sur la demande de Volkswagen (Audi étant une filiale de Volkswagen), il reprend pour une part des pièces déjà disponibles sur leurs gammes respectives. L’Iltis (type 183) a un petit air de famille avec la Golf, mais n’a en fait rien à voir avec ce modèle… Il est en réalité bien plus proche du DKW Munga, dont il constitue une modernisation du concept. Ses performances lors des essais sur neige firent prendre conscience aux ingénieurs d’Audi de l’intérêt des 4 roues motrices, ce qui entraina la création de l’Audi Quattro (et des autres automobiles de tourisme à transmission intégrale…).

Adopté par la Bundeswehr dès 1978 et vendu en petite quantité en version civile (12 pour la France), à son volant Freddy Kottulinsky et Gerd Löffelmann (n° 137) ont gagné le Paris-Dakar en 1980, Patrick Zaniroli et Philippe Colesse (n° 136) ont fait 2e et Jean Ragnotti et Georges Vaills (n° 138) 4e.

En octobre 1981, Volkswagen AG Allemagne a accepté de céder et de transférer à Bombardier Inc. au Canada, la technologie de conception et de fabrication de ses Iltis (4x4) utilisés par l'armée allemande. L'accord qui est passé avec Bombardier lui octroie les droits mondiaux pour la commercialisation, la vente et la distribution du Iltis, ainsi que les droits pour fabriquer et commercialiser la version civile. Ainsi, Bombardier a acquis le matériel et l'outillage utilisé dans la fabrication du Iltis. Après cette annonce, le ministère canadien de la Défense Nationale a demandé à l'entreprise de soumettre une proposition, fondée sur l'Iltis pour le remplacement des véhicules existants (4X4) des Forces canadiennes. En novembre 1983, il a été annoncé que le gouvernement canadien avait attribué un contrat de 1 900 (plus tard porté à 2 500) véhicules Iltis à la Division Logistique Equipement de Bombardier Inc. Le contrat comprend la fourniture de pièces détachées, des manuels et des programmes de formation pour les opérateurs et la maintenance et a été évalué à 68 millions de dollars canadien. La production pour ce contrat a commencé à la fin du deuxième trimestre de 1984 et a été achevée fin 1985. En 1984, une commande de plus de 2 500 véhicules a été faite pour les forces armées belges (2 673 ont été livrés). Le Cameroun a reçu une quantité jamais précisée d’Iltis Bombardier idem pour le sultanat d'Oman. La production a cessé en 1988.

Deux motorisations ont animé les Iltis. La plus grande partie des Iltis fut équipée d'un moteur dérivé d'un bloc Audi[1] à allumage commandé (carburant à l'essence) quatre cylindres à refroidissement liquide de 1 714 cm3 développant 75 ch à 5 000 tr/min tandis que, dans les deux dernières années de production, un moteur turbo diesel Volskswagen 1.6 litre de 69 ch à 2 500 tr/min, plus sobre fut utilisé.

L'Iltis a une boîte 5 vitesses + marche arrière, la première ultra courte appelée « première rampante » ne permet de rouler qu'à 4 km/h, mais pour cela il faut passer en quatre roues motrices, sinon cette vitesse ne s'enclenche pas. Ce véhicule bénéficie de bonnes capacités de franchissement sans préparation spécifique, néanmoins, la suspension à lames transversales ne permet pas d'importants croisements de ponts aux quatre roues, pourtant indépendantes, mais n'offrant pas un très grand débattement; par contre il est bien protégé contre l'eau, car bon nombre de durites de mise à l'air remontent assez haut dans la carrosserie et le bout de l'échappement en forme de siphon empêche l'eau, dans une certaine mesure, de rentrer dedans, tandis que l'allumeur des versions à essence est blindé. Son blocage du différentiel de pont arrière est apprécié en franchissement. Certaines versions produites par Bombardier disposent même d’un blocage du différentiel avant[2], ce qui pallie alors le manque de débattement des suspensions (différentiels bloqués, on peut quand même avancer avec deux roues levées en opposition). Par ailleurs, son comportement routier, grâce à ses 4 roues indépendantes, est supérieur à celui de bien des 4x4 militaires, surtout replacé dans le contexte des années 1970. Bon franchisseur et véhicule agréable au quotidien, il fut souvent apprécié par les militaires qui l’ont conduit.

Au total, environ 10 000 unités ont été produites par Volkswagen et environ 6 000 unités produites par Bombardier. Outre les armées allemandes, belges et canadiennes, les Forces Françaises à Berlin (FFB) ont été équipées de ce véhicule, en particulier les pelotons Reconnaissance Orientation Commando (ROC) chargés d'effectuer les patrouilles zonales le long du mur de Berlin. Ce matériel a été rendu à la RFA lors du départ des FFB.

Quelques prototypes, en conduite à droite, ont été développés et testés pour Singapour avec un système de refroidissement spécifique.

Marchés militaires[modifier | modifier le code]

En relation[modifier | modifier le code]

Voir Citroën C44 : le constructeur français Citroën avait envisagé la production d’un Iltis légèrement modifié équipé d'un moteur de CX, pour répondre à une demande de l’armée française. Seuls quelques modèles furent produits.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il s'agissait d'un Cinq cylindres Audi amputé de son 5e cylindre
  2. Fiche technique du type 183 YX