Vaylats

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vaylats
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Lot
Arrondissement Cahors
Canton Lalbenque
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Lalbenque
Maire
Mandat
Bertrand Gouraud
2014-2020
Code postal 46230
Code commune 46329
Démographie
Population
municipale
269 hab. (2011)
Densité 10 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 20′ 17″ N 1° 38′ 37″ E / 44.3380555556, 1.6436111111144° 20′ 17″ Nord 1° 38′ 37″ Est / 44.3380555556, 1.64361111111  
Altitude Min. 210 m – Max. 326 m
Superficie 26,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vaylats

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vaylats
Liens
Site web Site web du village de Vaylats

Vaylats est une commune française, située dans le département du Lot en région Midi-Pyrénées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vaylats est un petit village situé dans le sud-est du département du Lot sur Lère morte. Il se trouve sur la route qui mène de Montauban à Figeac en passant par Caussade.

Histoire[modifier | modifier le code]

Difficile d'établir l'histoire d'un si petit village, qui a subi les soubresauts de l'histoire. L'étymologie ne donne pas une indication convaincante... Vaylats venant de l'adjectif occitan "Baïlat" (donné) cette étymologie pourrait être vraie mais le système féodal fonctionne de la même façon dans tout l'Occident. Il n'y a aucun fait marquant qui ait influencé l'histoire de la région, dans l'histoire du Quercy, comme d'ailleurs dans tous les villages environnants.

Les habitants ont travaillé ces terres depuis des temps très éloignés, peut-être deux ou trois siècles avant J-C comme l'attestent des restes gallo-romains. On a retrouvé les traces d'un oppidum, qui pourrait être celui d'Uxellodunum, le dernier bastion gaulois à résister contre César. Les guerres surtout la guerre de Cent Ans au XIVe siècle et les guerres de religion au XVIe siècle ont ruiné ces régions agricoles.

Aucun seigneur ne porte le nom de Vaylats ; toutefois dans l'histoire de Lacoste, on trouve au XIIIe siècle le nom de Guilhem de Vaylats. La paroisse de Vaylats est une annexe du prieuré de Bach à la Révolution française. La famille de Godaille possède une partie des terres ; la seigneurie était, semble-t-il, la dot de sa femme.

A la veille de la révolution, son descendant, le marquis de Cieurac, habite Montauban dont il devient le maire, mais il est arrêté en 1790, mis en prison par le parti révolutionnaire. Il est envoyé àParis avec un convoi de prisonniers. Jugé coupable, il est envoyé à l'échafaud. Ses biens confisqués seront vendus comme biens nationaux.

Jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale, il y avait quatre foires à Vaylats : En février, en mars (fiero de lo cebo), la veille de la fête du village qui a lieu le premier dimanche d'août (foire des vignerons), et une quatrième (?) Le bureau de poste n'existe plus depuis quelques années; le village dépendant de la poste de Lalbenque. L'église est dirigée par un prêtre ; il est aussi l'aumônier des religieuses qui se trouvent au couvent. L‘école a été fermée il y a une dizaine d'années.

La population a beaucoup changé au cours des siècles. Le peuplement est sans doute très ancien. On peut noter, 900 habitants à la fin du XIXe siècle et seulement 150 au dernier recensement.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 269 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
662 673 699 726 722 799 787 805 891
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
974 989 954 906 942 908 862 820 808
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
716 613 576 519 521 431 392 339 297
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
298 267 213 226 196 251 246 249 270
2011 - - - - - - - -
269 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Communes limitrophes ou proches[modifier | modifier le code]

Rose des vents Cremps, Laburgade
Cahors
Concots, Saint-Cirq-Lapopie
Escamps
Limogne-en-Quercy
Figeac
Rose des vents
Lalbenque N Bach, Varaire
Villefranche-de-Rouergue
O    Vaylats    E
S
Belfort-du-Quercy Belmont-Sainte-Foi
Caussade
Saint-Projet, Loze
Saillac, Caylus

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le couvent actuel de Vaylats a été construit au début du XIXe siècle sur des terres vendues par un descendant de la famille de Godaille à un prêtre, Jean Lausiu - né en 1785 dans une famille de Vaylats. Il fonde une communauté qui devint une école en 1820.
  • L'église actuelle a été construite à l'emplacement d'une église qui datait sans doute du XVIe siècle, elle était devenue trop petite pour la population du village.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Manifestations et association[modifier | modifier le code]

  • comité des fêtes (fêtes votive le premier week-end d'août), (feu de Saint-Jean au lac de Quezac)
  • club des ainées (le trait d'union Bach-Vaylats-Escamps)
  • société de chasse
  • Association des Jeunes de Vaylats (AJV)
  • la passerelle de Vaylats

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le pèlerinage de Compostelle[modifier | modifier le code]

Sur la Via Podiensis du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle.
On vient de Bach, la prochaine commune est Escamps.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1977 2008 Maurice Bru SE Agriculteur
2008 2014 Brigitte Rouelle SE Agent du service public
2014 en cours Bertrand Gouraud SE }
v · d · m
Vaylats
Précédé par Suivi par
Bach
Pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle
Muszla Jakuba.svg
Via Podiensis
({{{reste}}} km jusqu'à Saint-Jacques-de-Compostelle)
Escamps/Lalbenque

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :