Sommet du G8 2011

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article général Pour un article plus général, voir Sommet du G8.
Sommet du G8 2011
Logo du sommet du G8 France 2011.
Logo du sommet du G8 France 2011.
Généralités
Type conférence diplomatique
Édition 37e
Pays Drapeau de la France France
Localisation Deauville
Date 26 mai 2011 et 27 mai 2011
Participant(s) Allemagne, États-Unis, France, Italie, Japon, Royaume-Uni, Russie et Canada

Précédent 36e sommet du G8 (2009) à Huntsville (Canada) 38e sommet du G8 (2011) à Camp David (États-Unis) Suivant

Le sommet du G8 2011, 37e réunion du G8, réunissait les dirigeants des 7 pays démocratiques les plus industrialisés et la Russie, ou G8, du 26 au 27 mai 2011, dans la ville française de Deauville[1]. Il s’agit du sixième sommet du G8 à se dérouler en France, depuis 1975.

Ce sommet est notamment l'occasion pour les dirigeants présents d'aborder les sujets qui ont marqué l'actualité de la première moitié de l'année 2011 : les protestations et révolutions dans le monde arabe, l'accident nucléaire de Fukushima ou la succession de Dominique Strauss-Kahn à la tête du Fonds monétaire international (FMI) sont ainsi au programme des discussions. Au lendemain de l'e-G8, le rôle des gouvernements dans l'essor d'Internet fait également l'objet de discussions.

Participants[modifier | modifier le code]

De gauche à droite : le président de la Commission européenne José Manuel Durão Barroso, le président américain Barack Obama, le président français Nicolas Sarkozy, le Premier ministre canadien Stephen Harper, le Premier ministre japonais Naoto Kan, la chancelière allemande Angela Merkel et le Premier ministre britannique David Cameron.

Dirigeants du G8[modifier | modifier le code]

Participants au G8
Membre Représenté par Fonction
Drapeau du Canada Canada Stephen Harper Premier ministre
Drapeau de la France France Nicolas Sarkozy Président
Drapeau de l'Allemagne Allemagne Angela Merkel Chancelière
Drapeau de l'Italie Italie Silvio Berlusconi Président du Conseil
Drapeau du Japon Japon Naoto Kan Premier ministre
Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni David Cameron Premier ministre
Drapeau de la Russie Russie Dmitri Medvedev Président
Drapeau des États-Unis États-Unis Barack Obama Président
Drapeau de l’Union européenne Commission européenne José Manuel Durão Barroso
Herman Van Rompuy
Présidents (Commission et Conseil)

Dirigeants invités[modifier | modifier le code]

Un certain nombre de dirigeants sont traditionnellement invités à assister au sommet. Outre les membres qui composent le G8+5, les dirigeants de plusieurs pays africains ont également été conviés à Deauville :

Instances internationales[modifier | modifier le code]

Programme du sommet[modifier | modifier le code]

Défis d'Internet[modifier | modifier le code]

Stéphane Richard, le PDG de France Télécom - Orange.

Réunis à Paris les 24 et 25 mai 2011 lors de l'e-G8, un forum participatif consacré à Internet, son avenir, son impact sur la croissance économique, etc., les principaux dirigeants d'entreprises Web parmi lesquelles se trouvent Eric Schmidt (Google), Mark Zuckerberg (Facebook), Stéphane Richard (France Télécom) et John Donahoe (eBay), ont soumis la synthèse de leurs discussions aux chefs d’État présents au sommet du G8. Ils y ont notamment réaffirmé leur volonté de maintenir un « environnement Web ouvert et laissant la place à une libre concurrence »[2].

Au terme de la première journée du sommet du G8, le jeudi 26 mai, les dirigeants présents à Deauville se sont entendus sur le « rôle des gouvernements dans un essor équilibré d'Internet, aux côtés des utilisateurs et du secteur privé »[3]. La déclaration finale du G8, intitulée « Un nouvel élan pour la liberté et la démocratie », évoque notamment la défense du droit d'auteur et de la protection de la vie privée, deux points abordés par le président français Nicolas Sarkozy lors de son discours d'ouverture de l'e-G8[2] ; la lutte contre la cybercriminalité fait également l'objet de conclusions, comme lors du sommet de l'OTAN à Lisbonne en 2010.

Révolutions arabes[modifier | modifier le code]

vignette

Alors que les protestations et révolutions dans le monde arabe débutées fin 2010 continuent d'embraser, en mai 2011, la Syrie et la Libye, les chefs d’États réunis au G8 ont renouvelé leur appel à cesser la violence dans ces deux pays ; ces derniers exhortent notamment le colonel Mouammar Kadhafi à quitter le pouvoir en Libye, sous peine de sanctions[4]. L'OTAN accroît par ailleurs sa pression militaire sur la capitale libyenne, Tripoli : David Cameron a ainsi confirmé l'envoi d'hélicoptères d'attaque Apache.

Le sommet a lancé le Partenariat de Deauville[5] avec les pays arabes en transition en 2011 pour soutenir les transitions démocratiques au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Le partenariat offre un mécanisme unique pour mobiliser le soutien international du G8, les partenaires régionaux, les institutions financières internationales et les organisations internationales afin de fournir un appui politique et économique aux réformes en cours en Tunisie, Égypte, Libye, Maroc, et Jordanie.

Dans la déclaration finale du G8, les dirigeants des huit grandes puissances comparent « les changements historiques actuellement à l'œuvre en Afrique du Nord et au Moyen-Orient [aux] transformations [...] survenues en Europe centrale et orientale après la chute du Mur de Berlin »[4] et apportent à nouveau leur soutien au « printemps arabe ». D'après le communiqué du sommet, les banques de développement multilatéral devraient soutenir les réformes en cours en Égypte et en Tunisie en leur accordant 20 milliards de dollars d'ici 2013[4].

Partenariat avec l'Afrique[modifier | modifier le code]

« Paix et sécurité »[modifier | modifier le code]

Sécurité autour de l'événement[modifier | modifier le code]

À l'occasion du G8, la cité balnéaire de Deauville est surveillée par plus de 12 000 policiers et militaires[6]. Seuls les résidents peuvent encore circuler dans la ville, munis d'un laissez-passer. Un drone ainsi qu'une trentaine d'hélicoptères survolent la zone, qui est interdite de survol, épaulés par deux batteries de missiles sol-air Crotale. Plusieurs bâtiments de la Marine nationale sont également déployés pour assurer la surveillance de la côte, fermée à toute navigation[6].

Manifestations contre le G8[modifier | modifier le code]

Défilé de manifestants contre le G8, au Havre.

Une manifestation anti-G8 s'est tenue au Havre et à Paris le 21 mai 2011, le week-end précédant le sommet du G8 à Deauville.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Présidence française du G20 et du G8, « Le sommet du G8 aura lieu les 26 et 27 mai à Deauville », p. 27, 12 novembre 2010
  2. a et b Laurent Checola, Damien Leloup, « L'e-G8, un sommet à l'impact limité », Le Monde,‎ 28 mai 2011 (consulté le 28 mai 2011)
  3. « Internet : le sommet du G8 reconnaît le rôle des gouvernements », AFP, 27 mai 2011.
  4. a, b et c « Le G8 propose 40 milliards de dollars pour le "printemps arabe" », Le Monde,‎ 28 mai 2011 (consulté le 28 mai 2011)
  5. « Partenariat de Deauville du G8 avec les pays arabes en transition »
  6. a et b Alexandra Guillet, « G8 : Deauville, une ville sous très haute sécurité », sur lci.tf1.fr,‎ 25 mai 2011 (consulté le 26 mai 2011)

Annexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]