Sillans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sillans
Image illustrative de l'article Sillans
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Arrondissement de Grenoble
Canton Canton de Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs
Intercommunalité Communauté de communes Bièvre Isère
Maire
Mandat
André Gay
2014-2020
Code postal 38590
Code commune 38490
Démographie
Population
municipale
1 868 hab. (2011)
Densité 148 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 20′ 30″ N 5° 23′ 23″ E / 45.3416666667, 5.38972222222 ()45° 20′ 30″ Nord 5° 23′ 23″ Est / 45.3416666667, 5.38972222222 ()  
Altitude Min. 393 m – Max. 567 m
Superficie 12,61 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative d'Isère
City locator 14.svg
Sillans

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique d'Isère
City locator 14.svg
Sillans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sillans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sillans

Sillans est une commune française située dans le département de l'Isère, en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située dans la plaine de la Bièvre à environ 35 km au nord ouest de Grenoble.

Le climat est tempéré-froid avec le vent du Nord courant sans obstacles, et humide avec les vents d'ouest.

Les grandes forêts ont été remplacées par l'agriculture au cours des différents siècles.

Le Sud du village est traversé par la rivière "La Ravageuse" qui traverse les marais puis les prairies. Le Nord du village est essentiellement constitué de terres agricoles.

Elle est située entre Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs et Izeaux et entre Le Grand-Lemps et Plan.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Le village de Sillans est situé sur la D519 reliant Beaucroissant à Chanas et Grenoble à Annonay. Par cette route on accède à Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs à l'ouest et à Izeaux à l'est. Cette route est déviée de son trafic par l'Axe de Bièvre (D119) ouverte en totalité de Rives à Brezins en 2005 et qui devrait passer en 2x2 voies à long terme.

Il existe une route, la D154b, qui permet de relier Sillans au village de Plan, et une route qui rejoint Le Grand-Lemps par la plaine de Bièvre. Une route secondaire qui rejoint Izeaux et qui se poursuit jusqu'à Beaucroissant est utile pour les cyclistes fuyant le trafic de la départementale. On déplore l'absence d'une voie secondaire goudronnée qui mènerait à Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs.

Sillans est située à 10 km de l'échangeur 9 (Rives) de l'autoroute A48 qui relie Lyon et Bourgoin-Jallieu à Grenoble. Elle se situe à environ 30 km de Saint-Marcellin, par le Col de Toutes-Aures, afin de rejoindre l'autoroute A49 et le sud de la France.

La voie ferrée qui reliait Grenoble à Saint-Rambert-d'Albon, au nord du village, n'est pas déclassée mais est inutilisée depuis de nombreuses années. La gare la plus proche est celle de Rives à environ 10 km. Elle propose des dessertes fréquentes vers Grenoble. Cependant pour rallier la gare de Lyon-Part-Dieu il faut se rendre soit à Voiron à 20 km soit à Bourgoin-Jallieu à 35 km, et pour se rendre à la gare de Valence TGV vers le sud, il faut aller à Tullins à 14 km ou à Moirans à 20 km.

Deux lignes Transisère desservent Sillans en 4 arrêts : Les Blaches, La Bascule, La Poste, Riccardi. Ce sont les lignes 7300 (Beaurepaire - Moirans - Grenoble) et 7350 (La Côte-Saint-André - Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs - Voiron).

À Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs se trouve l'aéroport international de Grenoble-Isère, qui propose des liaisons internationales en particulier hivernales. Sillans est peu dérangée par les nuisances sonores engendrées.

Histoire[modifier | modifier le code]

Autrefois recouvertes par les forêts, Sillans au même titre que la plaine de la Bièvre était le terrain de chasse de prédilection de la noblesse française.

Ensuite pendant le Moyen Âge et jusqu'à la Révolution française, différentes seigneuries se disputèrent les terres agricoles de Sillans.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001   M. André Gay    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 868 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
872 896 1 057 1 108 1 147 1 085 1 079 1 158 1 175
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 235 1 205 1 174 1 187 1 221 1 112 1 146 1 150 1 081
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 042 975 1 012 840 846 836 821 798 864
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
964 965 1 000 1 086 1 295 1 405 1 722 1 812 1 868
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Le gain de population ces dernières années est dû à la péri-urbanisation Voironnaise et Grenobloise dont les agglomérations se rapprochent de plus en plus de Sillans.

Sillans fait, depuis 2010, partie de l'Aire urbaine de Grenoble : c'est-à-dire que plus de 40 % de sa population active travaille dans le pôle urbain grenoblois (celui-ci a fusionné avec Voiron, et s'étend jusqu'à Beaucroissant!)

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Sillans comporte une vingtaine d'associations culturelles (atelier d'arts) et sportives (handball, football, rugby à XV...)

  • Foire annuelle le lundi de Pâques
  • Feu d'artifice le 14 juillet

Économie[modifier | modifier le code]

La localité a connu ces heures de gloires dans les années 60 et 70 avec les usines Dynamic (skis) et Le Trappeur (chaussures).

La crise dans les textiles, l'évolution des techniques nouvelles et la mutation de l'économie dans les années 80 ont provoqué les départs successifs de ces entreprises.

Actuellement, l'agriculture, une usine de l'industrie plastique, artisans et commerçants constituent l'essentiel de l'économie locale.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Vestiges du château du XIIIe siècle au sud du village (Tour de Sillans) ; tour ronde et débris.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

  • Étangs dans les bois au sud du village.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Michel Couet dit le Blaise

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011