Roybon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Roybon
Image illustrative de l'article Roybon
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Arrondissement de Grenoble
Canton Canton de Roybon
Intercommunalité Communauté de communes Bièvre Isère
Maire
Mandat
Serge Perraud
2014-2020
Code postal 38940
Code commune 38347
Démographie
Population
municipale
1 296 hab. (2011)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 15′ 34″ N 5° 14′ 42″ E / 45.2594444444, 5.24545° 15′ 34″ Nord 5° 14′ 42″ Est / 45.2594444444, 5.245  
Altitude 500 m (min. : 436 m) (max. : 729 m)
Superficie 67,31 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative d'Isère
City locator 14.svg
Roybon

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique d'Isère
City locator 14.svg
Roybon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Roybon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Roybon
Liens
Site web www.roybon.fr

Roybon est une commune française située dans le département de l'Isère, en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001   M. Marcel Bachasson UMP Conseiller général
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 296 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 327 2 412 2 573 2 653 2 602 2 604 2 688 2 637 2 294
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 305 2 128 2 008 2 048 1 921 1 941 1 947 1 876 1 842
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 800 1 580 1 565 1 527 1 510 1 408 1 390 1 331 1 331
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
1 305 1 487 1 274 1 220 1 269 1 231 1 283 1 296 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Projet de Center Parcs

Le groupe Pierre & Vacances prévoit un projet d'implantation d'un Center Parcs d'un millier de résidences sur les 200 hectares de la forêt des Avenières. L'ouverture est prévue au printemps 2013[réf. souhaitée].

Ce projet de Center Parcs commence à rencontrer une opposition[3], tant pour son gigantisme, ses demandes de subventions diverses que ses promesses d'emploi à relativiser. Cependant, les sommes apportées par les différentes collectivités locales ne doivent pas être perçues comme des subventions mais comme le financement d'infrastructures extérieures au Center Parcs, infrastructures nécessaires à son implantation[réf. souhaitée]. Il en va de même pour l'implantation de n'importe quelle activité économique. Selon Center Parcs[4], les financements n'impacteront pas la fiscalité locale ni les habitants puisqu'il s'agira de prélever pendant quelques années sur les recettes apportées justement par la présence du Parc.

Les Verts et le parti de gauche refusent de voter les subventions du Conseil Régional (7 millions d'euros)[5],[6], des affiches d'opposants apparaissent dans la région[7] et un blog d'opposition a été créé[3] ainsi qu'un blog de soutien.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Vestiges de l'enceinte urbaine du Moyen Âge
  • Pavillon Louis XI
  • Maisons en galets (XVIIIe et XIXe siècles )
  • Tour templière[réf. nécessaire] des Loives (XIIIe ‑ XVIIIe siècle
Ancien château delphinal, aujourd'hui centre d'une exploitation agricole.
  • Château Saint-Romme
  • Mairie en galets (XIXe siècle)
  • Église Saint-Jean-Baptiste néo-romane (XIXe siècle) ; chaire, tabernacle
  • Statue de la Liberté de Roybon
Ce monument fut érigé les 22 et 23 septembre 1906 en l'honneur de Henri Saint-Romme (1797-1862), un des principaux personnages de la Deuxième République dans le département de l'Isère. Cette statue représente une réplique fidèle, en fonte, de la statue de la Liberté de New York. Haute de trois mètres, elle logerait tout entière, avec son socle, dans la main de son aînée. Elle fut léguée par Auguste Bartholdi à son ami Mathias Saint-Romme qui en fit un symbole pour le monument de son père. La Liberté de Roybon a été coulée en 1903.
Une de ses sœurs jumelles, issue du même moule, a été érigée au centre d’une place de Buenos Aires en Argentine.
  • Abbaye cistercienne N.D. du Sacré-Cœur de Chambaran, néo-romane 1931

Personnalité liée à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Roybon Blason D'or à la bande d'azur chargée de trois cloches d'argent[8].
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]