Faramans (Isère)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Faramans.
Faramans
vue de la moraine et de l'haute terrasse de Faramans en 1910.
vue de la moraine et de l'haute terrasse de Faramans en 1910.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Arrondissement de Vienne
Canton Canton de Côte-Saint-André
Intercommunalité Communauté de communes Bièvre Isère
Maire
Mandat
Gilles Bourdat
2014-2020
Code postal 38260
Code commune 38161
Démographie
Population
municipale
963 hab. (2011)
Densité 89 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 23′ 39″ N 5° 09′ 51″ E / 45.3941666667, 5.16416666667 ()45° 23′ 39″ Nord 5° 09′ 51″ Est / 45.3941666667, 5.16416666667 ()  
Altitude Min. 342 m – Max. 444 m
Superficie 10,79 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative d'Isère
City locator 14.svg
Faramans

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique d'Isère
City locator 14.svg
Faramans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Faramans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Faramans
Liens
Site web www.faramans38.com

Faramans est une commune française située dans le département de l'Isère en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Faramans est un village de l'Isère habité par presque 1 000 habitants. Il est proche du berceau d'Hector Berlioz, La Cote Saint André, à moins de 8km, et des métropoles de Lyon et de Grenoble, toutes deux à environ une soixantaine de km. Situé dans une région active, deuxième de France et sixième européenne, Rhône-Alpes, le village de Faramans est cependant un lieu de tranquillité. En effet Faramans est situé à l’extrême est de la plaine de Bièvre, zone rurale, qu'il domine légèrement.

Transports[modifier | modifier le code]

Chaque jeudi, un transport est assuré pour les habitants vers La Côte-Saint-André. Les élèves de collège et de lycée sont acheminés chaque jour vers leurs établissements scolaires. Faramans est situé au carrefour des bourgs de La Côte-Saint-André et Beaurepaire. L'accès au réseau SNCF n'est qu'à 35 km de Bourgoin-Jallieu, 30 km du Grand-Lemps, 32 km de Rives, pour ne citer que les gares les plus proches. Un service de bus départemental est accessible depuis La Côte-Saint-André (à 7,5 km).

Activités[modifier | modifier le code]

Faramans est un village très actif et dynamique, avec pas moins de 27 associations qui s'ingénient à donner vie à la bourgade. Il n'est pas une semaine sans qu'une ou deux manifestation(s)ne s'y déroule(nt). Les municipalités successives, surtout depuis les années 80, alors que Faramans s'étiolait, ont su s'emparer des opportunités qui leur étaient offertes. C'est l'initiative de l'équipe municipale de l'époque qui a donné le coup de pouce nécessaire au regain du village. En ouvrant une section de classe maternelle, elle espérait attirer ainsi de jeunes couples. Pari réussi puisque le nombre d'habitants est passé de 515 à 687 ! Mais, il fallait proposer aussi une infrastructure commerciale qui incite à « rester au pays ». Seul le « bar-tabac-presse-restaurant » avait résisté à l'exode. Le défi était lourd, mais pas insurmontable. L'opiniâtreté des élus, la volonté de jeunes artisans l'ont rendu réalisable. En 1982, c'est la boulangerie qui reprend du service, puis le salon de coiffure, la boucherie et le médecin s'installent. Une pharmacienne, un kinésithérapeute, des infirmiers, un dentiste viennent compléter progressivement l'équipement paramédical du village. En 1994, grâce à l'opération « 1000 villages », une supérette s'implante. Entre-temps, l'équipe municipale a eu deux idées judicieuses : la création d'un camping, l'organisation annuelle de la « foire aux châtaignes » (Extrait du Dauphiné Libéré - nov 2010) Cinq commerces, un pôle médical et para-médical complet, un terrain de camping, un centre équestre, un golf, un centre aéré, un marché hebdomadaire offrent aux Faramantois un panel quasi complet d'activités qui leur permettent de vivre au pays. En septembre 2011, est inauguré le bâtiment flambant neuf et fleuron de l'éco-construction qui accueillera deux classes de maternelle et la classe de CP, tandis que les autres classes élémentaires poursuivront leur chemin dans les anciens bâtiments : au total, une centaine d'enfants sont scolarisés. Les communes limitrophes ne disposant pas d’infrastructures commerciales, médicales, para-médicales, Faramans devient le centre vivant d'une communauté de villages ruraux, lesquels sont soutenus, dans leur ensemble, par la Communauté de Communes du Pays Bièvre-Liers, qui gère certains territoires du hameau : l'Étang du Marais, la Base Nature et loisirs, le Golf de Bièvre, le Centre Aéré.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1978 2001 Michel Gillibert ... ...
mars 2001 2008 Robert Baule ... ...
2008 en cours Gilbert Richard ... ...
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 963 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 154 1 010 1 104 1 402 1 593 1 530 1 067 1 190 1 293
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 083 1 040 1 009 975 979 897 925 884 855
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
790 772 715 657 649 654 639 592 567
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
541 528 515 614 679 734 836 963 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :