Étole

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Étole occidentale revêtue de manière traditionnelle : croisée sur la poitrine.

L'étole, dérivé du latin stola qui signifie longue robe, lui-même du grec στολη (stolē), est un morceau de tissu porté sur les épaules, dans son usage profane, et un ornement liturgique de l'évêque, du prêtre et du diacre. Elle est l'insigne par excellence de la prêtrise.

Histoire et fonction[modifier | modifier le code]

Apparue pour la première fois dans les textes au IIIe siècle comme linge à usage profane (généralement un châle léger porté sur les épaules), son emploi est devenu sacré en Occident à la fin du VIIe siècle. Au IXe siècle, elle supplante définitivement le carré de tissu pouvant servir de mouchoir ou de foulard appelé orarium, très similaire au sudarium[1].

L'étole, dans sa forme primitive, était une longue robe, garnie de deux bandes verticales, les clavi, comme sur la dalmatique. La robe a été supprimée, et il n'est resté que les bandes qui forment l'étole actuelle.

Il s'agit d'une bande de tissu ornée d'une petite croix placée au milieu. Le prêtre la laisse pendre de chaque côté tandis que le diacre la porte transversalement, tous deux par dessus l'aube ou le surplis pour la messe et l'administration des sacrements. Avant 1969, à la messe, le simple prêtre la portait croisée sur la poitrine, et l'évêque décroisée, signe que le second dispose de la plénitude du sacerdoce, et non le premier[réf. nécessaire].

L'étole utilisée à la messe est confectionnée dans le même tissu et de la même couleur que la chasuble ou la dalmatique dont elle est dépendante. Seule la croix du cou est obligatoire.

L'étole est encore utilisé quelquefois dans son sens initial : une pièce de tissu d'usage profane, un châle léger porté sur les épaules[2].

Étole papale[modifier | modifier le code]

Le pape Benoît XVI portant son étole lors d'une visite au Brésil en 2007.

Le pape porte sur sa mosette une étole pastorale rouge, brodée à ses armes sur les plats. Quand il revêt une mosette blanche pendant l'octave de Pâques, l'étole est également blanche. Pour sa première apparition en public en 2013, sur le balcon de la basilique Saint-Pierre, comme nouveau pape, le pape François a ainsi surpris en apparaissant sans ces ornements liturgiques que sont la mosette et l'étole pastorale rouge, en signe, dit-on, de simplicité et d'humilité[3].

Moniales chartreuses[modifier | modifier le code]

En vertu d'une très ancienne coutume, les moniales chartreuses ou chartreusines, reçoivent l'étole - et autrefois le manipule - à leur consécration virginale[4], qui leur confère quelques privilèges liturgiques dont le plus important est la proclamation de l'Évangile en certaines occasions, notamment lors du chant de l'office divin[5]. Elles la portent pour le cinquantième anniversaire de cette consécration. À leur décès, elles sont exposées et ensevelies avec elle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Orarium dans l'Encyclopédie de Diderot 1e édition tome 11
  2. Vicky Chahine, « Pour la Fête des mères, l'étole prend des couleurs », Le Monde,‎ 25 mai 2012 (lire en ligne)
  3. Élodie Drouard, « La première apparition du pape François, une petite révolution », France TV,‎ 14 mars 2013 (lire en ligne)
  4. « Les moniales chartreuses », sur le site de l'Ordre des Chartreux
  5. Marie-Josèphe Aubert, Des femmes diacres: un nouveau chemin pour l'Eglise, Editions Beauchesne,‎ 1987 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]