Psaume 70 (69)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le psaume 70 (69 selon la numérotation grecque) est attribué à David. C'est un appel au secours lancé à Dieu par un homme humilié par ses ennemis dont on trouve une version très proche à la fin du psaume 40.

Texte[modifier | modifier le code]

verset original hébreu[1] texte français de Louis Segond[2] Vulgate[3] latine
1 לַמְנַצֵּחַ, לְדָוִד לְהַזְכִּיר [Pour finir. Psaume de David. Pour souvenir du salut que Dieu lui a apporté.] [In finem. Psalmus David in rememorationem, quod salvum fecerit eum Dominus]
2 אֱלֹהִים לְהַצִּילֵנִי; יְהוָה, לְעֶזְרָתִי חוּשָׁה Ô Dieu, hâte-toi de me délivrer ! Éternel, hâte-toi de me secourir ! Deus in adjutorium meum intende, Domine ad adjuvandum me festina ;
3 יֵבֹשׁוּ וְיַחְפְּרוּ, מְבַקְשֵׁי נַפְשִׁי: יִסֹּגוּ אָחוֹר, וְיִכָּלְמוּ; חֲפֵצֵי, רָעָתִי Qu’ils soient honteux et confus, ceux qui en veulent à ma vie ! Qu’ils reculent et rougissent, ceux qui désirent ma perte ! Confundantur et revereantur qui quaerunt animam meam ; Avertantur retrorsum et erubescant qui volunt mihi mala
4 יָשׁוּבוּ, עַל-עֵקֶב בָּשְׁתָּם-- הָאֹמְרִים, הֶאָח הֶאָח Qu’ils retournent en arrière par l’effet de leur honte, ceux qui disent : Bravo ! Bravo ! Avertantur statim erubescentes qui dicunt mihi : Euge, euge
5 יָשִׂישׂוּ וְיִשְׂמְחוּ, בְּךָ-- כָּל-מְבַקְשֶׁיךָ:וְיֹאמְרוּ תָמִיד, יִגְדַּל אֱלֹהִים-- אֹהֲבֵי, יְשׁוּעָתֶךָ Que tous ceux qui te cherchent soient dans l’allégresse et se réjouissent en toi ! Que ceux qui aiment ton salut disent sans cesse : Exalté soit Dieu ! Exultent et laetentur in te omnes qui quaerunt te et dicant semper : Magnificetur Deus, qui diligunt salutare tuum
6 וַאֲנִי, עָנִי וְאֶבְיוֹן-- אֱלֹהִים חוּשָׁה-לִּי:עֶזְרִי וּמְפַלְטִי אַתָּה; יְהוָה, אַל-תְּאַחַר Moi, je suis pauvre et indigent : Ô Dieu, hâte-toi en ma faveur ! Tu es mon aide et mon libérateur : Éternel, ne tarde pas ! Ego vero egenus et pauper sum ; Deus adjuva me. Adjutor meus et liberator meus es tu. Domine ne moreris

Thème du psaume[modifier | modifier le code]

Le psalmiste reste vague sur la cause de son malheur si profond. Son malheur vient au moins pour partie des autres, ou alors ils s'en réjouissent. Face à ces adversités, sachant qu'il ne peut compter sur ses propres forces, il fait appel à Dieu. C'est le chemin qu'ont suivi ses devanciers, marchant avec confiance en Dieu malgré les difficultés, et ils appellent sur eux la joie et l'allégresse. Le salut imploré est une réalité concrète : être délivré de l'opprobre et des dangers.

Usages liturgiques[modifier | modifier le code]

Dans le christianisme[modifier | modifier le code]

Chez les catholiques[modifier | modifier le code]

Depuis la règle de saint Benoît (chapitre XVII[4]), fixée vers 530, le début du psaume 70 est utilisé pour l'ouverture de chaque office de la liturgie des Heures, sous la forme d'une invocation avec répons de l'assemblée : « Dieu, viens à mon aide ! », « Seigneur, à notre secours ! ».

D'ailleurs à partir du haut Moyen Âge, ce psaume était entièrement exécuté auprès des monastères, lors de la célébration de matines du mercredi, selon la distribution de la même règle[5],[6].

Actuellement, il est lu aussi dans la célébration de la messe dominicale pour la nativité de saint Jean-Baptiste, et pour le 4e dimanche du temps ordinaire de l’année C[7].

Mise en musique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L’original hébreu provient du site Sefarim, du grand rabbinat de France.
  2. L'adaptation de Louis Segond est disponible sur Wikisource, de même que d'autres textes d'après la Bible en français.
  3. La traduction de la Vulgate est disponible sur le Wikisource latin.
  4. Traduction par Prosper Guéranger, p. 44, Abbaye Saint-Pierre de Solesmes, réimpression 2007
  5. Psautier latin-français du bréviaire monastique, p. 251, 1938/2003
  6. Chapitre XVIII, traduction par Guéranger, p. 46
  7. Le cycle de lecture des messes du dimanche de déroule sur trois ans.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Nombreux sont les auteurs qui ont commenté les psaumes. Voici quelques ouvrages parmi les plus connus, classés par ordre chronologique :

Liens externes[modifier | modifier le code]