Trophime Bigot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bigot.

Trophime Bigot

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Chanteur à la chandelle

Nom de naissance Bigot. Prénoms : Trophime
Naissance 1579
Arles, Bouches-du-Rhône
Décès février 1650
Avignon, Vaucluse
Nationalité Drapeau de la France France
Activités Peintre
Mouvement artistique Baroque
Influencé par Georges de La Tour

Œuvres réputées

Saint Sébastien soigné par Irène, Saint-Jérome, Allégorie de la Vanité

Trophime Bigot (1579, Arles -1650, Avignon) est un artiste-peintre baroque français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Trophime Bigot naît à Arles en 1579 où il reçoit sa formation artistique. Entre 1620 et 1634, il passe de nombreuses années en Italie en particulier à Rome. On le retrouve à Arles en 1634 où il exécute les tableaux un Saint Laurent condamné au supplice et une Assomption de la Vierge pour des églises locales. Propriétaire en Camargue, il y fait exploiter quelques biens. De 1638 à 1642, il vit à Aix-en-Provence où il peint une autre Assomption de la Vierge. Il revient à nouveau à Arles et partage à cette date ses activités entre sa ville natale et Avignon où il meurt en 1650.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Il est souvent identifié au Maître à la chandelle, même si ce rapprochement est toujours contesté, en raison de ses nombreux tableaux baignés par cet éclairage dont le style le rapproche de Georges de La Tour. Toutefois la quarantaine d’œuvres éparpillée dans les nombreux musées qui lui est attribuée ne l’est pas de façon certaine.

On lui attribue toutefois les œuvres suivantes :

Quelques œuvres de Trophime Bigot

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Anne Tuloup-Smith - Rues d'Arles, qui êtes-vous ? page 63
  2. Il existe au moins quatre versions de St. Sebastian soigné par St. Irene : à Bordeaux, à la Pinacothèque du Vatican, l'Université Bob Jones en Caroline du Sud, et au musée de Portland en Oregon.