Parti démocrate européen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Parti démocrate.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Démocrates européens.
Parti démocrate européen
(en) European Democratic Party
(it) Partito democratico europeo
Image illustrative de l'article Parti démocrate européen
Logo officiel
Présentation
Présidents François Bayrou
Francesco Rutelli
Fondation 9 décembre 2004
Siège Rue de l'Industrie 4

1000 Bruxelles, Belgique

Vice-présidents Marian Harkin
Nikos Koutsou
Jean-Christophe Lagarde
Ulrike Müller
Andoni Ortuzar
Andzrej Potocki
Gianluca Susta
Secrétaires généraux Marielle de Sarnez
Monika Begovic (adjointe)
Luigi Cocilovo (adjoint)
Jose Felix Merladet (adjoint)
Trésorier Jean-Marie Beaupuy
Délégué général Gérard Deprez
Groupe au parlement européen Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe
Idéologie Social-libéralisme, Idéal-démocratie
Affiliation internationale Alliance mondiale des Démocrates
Couleurs orange et bleu
Site web www.pde-edp.eu

Le Parti démocrate européen est un parti politique européen, créé le 16 avril 2004 par le Français François Bayrou et l'Italien Francesco Rutelli, alors chefs respectifs de l'UDF et de la Margherita, qui sont ses deux premiers coprésidents. Il revendique une place au centre de l'échiquier politique européen.

Il s'agit du cinquième parti politique européen à voir le jour après le Parti populaire européen (PPE), le Parti des socialistes européens (PSE), le Parti européen des libéraux, démocrates et réformateurs (ELDR), le Parti vert européen et un an avant le Parti de la gauche européenne (PGE).

Les Jeunes Démocrates Européens sont l'organisation de jeunesse du Parti démocrate européen.

Naissance[modifier | modifier le code]

Les représentants d'une dizaine de partis européens se sont réunis le 9 mai 2004 au siège de l'UDF à Paris pour célébrer « la Journée de l'Europe » et poser les jalons d'un nouveau parti européen, partisan de l'Europe fédérale. Célébrant l'appel pro-européen du 9 mai 1950 de Robert Schuman, les participants, issus de partis de centre-droit ou gauche, d'Italie, Lettonie, République tchèque, Pologne, Belgique et de Catalogne, mais tous partisans de l'approfondissement de l'Europe, ont donné leur accord et défendu l'idée d'un parti démocrate européen.

« Il manque un grand courant politique qui ne soit ni conservateur ni socialiste et qui porte l'idéal européen, a déclaré le président de l'UDF François Bayrou. C'est ce grand mouvement politique démocrate que nous avons décidé de construire ensemble  », a-t-il précisé. Il s'agirait d'un « grand parti démocrate, qui veuille l'union sous le contrôle et avec la participation des citoyens  ».

Plusieurs des intervenants qui avaient participé à la création du Parti populaire européen (PPE), qui rassemble les droites chrétienne-démocrates et conservatrices, ont déploré que son groupe au Parlement européen ait accepté en son sein plusieurs partis souverainistes, comme les conservateurs britanniques, et nationalistes.

Le président du Mouvement des citoyens pour le changement (MCC), Gérard Deprez, a regretté qu'on ait laissé entrer dans ce groupe « les forces les plus eurosceptiques du Parlement européen ». « Nous avons eu souvent le sentiment qu'on préférait le nombre à la force de l'inspiration  », a pour sa part souligné M. Bayrou.

L'ancien maire de Rome, Francesco Rutelli, leader du parti de centre-gauche la Margherita, a estimé que « seule une Europe forte peut éviter la honte européenne, celle qu'on a vue au Kosovo avec des milliers de morts européens ou la division  » face à la question de l'Irak.

De son côté, le catalan Josep Antoni Duran i Lleida, président de l'Union démocratique de Catalogne, a souligné que « le problème de l'Europe pour avancer vers une Europe fédérale est aujourd'hui que nous n'avons pas un parti européiste ». Il s'est lui aussi dit favorable à la création d'une « grande force centrale ou centriste, européiste et profondément sociale ».

Participaient aussi à cette journée MM. Josef Brož, secrétaire général de Cesta změny (Chemin du changement, parti libéral tchèque), George Lanzmanis pour la Lettonie, secrétaire général de Latvijas ceļš (Voie lettonne, parti libéral) ainsi que des représentants polonais d'Unia Wolności (Union pour la Liberté, parti libéral issu du camp de Solidarność).

Le Parti démocrate européen, dont l'UDF a été la principale cheville ouvrière, est officiellement né le 9 décembre 2004 à Bruxelles, sous la présidence d'honneur de Romano Prodi.

Comme l'expliquait François Bayrou, ravi d'avoir gagné son pari européen, « Nous ressentons un vide dans le paysage politique européen. Le centre droit a glissé vers la droite et le centre gauche vers la gauche. Or l'Europe s'est toujours faite au centre. »

Positions politiques[modifier | modifier le code]

Politiquement, il se situe entre le Parti des socialistes européens (PSE) et le Parti populaire européen (PPE). Il a selon François Bayrou « vocation de regrouper les forces politiques du centre-droit et du centre-gauche ».

François Bayrou prend pour modèle le parti démocrate américain pour ce « courant démocrate non conservateur et non socialiste ». Fin février 2006, il a d'ailleurs été créé avec la New Democrat Coalition américaine, composante parlementaire centriste du Parti démocrate, une Alliance mondiale des Démocrates.

Parmi les points principaux du programme du Parti démocrate européen, on peut citer :

  1. l'exigence d'institutions plus démocratiques, mettant les citoyens et non les technocrates au centre du projet européen ;
  2. l'idée que l'Europe doit parler d'une seule voix dans le monde, développer une politique de défense et de sécurité commune, et défendre le multilatéralisme dans les relations internationales ;
  3. la défense du modèle social européen, qui garantit la libre-concurrence mais agit activement pour combattre ses excès et préserver les services publics qui ne peuvent être abandonnés aux seules force du marché ;
  4. l'investissement massif dans l'éducation et la recherche pour reconquérir le niveau d'excellence en matière d'enseignement supérieur dont l'Europe a besoin pour être à la pointe de l'innovation ;
  5. la défense des identités nationales, régionales et locales, et la promotion de la diversité culturelle et linguistique.

François Bayrou, désormais leader du Mouvement démocrate (parti ayant succédé à l'UDF), a déclaré vouloir reprendre le projet européen devenu orphelin et affirmer la validité du modèle fédéral. Il espèrait une présence du Parti démocrate européen dans tous les pays de l'Union européenne d'ici les élections européennes de 2009, ce qui n'est pas advenu.

Direction[modifier | modifier le code]

Présence au Parlement européen[modifier | modifier le code]

Au Parlement européen, ses députés siègent avec les libéraux (Alliance des libéraux et des démocrates pour l'Europe, menés par le Britannique Graham Watson) au sein du groupe de l'Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe. Les démocrates partagent avec les libéraux une conception commune de l'Europe (institutions démocratiques, fédéralisme, protection des identités) mais divergent généralement sur les questions économiques et de société.

Le nouveau parti revendiquait 25 députés européens qui ont siègé, entre juin 2004 et juin 2009, avec les 63 députés libéraux au sein du groupe politique de l'Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe (ADLE). Il n'en compte plus que 10 depuis les élections européennes de juin 2009, toujours au sein du groupe ADLE.

Membres[modifier | modifier le code]

Partis membres et membres individuels (élus aux parlements européen, nationaux ou régionaux) au 30 avril 2014 :

Anciens membres :

Congrès[modifier | modifier le code]

Le 2e congrès du PDE s'est tenu à Rome les 30 novembre et 1er décembre 2006. Les motions adoptées sont résumées dans ce document « Pour une Union européenne plus forte ».

Le 3e congrès du PDE s'est tenu à Bruxelles les 5 et 6 décembre 2008[2]. Une résolution a été adoptée à cette occasion : « « Bâtir sur les décombres de la crise » » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2014-01-21.""

Le 4e congrès du PDE s'est tenu à Bruxelles les 11 et 12 novembre 2010[3].

Le 5e congrès du PDE s'est tenu à Bruxelles le 6 décembre 2012. Il a été marqué par la présence du commissaire européen Michel Barnier, de l'ancien premier ministre belge Guy Verhofstadt et du blogueur égyptien Mahmoud Salem. Un message du président du Conseil italien Mario Monti a également été diffusé.

Le 6e congrès du PDE se tiendra à Bruxelles les 10 et 11 décembre 2014[4].

Députés européens[modifier | modifier le code]

2004-2009[modifier | modifier le code]

Voir Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe

2009-2014[modifier | modifier le code]

Parti MPE
Indépendante
Drapeau de l'Irlande Irlande
Marian Harkin
PNV Drapeau de l'Espagne Espagne Izaskun Bilbao Barandica
ĽS-HZDS
Drapeau de la Slovaquie Slovaquie
Sergej Kozlik
Mouvement démocrate
Drapeau de la France France
Jean-Luc Bennahmias
Sylvie Goulard
Nathalie Griesbeck
Robert Rochefort
Marielle de Sarnez (présidente de la délégation)

Références[modifier | modifier le code]

  1. (lt) « Darbo partija tapo Europos liberalų demokratų ir reformų partijos nare », Delfi,‎ 15 mai 2012 (lire en ligne)
  2. http://politique.hautetfort.com/archive/2008/12/04/partis-politiques-europeens.html Blog Politique du journaliste Laurent de Boissieu
  3. Le Parti Démocrate Européen entend prendre toute sa part à la réflexion stratégique sur l'avenir de l'Europe, Mouvement Démocrate, 12 novembre 2010
  4. (en) « Next EDP Council on December 10 and 11 », sur European Democratic Party

Lien externe[modifier | modifier le code]