Neubrandenbourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Neubrandenbourg
Neubrandenburg
Image illustrative de l'article Neubrandenbourg
Blason de Neubrandenbourg
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Land Flag of Mecklenburg-Western Pomerania.svg Mecklembourg-Poméranie-Occidentale
Arrondissement
(Landkreis)
Plateau des lacs mecklembourgeois
Bourgmestre
(Bürgermeister)
Paul Krüger (CDU)
Code postal 17033, 17034, 17036
Code communal
(Gemeindeschlüssel)
13 0 02 000
Indicatif téléphonique +49-395
Immatriculation NB
Démographie
Population 66 735 hab. (2007)
Densité 779 hab./km2
Géographie
Coordonnées 53° 33′ 26″ N 13° 15′ 40″ E / 53.55711, 13.26118453° 33′ 26″ Nord 13° 15′ 40″ Est / 53.55711, 13.261184  
Altitude 20 m
Superficie 8 565 ha = 85,65 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte administrative d'Allemagne
City locator 14.svg
Neubrandenbourg

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte topographique d'Allemagne
City locator 14.svg
Neubrandenbourg
Liens
Site web www.neubrandenburg.de

Neubrandenbourg (Neubrandenburg en allemand) est une ville située en Mecklembourg-Poméranie occidentale, au Nord de Berlin en Allemagne. Elle est le chef-lieu de l'arrondissement du Plateau des lacs mecklembourgeois.

La ville fut fondée en 1248, par le gouverneur de Brandebourg. En 1292, la ville et ses alentours furent assimilés au Mecklembourg.

Neubrandenburg possède toujours ses fortifications médiévales avec quatre portes d'accès.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation Géographique: la ville se trouve au sud-est du Land de Mecklembourg, en bordure du plateau des lacs du Mecklembourg, au nord du lac de Tollen (Tollensee) qui appartient à l’agglomération et dans la vallée de la Tollensee, Datze et Linde, approximativement à mi-chemin entre Berlin et l’île de Rügen

L’église Sainte-Marie (Konzertkirche)

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville est fondée par le margrave Jean Ier de Brandebourg en 1248 autour du couvent franciscain protégé par la dynastie ascanienne. Quand la ville tombe sous les mains des seigneurs de Mecklembourg en 1298, ils continuent à protéger les moines et, à partir de 1347, la ville est incorporée à leur territoire féodal. Par conséquent, depuis la fin de l’époque médiévale la ville forme, au côté de Güstrow et Parchim, l’un des principaux centres de leur administration.

Après le déclin économique dû à la guerre de Trente Ans, les environs sont peu peuplés. Plus tard le régime et la constitution rigide du XIXe siècle (jusqu’en 1918), contribuent à retarder le développement de l’agglomération. Sa fonction économique se limite principalement à cette époque à un marché qui couvre les besoins élémentaires de la ville même et des villages avoisinants, de sorte que les courants de l’industrialisation, qui marquent le XIXe siècle, ne s’implantent que tardivement, sous forme d’entreprises de traitement de produits agricoles, de fonderies et de construction de machines agricoles qui se vendent dans les environs. Mais ce sont surtout ses marchés équestres et de laine, sur lesquels se base sa réputation.

Après l’occupation des lieux par l’Armée rouge, la ville est vandalisée et dévastée, entraînant la destruction à 80 % du centre historique, peu de jours avant la fin de la Seconde Guerre mondiale. Sous le régime communiste de l’ancienne RDA entre 1952 et 1990, elle retrouve son statut de centre administratif et de siège des autorités publiques. Elle est depuis le 4 septembre 2011 le chef-lieu de l'arrondissement du Plateau des lacs mecklembourgeois. Avant cette date, c’était une ville-arrondissement. Sa population est en constante diminution (près de 3 000 habitants de moins entre 2004 et 2010).

Développement démographique[modifier | modifier le code]

Évolution de la population de Neubrandenbourg à partir de 1829
1829 1875 1880 1890 1910 1933 1939 1946 1950 1964
6 002 7 495 8 406 9 323 12 348 15 181 21 833 20 446 22 412 37 939
1971 1981 1989 1995 2000 2005 2006 2007 2008 2009
46 087 79 813 90 953 80 483 74 527 67 393 67 517 66 373 65 869 65 137
2010 - - - - - - - - -
65 226 - - - - - - - - -
(Sources : 1989-2005: chiffres estimés)


Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville de Neubrandenbourg est jumelée avec[1] :

Transport[modifier | modifier le code]

Située à environ 150 km de Berlin et distance égale de Schwerin, ainsi que 100 km de Rostock, elle est accessible par l’Autoroute A20 à l’est et les Routes Nationales, passant à proximité du centre ville, B96 (axe relayant Sassnitz, Stralsund, Berlin et Zittau), B104 (entre Lübeck, Neubrandenburg et Stettin), ainsi que la B192 (de Neubrandenburg à Wismar) et B197 (de Neubrandenburg à Anklam) à l’est.

De même la ville forme un nœud ferroviaire entre les lignes de Berlin à Stralsund et celle de Hambourg à Stettin. À la sortie nord de la ville, le long de la B96 se trouve un aéroport.

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • 1791 : Ernst Alban – Ophtalmologue et ingénieur mécanicien
  • 1969 : Katrin Krabbe – Athlète et élue athlète du monde de l’année 1991
  • 1975 : Anja Dittmer - Triathlète
  • 1980 : Tim Borowski – Footballeur de l’équipe nationale
Treptower Tor

Sites touristiques[modifier | modifier le code]

Avec son mur d’enceinte et ses quatre portails de briques rouges en style gothique, la ville de Neubrandenburg possède l’une des fortifications médiévales les mieux conservées du XIIIe au XVe siècle. Entourant la ville sur une longueur de 2 300 m et atteignant jusqu’à 7 m de hauteur, quatre portails (Stargarder Tor, Friedländer Tor, Treptower Tor et Neues Tor), 52 abris de garde et une tour pour prisonniers (Fangelturm) sont incorporés à sa structure. En outre, on y trouve l’église paroissiale principale (Hauptpfarrkirche) érigée en 1298 et dédiée à la Vierge Marie, qui, après sa destruction lors de la Seconde Guerre mondiale, a été réédifiée en 1970 pour accueillir des concerts, un ancien couvent franciscain avec son église, Saint-Jean, le musée régional, dont la fondation remonte à 1872, et, par conséquent, connaît l’une des plus longues traditions de ce genre dans le land de Mecklembourg-Poméranie-Occidentale, et un ancien moulin (Vierrademühle), qui, de nos jours s’est développé en site primaire du point de vue gastronomique à fonction multiple et pluriculturel[Quoi ?].

Sites d’intérêt public des environs:

  • Château médiéval de Stargard
  • Suisse du Mecklembourg (Mecklenburgische Schweiz) avec ses remarquables châteaux seigneuriaux
  • Feldberger Seenlandschaft (paysage caractérisé par ses lacs)
  • Hohenzieritz – Lieu de décès de la reine Louise de Prusse
  • Ville de Neustrelitz, d’architecture baroque avec parc et château
  • Ville de Rheinsberg avec la manufacture de porcelaine et l'ensemble du château royal
  • Centre vacancier de Waren, le long du Müritz

Structure de la Ville et Quartier[modifier | modifier le code]

  • Centre ville et quartier Jahn
  • Territoire ouest avec Broda et Weitin
  • Quartier des oiseaux
  • Quartier de l’hippodrome
  • Quartier du Datze avec la montagne Datze
  • Quartier industriel avec la banlieue d’Ihlenfeld et Monckeshof
  • Territoire est avec Carlshöhe, Fritscheshof et Küssow
  • Quartier de la Sainte Catherine
  • Territoire sud avec Fünfeichen
  • Quartier de Lindenberg avec Lindenberg et Tannenkrug

Économie[modifier | modifier le code]

Du point de vue de la structure économique, la ville fait partie d’une des régions les moins performantes de l’Allemagne. Par conséquent le taux de chômage dépasse la moyenne nationale et il en est des mêmes pour l’émigration de sa population vers des contrées plus prospères.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]