Musique post-industrielle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Musique post-industrielle

Origines stylistiques Musique industrielle, musique expérimentale, avant-garde et autres
Origines culturelles Début des années 1990 ; Europe, Amérique du Nord, Japon
Instruments typiques Synthétiseur, boîte à rythmes, batterie, guitare, guitare basse, claviers, sampler, séquenceur
Popularité Underground, malgré le succès de certains groupes

Genres dérivés

Dark ambient, EBM, electro-indus, glitch, IDM, dance industrielle

Genres associés

Rock industriel, metal industriel, hip-hop industriel, neofolk

La musique post-industrielle définit une variante de genres musicaux connexes ayant émergés au début des années 1980, caractérisés par un mélange de divers éléments sonores à la musique industrielle. Le terme d'« industrielle » est pour la première fois utilisé au milieu des années 1970 par les musiciens du label Industrial Records. Dès lors, un nombre de labels et de musiciens sont décrits sous le terme « indus »[1]. La scène se répand à l'international, et est particulièrement bien représentée en Amérique du Nord, en Europe, et au Japon. Le sous-genre post-industriel le plus à succès est le metal industriel.

Musique industrielle[modifier | modifier le code]

La musique industrielle comprend nombreux styles orientés musique expérimentale, dont nombreuses variantes de musique électronique. Le terme est utilisé pour la première fois au milieu des années 1970 par les musiciens du label Industrial Records. Les premiers musiciens indus alliaient musique bruitiste et sujets controversés. Leur production ne se limitait pas qu'à la musique, mais s'étendait également à l'art sous ses diverses formes[2]. Des musiciens et groupes notables de ce genre incluent Throbbing Gristle, Cabaret Voltaire, Boyd Rice, SPK, et Z'EV[2]. Test Dept[3], Clock DVA[4], Nocturnal Emissions[5], Whitehouse[6], Laibach[7], et The Leather Nun[8] ont également participé au mouvement. Le groupe allemand Einstürzende Neubauten se crée son propre style mélangeant percussions axées metal, éléments de guitares et autres instruments non créés pour la musique[9].

Développements[modifier | modifier le code]

Ambient industriel[modifier | modifier le code]

Des groupes et musiciens d'ambient industriel comme Coil[10], Lilith[11], Nurse With Wound[12], Lustmord[13], et Zoviet France[14] deviennent indépendants grâce à la musique industrielle durant les années 1980. Ces musiciens utilisent des instruments non-musicaux[15]. Throbbing Gristle enregistre des albums orientés ambient tels que In the Shadow of the Sun et Journey Through a Body[16]. D'autres musiciens et groupes du même type incluent Hafler Trio[17] MRT, PGR[18], Controlled Bleeding[19], Nine Inch Nails (Ghosts I-IV)[20], Techno Animal (en) à ses débuts[21], le compositeur notable Akira Yamaoka, Robin Rimbaud[22], Final[23], et Deutsch Nepal[24].

Electro-indus[modifier | modifier le code]

Nivek Ogre de Skinny Puppy, un groupe electro-indus.

L'electro-indus s'oriente principalement EBM, et se développe au milieu des années 1980. Le style est crédité par Skinny Puppy[25], Frontline Assembly, et :wumpscut:. Au milieu des années 1990, le style aide au développement du dark electro et de l'aggrotech[26]. D'autres musiciens et groupes du genre incluent Haujobb[27], Lab Report[28] et Leæther Strip[29].

Electronic body music[modifier | modifier le code]

L'electronic body music mélange éléments de musique industrielle et electronic dance music[30]. Il s'agit d'un style initialement émergeant en Belgique[30]. Le nom est crédité par Ralf Hütter de Kraftwerk en 1978 pour expliquer une sonorité plus physique de leur album The Man-Machine[31]. Le terme est par la suite utilisé dans son sens actuel par le groupe belge Front 242 en 1984 pour décrire leur EP intitulé No Comment, commercialisé la même année[32]. Il dénote un certain type de musique électronique, un mélange de synthpunk et de musique industrielle. D'autres musiciens et groupes du genre incluent Armageddon Dildos[33],[34], Die Krupps[35], à;GRUMH...[36], A Split-Second[37], And One[38], Bigod 20[39], The Neon Judgement[40], et Attrition[41].

Hip-hop industriel[modifier | modifier le code]

Le hip-hop industriel mélange les thèmes et éléments industriels au hip-hop. Ses origines peuvent être retracées dans les œuvres de Mark Stewart et Adrian Sherwood. En 1985, Stewart, ancien chanteur de The Pop Group, fait paraître As the Veneer of Democracy Starts to Fade, avec un cut-up de musique industrielle aux côtés du groupe Sugar Hill Records (Doug Wimbish, Keith Leblanc, et Skip McDonald)[42]. Sherwood est l'une des figures majeures de la dub britannique, et travaillait aux côtés de groupes indus comme Cabaret Voltaire, Einstürzende Neubauten, Ministry, KMFDM, et Nine Inch Nails[43]. Tackhead, une collaboration entre Sherwood et le groupe Sugar Hill, débutent là où Stewart termine[44]. Disposable Heroes of Hiphoprisy, de San Francisco[45],[46] et Meat Beat Manifesto[47] du Royaume-Uni, représentent également ce style. Les dernières œuvres musicales de Godflesh[48] et ses collaborations avec Kevin Martin, Ice[49], et Techno Animal (en)[48], sont des exemples de hip-hop indus[50]. Saul Williams, un poète slam, est également adepte de ce style[51].

Japanoise[modifier | modifier le code]

Merzbow, musicien notable de japanoise, en 2007.

Le japanoise (un jeu de mots entre « Japanese » et « noise » ; littéralement bruit japonais) définit la scène bruitiste japonaise[52]. Populaire et active dans les années 1980 et 1990, puis au 21e siècle, la scène japanoise se définit par sa liberté musicale : des groupes du genre partent de Hanatarash[53], jusqu'à Boredoms[54], en passant par Incapacitants[55] et Merzbow[56]. La scène s'inspire initialement du power electronics[6] et des thèmes BDSM[57]. Néanmoins, le japanoise est souvent moins sérieux comparé aux autres styles post-industriels[58], et quelques musiciens, comme Aube[59], s'inspirent également de la psychedélie ou du space rock.

Neofolk[modifier | modifier le code]

Current 93, en 2007.

Le neofolk est composé par des musiciens tels que Douglas Pearce de Death in June, Tony Wakeford de Sol Invictus[60], et David Tibet de Current 93[61]. Ces musiciens mélangent musique post-industrielle et éléments sonores folk européens. Le neofolk peut être acoustique, ou un mélange d'instruments folk acoustiques accompagnés de sons supplémentaires comme des morceaux de pianos, ou des éléments de musique industrielle et de musique expérimentale. Le genre englobe une variété de thèmes, y compris la musique traditionnelle et le romantisme, notamment. Des musiciens neofolk s'affilient avec d'autres genres musicaux comme le martial industrial (en). Le terme de « folk apocalyptique » précède celui de « neofolk » et est utilisé par David Tibet pour définir la musique jouée par son groupe Current 93 à la fin des années 1980. À l'origine, Tibet n'avait pas l'intention de lier le genre folk ; à la place, cette musique de Current 93 était qualifiée de « folk apocalyptique[62]. »

Power electronics[modifier | modifier le code]

Whitehouse, fondateurs du power electronics.

Le terme de power electronics est à l'origine crédité par William Bennett pour définir la musique bruitiste jouée par son groupe Whitehouse[6]. Les membres de Whitehouse qui ont démarré leurs propres projets, comme Sutcliffe Jügend, jouent également du power electronics[63]. Le death industriel est un style similaire associé à des groupes comme The Grey Wolves[64], mais le terme se réfère initialement à des groupes comme Brighter Death Now. Le label suédois Cold Meat Industry est spécialisé dans ce sous-genre.

Power noise[modifier | modifier le code]

Le power noise (également connu sous le terme de rhythmic noise) puise son inspiration depuis quelques groupes structurés tels qu'Esplendor Geométrico[65]. Le groupe belge Dive anticipe également ce style à l'approche des années 1990[65],[66]. Des groupes power noise mélangent musique bruitiste et différentes formes de musique électronique. Le terme de « power noise » est crédité par Raoul Roucka de Noisex (en) en 1997, avec le titre United (Power Noise Movement)[67],[68]. Le power noise se base sur un kick distordu dérivé d'une boîte à rythmes comme le Roland TR-909, avec un rythme en 4/4, habituellement instrumental. De temps à autres, quelques composants mélodiques y sont ajoutés, accompagnant le rythme. Ce genre est joué dans des festivals comme le Maschinenfest de Krefeld, en Allemagne, et Infest de Bradford, au Royaume-Uni. D'autres musiciens du genre incluent Imminent Starvation, Axiome, Converter, et Terrorfakt. Des labels spécialisés incluent Ant-Zen et Hands Productions.

Rock industriel[modifier | modifier le code]

Les adeptes de rock industriel jouent généralement des instruments orientés rock comme la guitare électrique, la batterie et la basse, mélangés à du bruit blanc, des éléments de musique électronique (synthétiseurs, séquenceurs, et samplers et boîtes à rythmes). Les morceaux de guitare sont distordus ou modifiés par pédale d'effet. Les morceaux de guitare basse et de batterie peuvent se jouer en live, ou être remplacés par des instruments de musique électroniques ou ordinateurs. Les premiers mélanges de musique industrielle et de rock s'effectuent par des groupes de post-punk comme Chrome[69], Killing Joke[70], Swans[71], Big Black[72], et Fœtus[73]. Le metal industriel émerge de cette scène, et se pratique par des groupes tels que Ministry[74], Godflesh[75], KMFDM[74], et Nine Inch Nails[76]. Ces groupes sont principalement influencés par le heavy metal.

Witch house[modifier | modifier le code]

La witch house est un terme débattu désignant un mélange musical de musique industrielle et d'influences hip-hop, en particulier le chopped and screwed de Houston des années 1990 crédité par DJ Screw (en)[77],[78]. La witch house emprunte des techniques issues du hip-hop labellisé Swishahouse[79]. La witch house est également influencée par des groupes goth des années 1980 comme Cocteau Twins, The Cure et Dead Can Dance[80], et très influencé par les premiers groupes industriels[81],[82].

Ventes[modifier | modifier le code]

Sans nul doute, le dérivé de la musique industrielle le plus vendeur est le metal industriel ; Ministry et Nine Inch Nails sont deux groupes détenteurs d'albums certifiés disques de plartine[83]. Leur succès mène au bon fonctionnemment de la musique post-industrielle ; par exemple, l'album remix de Nine Inch Nails remix, Further Down the Spiral, présentant les groupes Fœtus et Coil, west certifié disque d'or en 1996[83].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) "... journalists now use 'industrial' as a term like they would 'blues.' - Genesis P-Orridge, RE/Search #6/7, p. 16.
  2. a et b (en) V. Vale. Re/Search #6/7: Industrial Culture Handbook, 1983.
  3. (en) Biography of Test Dept. sur Allmusic.
  4. (en) (en) Biography of Clock DVA sur Allmusic
  5. (en) Biography of Nocturnal Emissions sur Allmusic.
  6. a, b et c (en) Biography of Whitehouse sur Allmusic.
  7. (en) Biography of Laibach sur Allmusic
  8. (en) Biography of Leather Nun sur Allmusic.
  9. (en) Biography of Einstürzende Neubauten sur Allmusic.
  10. (en) Ed Howard, Coil artist profile, Stylus Magazine, 2003. [1]. 15 mars 2009.
  11. (en) Biography of Lilith sur Allmusic
  12. (en) Biography of Nurse with Wound sur Allmusic.
  13. (en) Brandon Stosuy, « Show No Mercy », Pitchfork,‎ 31 octobre 2008 (consulté le 31 octobre 2008).
  14. (en) Review of Shadow, Thief of the Sun sur Allmusic.
  15. (en) Werner, Peter, « Ambient Industrial », hyperreal.org (consulté le 17 mars 2009).
  16. (en) Lucan, Lord, « Throbbing Gristle - In The Shadow Of The Sun », Julian Cope Presents Head Heritage,‎ 26 juillet 2000 (consulté le 15 mars 2009).
  17. (en) Hafler Trio sur Allmusic.
  18. (en) PGR sur Allmusic.
  19. (en) Controlled Bleeding sur Allmusic.
  20. (en) Ghosts I-IV sur Allmusic.
  21. (en) Techno Animal sur Allmusic.
  22. (en) Robin Rimbaud sur Allmusic.
  23. (en) Final sur Allmusic.
  24. (en) Deutsch Nepal sur Allmusic.
  25. (en) Adem Tepedelen, "Skinny Puppy Bark Back", Rolling Stone, 20 mai 2004. [2] 24 octobre 2008.
  26. (en) Interview with Axel Machens, Vendetta Music, 23 avril 2007. « http://vendetta-music.com/PHP/Interviews/Breathe_April07.php » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2014-03-22 23 décembre 2008.
  27. (en) Manny Theiner, « German electro-industrial duo Haujobb plays Pegasus Lounge », sur Pittsburgh City Paper,‎ 13 septembre 2007 (consulté le 24 octobre 2008).
  28. (en) Biography of Lab Report sur Allmusic.
  29. (en) "Claus Larsen fronts one of Europe's leading Electro-Industrial bands." Mick Mercer, The Hex Files: The Goth Bible, Woodstock: The Overlook Press, 1997, p. 24.
  30. a et b (en) Dan Sicko, Techno Rebels: The Renegades of Electronic Funk, Billboard Books, 1999, p. 142.
  31. (en) Klein, MJ, « WSKU Radio (Kent - Ohio) - Ralf Hütter - 19/06/1978 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 25 novembre 2007, sur kraftwerk.technopop.com.br. Consulté le 28 janvier 2008.
  32. (20 juin 2004) Monsoon, Jon EBM - A revolution in progress iAfrica.com (consulté le 3 août 2007).
  33. (en) Armageddon Dildos sur Allmusic.
  34. (en) (en) Review of Homicidal Dolls sur Allmusic.
  35. (en) Release Magazine: Die Krupps - Too Much History. Consulté le 17 mars 2009.
  36. (en) (en) Biography of à;GRUMH... sur Allmusic.
  37. (en) A Split-Second sur Allmusic.
  38. (en) And One sur Allmusic.
  39. (en) Bigod 20 sur Allmusic.
  40. (en) The Neon Judgement sur Allmusic.
  41. (en) Attrition sur Allmusic.
  42. (en) Mark Fisher, "Prometheus Unbound". p. 32. The Wire 293. Juillet 2008.
  43. (en) Biography of Adrian Sherwood sur Allmusic.
  44. (en) Stephen Troussé, Portishead review, Uncut, [3] Consulté le 7 octobre 2008.
  45. (en) Ben Wood, "Michael Franti: A New Bob Marley?", Suite 101, 31 mai 2007.
  46. (en) Kara, Scott, « Michael Franti and Spearhead - All Rebel Rockers », The New Zealand Herald,‎ 19 septembre 2008 (consulté le 4 novembre 2011).
  47. (en) Biography of Meat Beat Manifesto sur Allmusic.
  48. a et b (en) Chris Downton, « Ivens interview by Chris Downton », sur Cyclic Defrost,‎ 24 novembre 2007 (consulté le 7 octobre 2008).
  49. (en) Filmore Mescalito Holmes, « London Zoo review », sur Tiny Mixtapes (consulté le 7 octobre 2008).
  50. (en) Stevie Chick, « Till Deaf Us Do Part », sur The Guardian,‎ 18 juillet 2008 (consulté le 28 juillet 2008).
  51. (en) "Nine Inch Nails Release Album Online", Revolver, 3 mars 2008. « http://www.revolvermag.com/content/nine-inch-nails-release-album-online » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2014-03-22. Consulté le 7 octobre 2008.
  52. (en) Nancy Kilpatrick, The Goth Bible: A Compendium for the Darkly Inclined, New York, St. Martin's Griffin,‎ 2004, « Chapter 5: Music of the Macabre », p. 86.
  53. (en) Biography of Hanatarash sur Allmusic.
  54. (en) Biography of Boredoms sur Allmusic.
  55. (en) Review of Asset Without Liability sur Allmusic
  56. (en) Biography of Merzbow sur Allmusic.
  57. (en) Review of Music for Bondage Performance, Vol. 2 sur Allmusic.
  58. (en) Review of Pop Tatari sur Allmusic.
  59. (en) Biography of Aube sur Allmusic
  60. (en) « DANGER! NEO-FOLK 'MUSICIAN' TONY WAKEFORD OF SOL INVICTUS IS STILL A FASCIST CREEP! » (consulté le 17 mars 2009).
  61. (en) « All the Pretty Little Horses », sur Sputnikmusic (consulté le 17 mars 2009).
  62. (en) « The Apocalyptic Visions of Current 93 » (consulté le 17 mars 2009[site=Popmatters).
  63. (en) Creaig Dunton, « Perfectly Flawed review », sur Brainwashed,‎ 29 mars 2009 (consulté le 29 mars 2009).
  64. « v/a "Transmissions of Hatred" compilation CD », sur www.aversionline.com (consulté le 17 mars 2009).
  65. a et b (en) « Converter, Coma record description », sur Hymen Records (consulté en 8 août 2008).
  66. (en) Nancy Kilpatrick, The Goth Bible: A Compendium for the Darkly Inclined, New York: St. Martin's Griffin, 2004, chapitre 5, "Music of the Macabre," p. 87.
  67. (en) Noisex, Over and Out, Discogs.
  68. (en) Vlad McNeally, « Review of Noisex » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 29 novembre 2007, sur ReGen Magazine. Consulté le 8 août 2008.
  69. (en) Reynolds, Simon (2005). Rip it up and start again: Postpunk 1978-1984. London: Faber and Faber Limited, p. 257-258
  70. (en) Reynolds 2005, p. 435
  71. (en) Licht, Alan (2003). Tunnel vision. The Wire, 233: 30-37, p. 32.
  72. (en) Blush, Steven (2001). American Hardcore: A tribal history. Los Angeles, CA: Feral House, p. 222.
  73. (en) Connelly, Chris (2007). Concrete, Bulletproof, Invisible + Fried: My Life as a Revolting Cock. London: SAF Publishing, p. 12.
  74. a et b (en) Di Perna, Alan (1995). Jackhammer of the Gods. Guitar World, 15(6), page 69.
  75. (en) Review of Godflesh sur Allmusic.
  76. (en) Biography of Nine Inch Nails sur Allmusic.
  77. (en) Joe Colly, « Ghosts in the Machine », Pitchfork,‎ 24 mai 2010 (consulté le 10 juin 2010).
  78. (en) D. Patrick Rodgers, « ‘New’ ‘Genre’ Alert: Which House? Witch House », Nashville Scene,‎ 25 août 2010 (consulté le 9 nvoembre 2011).
  79. (en) « The Translator Witch House », sur Exclaim (consulté le 20 mars 2013).
  80. (en) Scott Wright, « Scene and heard: Drag », Guardian, Londres,‎ 9 mars 2010 (consulté le 10 juin 2010).
  81. (en) Russ Marshalek, « Haunted: A Witch House Primer »,‎ 22 septembre 2010 (consulté le 20 mars 2013).
  82. (en) Carter Maness, « Brooklyn’s Vanishing Witch House », sur NY Press (consulté le 20 mars 2013).
  83. a et b (en) « Nine Inch Nails - Further Down the Spiral », sur newburycomics.com (consulté le 24 mars 2009).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Paul Hegarty, Full With Noise: Theory and Japanese Noise Music, p. 86–98 in Life in the Wires (2004) eds. Arthur Kroker & Marilouise Kroker, NWP Ctheory Books, Victoria, Canada
  • (en) Paul Hegarty, Noise/Music: A History (2007), Continuum International Publishing Group
  • (en) Douglas Kahn, Noise, Water, Meat: A History of Sound in the Arts (1999), MIT Press
  • (en) Brandon LaBelle, Background Noise: Perspectives on Sound Art (2006) New York and London: Continuum International Publishing
  • (en) Dan Lander and Lexier Micah, (eds.) Sound by Artists (1990) Toronto : Art Metropole/Walter Phillips Gallery
  • (en) Alan Licht, Sound Art: Beyond Music, Between Categories (2007) New York: Rizzoli
  • (en) Thurston Moore, Mix Tape: The Art of Cassette Culture (2004), Universe
  • (en) Joseph Nechvatal, (2000) The Thing Towards a Sound Ecstatic Electronica
  • (en) Amanda Petrusich, Pitchfork net Lou Reed Interview
  • (en) Jim Samson, Music in Transition: A Study of Tonal Expansion and Atonality, 1900–1920 (1977), New York: W.W. Norton & Company
  • (en) Brett Woodward (ed.), Merzbook: The Pleasuredome of Noise (1999) Melbourne, Cologne: Extreme

Liens externes[modifier | modifier le code]