Cabaret Voltaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cabaret Voltaire (homonymie).

47° 22′ 18″ N 8° 32′ 38″ E / 47.371607, 8.543988 ()

Le Cabaret Voltaire en 2006

Le Cabaret Voltaire est un lieu de culture situé au numéro un de la petite Spiegelgasse, à Zurich, la rue où demeura Lénine. Actif pendant six mois, de février à juillet 1916, il finit par fermer ses portes pour tapage nocturne et tapage moral, non sans avoir dans l'intervalle fait émerger le mouvement Dada.

L'idée du nom est née d'une plaisanterie fondée sur le décalage apparent entre les mots « cabaret » (la nuit et ses supposés vices) et « Voltaire » (le philosophe).

Création du cabaret[modifier | modifier le code]

Depuis 1914, une association de jeunes artistes (taxés de dangereux socialistes et anarchistes par les autorités) se déplace de cafés en cafés sous le nom de « Cabaret Pantagruel ».

Hugo Ball, membre de cette association, découvre par hasard un petit bistrot nommé la « Métairie hollandaise ». Il demande à son patron d'utiliser une salle désaffectée et le 5 février 1916, sous l'enseigne « Cabaret Voltaire », il ouvre les portes d'un lieu appelé à devenir mythique.

Un lieu d'artistes[modifier | modifier le code]

Le peintre Marcel Janco, en balade dans le vieux Zurich, entend de la musique dans une boîte de nuit ; il y rencontre Ball qui y joue du piano. Après avoir sympathisé, il le met en relation avec ses amis, tels que le poète Tristan Tzara et le peintre Jean Arp qui contribuent à la notoriété du cabaret.

Ball manquant d'argent pour réaliser des travaux, il demande à ses amis artistes de lui prêter des œuvres pour décorer les murs du cabaret. C'est ainsi que se retrouvent exposés quelques figures de l'avant-garde, notamment Modigliani, Picasso, Kandinsky, Klee, Jawlensky, Léger ou Matisse.

C'est dans cet endroit sombre et dépouillé, tapissé de tableaux futuristes, cubistes et expressionnistes, que se réunissent de jeunes artistes zurichois de toutes tendances pour participer à des représentations musicales et littéraires.

Naissance du mouvement Dada[modifier | modifier le code]

Numéro unique du journal du Cabaret Voltaire

D'après la description de Marcel Janco extraite de Dada, monographie d'un mouvement, l'on comprend que « Dada » n'est qu'un mot pour cristalliser un mouvement déjà existant. « Dada nous l'avions déjà dans la peau, depuis toujours mais de façon bien différente. C'est bien Larousse en main que, dans un café de Zurich, le mot fut découvert et investi de tout son pouvoir. »

Si Dada ne devient explicite que le 8 février 1916 lors de la lecture du Manifeste DaDa d'Hugo Ball, les premiers prémices tangibles du mouvement se font avec la création des Poèmes sans mots, déclamés dans le cabaret le 23 juin 1916 et les représentations furieuses de Richard Huelsenbeck.

Le contexte historique explique aussi l'émergence de l'avant-garde artistique en cet endroit. Alors que dans le reste de l'Europe fait rage la première Guerre mondiale, Zurich s'avère un havre de liberté où peuvent se retrouver réfugiés, révoltés, intellectuels et artistes.

Cabaret voltaire est enfin le nom de la première publication zurichoise du futur groupe Dada, publiée par Hugo Ball le 24 mai 1916

Citations[modifier | modifier le code]

Hugo Ball :

  • « Mesdames et messieurs, le Cabaret Voltaire n'est pas une boîte à attractions comme il y en a tant. Nous ne sommes pas rassemblés ici pour voir des numéros de frou-frou et des exhibitions de jambes, ni pour entendre des rengaines. Le Cabaret Voltaire est un lieu de culture. » (annonce lors de la soirée inaugurale du 5 février 1916 pour faire taire l'énorme chahut)

Marcel Janco :

  • « Une petite salle de quinze à vingt tables avec un plateau de dix mètres carrés, endroit pouvant contenir environ trente-cinq à cinquante visiteurs. Dès les premières soirées, il y eut salle comble. Les spectateurs battaient leur plein tard dans la nuit ce qui nous attirait bien d'ennuis avec les voisins et l'heure de clôture des bourgeois. » (extrait de Dada, monographie d'un mouvement paru dans Willy Verkauf en 1957)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]