Leone Allacci

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Leone Allacci

Leone Allacci (en italien) Leo Allatius (en latin) (1586, Chios, Grèce - 18 janvier 1669, Rome), écrivain italien d'origine grecque.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans une famille grecque, Leone Allacci vint de bonne heure à Rome, où il embrassa le catholicisme. Il enseigna dans cette ville au collège des Grecs, et devint en 1661 garde de la bibliothèque du Vatican. Laborieux, infatigable, avide de manuscrits, doué d'une grande mémoire, il se montra digne du poste qu'il occupait. Bien que de l’Église grecque, il se montra plus ennemi de ses coreligionnaires qu'un catholique romain, et fut d'un grand secours aux religieux de Port-Royal dans leur dispute avec le théologien protestant Jean Claude sur la croyance des Grecs à l'égard de l'Eucharistie.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Leone Allacci a composé de nombreux ouvrages de théologie et de philologie, tous pleins d'érudition.

Les plus importants sont :

  • De Ecclesiæ occidentalis et orientalis perpetua consensione sur Google Livres, Cologne, Kalckhoven, 1648 Titre complet : Leonis Allatii De ecclesiae occidentalis atque orientalis perpetua consensione libri tres, ejusdem dissertationes de dominicis et hebdomadibus Graecorum, et de missa praesanctificatorum, cum Bartholdi Nihusii ad hanc annotationibus de communione Orientali ;
  • De patria Homeri (1644)
  • De antiquitatibus Etruscis.
  • Dans De Engastrimytho (1629), qu'il publia sous le nom d'Eustache, évêque d'Antioche, il exposa avec beaucoup de subtilité sa doctrine touchant la pythonisse qui fit voir l'ombre de Samuel.
  • Apes Urbanae (1633) (où il liste tous les hommes de lettres de Rome de 1630 à 1632).
  • Dramaturgia (1636)

Sources[modifier | modifier le code]

  • Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Leone Allacci » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie,‎ 1878 (Wikisource)
  • Dezobry et Bachelet, Dictionnaire de biographie, t.1, Ch.Delagrave, 1876, p. 56