Jules César Scaliger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Scaliger.

Jules César Scaliger

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait de Jules César Scaliger.

Naissance 23 avril 1484
Vérone, Italie
Décès 21 octobre 1558 (à 74 ans)
Agen, France
Nationalité Italienne
Profession
Érudit

Jules César Scaliger (né le 23 avril 1484 à Vérone, mort le 21 octobre 1558 à Agen) est un érudit d'origine italienne, fils de Benoît Bordoni, peintre en miniature. Toutefois, il prétendait descendre de la noble maison della Scala (d'où le nom qu'il prit). Il est le père de Joseph Juste Scaliger.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir beaucoup voyagé, Giulio Cesare Scaligero a rejoint en France Antoine de La Rovère, évêque d'Agen, en 1525, et se fixa auprès de lui comme médecin, et obtint des lettres de naturalisation. Il écrivit d'abord contre les savants les plus illustres de son siècle, et commença ainsi à se faire une réputation que sa science réelle et ses nombreux travaux classiques augmentèrent bientôt. Il visait au renom d'homme universel, et avait des connaissances dans tous les domaines, mais c'est principalement comme grammairien qu'il mérite sa célébrité. Il se liera d'amitié avec Nostradamus qui dira de lui qu'il est « un personnage incomparable, sinon à un Plutarque ».

La vanité de ce savant était excessive, et il n'épargnait pas les injures à ses adversaires. Par exemple, il eut de vives disputes avec Érasme au sujet de la latinité de Cicéron.

C'est lui qui édicta la règle des trois unités pour le théâtre, en déclarant que l'« invraisemblance choque la bienséance ». L'unité de temps et l'unité de lieu ont ainsi pour but de laisser croire au spectateur que le drame qui se joue devant ses yeux est réel.

Sa dernière œuvre avant de mourir est La matière.

Œuvres[modifier | modifier le code]

On lui doit, entre autres ouvrages :

  • De causis linguae latinae, Lyon, 1540, traité de grammaire conçu dans un esprit philosophique :
  • Poetices libri VII, Lyon, 1561, ouvrage plein d'érudition, où il traite de l'origine et du but de la poésie et passe en revue les poètes les plus célèbres. Les titres des livres sont les suivants : I HISTORICVS - II HYLE - III IDEA - IIII PARASCEVE - V CRITICVS - VI HYPERCRITICVS - VII EPINOMIS;
  • De subtilitate, ad Cardanum, Paris, 1557 (critique sévère du De subtilitate de Jérôme Cardan)
  • des traductions latines d'ouvrages grecs, notamment de l'Histoire des animaux d'Aristote, du Traité des plantes de Théophraste,
  • des Notes, des Dissertations, des Discours.
  • On a aussi de lui des Poésies latines, mais elles sont très médiocres de l'avis de Charles Nisard[1] (Genève, 1574).

Jules César Scaliger : Véronensis ca 1530 commentarium César : de bello gallico de bello civili.

Famille[modifier | modifier le code]

Jules-César Scaliger ou de Lescale s'est marié le 13 avril 1529 avec Andiette de La Roque Loubéjac. De cette union sont nés quinze enfants, cinq garçons et dix filles, sept filles sont mortes jeunes.

  • Étienne Sylve César de Lescale, né en 1530 à Agen, élève au collège de Navarre, à Paris, entre 1545 et 1550, mort en 1585. Il est marié en 1562 avec Marguerite de Nozières de Bezat mais décédée quelques jours plus tard. Marié en 1575 avec Catherine de Biran, comtesse de Gohas :
    • Anne de Lescale, sans descendance ;
  • Audet-César de Lescale, mort jeune ;
  • Joseph Juste Scaliger ou de Lescale, né à Agen le 4 août 1540 ;
  • Léonard de Lescale, né en 1541 ;
  • Janus-Constant de Lescale, né en 1544, tué en Transylvanie pendant le siège d'un château ;
  • Françoise de Lescale ;
  • Bertrande de Lescale ;
  • Anne de Lescale, marié en 1562 avec Jean de Charrier, seigneur de Siagues, décédé en 1570 :
    • Joseph de Lescale Charrier, écuyer, marié en 1614 avec Catherine de La Brunetière, décédé en 1620 :
      • Joseph de Lescale, écuyer, seigneur de Vivès[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Charles Nisard, Les gladiateurs de la république des lettres, Vol. I, Paris, Michel Lévy, 1860, p. 371.
  2. Bernard Labénazie, Histoire de la ville d'Agen et pays d'Agenois, suivie des Annales ou chronique agenoise, tome I, p. 235, Mlle A. Barrès, Saint-Nicolas-de-la-Balerme, 1888 ( lire en ligne )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jules Momméja, Un domaine historique: Vérone-Vivès et les Scalige, p. 289-314, 413-420, Revue de l'Agenais, 1908, tome 35 ( lire en ligne )
  • Jules de Bourrousse de Laffore, Jules-César de Lescale, p. 24-69, Recueil des travaux de la société d'agriculture, sciences et arts d'Agen, Imprimerie de Prosper Noubel, Agen 1860 ( lire en ligne )