Bibliothèque apostolique vaticane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bibliothèque apostolique vaticane
Image illustrative de l'article Bibliothèque apostolique vaticane
La salle Sixtine de la Bibliothèque apostolique vaticane.
Présentation
Coordonnées 41° 54′ 17″ N 12° 27′ 16″ E / 41.904722, 12.454444 ()41° 54′ 17″ Nord 12° 27′ 16″ Est / 41.904722, 12.454444 ()  
Pays Vatican Vatican
Ville Cité du Vatican
Informations
Site web www.vaticanlibrary.va/
Géolocalisation sur la carte : Vatican
Bibliothèque apostolique vaticane

La Bibliothèque apostolique vaticane (en latin : Bibliotheca Apostolica Vaticana), appelée communément la Bibliothèque vaticane ou la Vaticane, est l'une des plus anciennes bibliothèques du monde. C'est la bibliothèque d'État, publique, du Saint-Siège. Elle continue d'être alimentée en tant que bibliothèque universelle, mais est surtout célèbre pour ses collections de manuscrits de toutes les époques.

Son but est de « conserver les livres et les manuscrits, les actes des souverains pontifes et des dicastères de la Curie romaine, et de les transmettre à travers les siècles » et surtout de « mettre à la disposition du Saint-Siège et des chercheurs du monde entier les trésors de culture et d'art » dont elle est l'écrin (Jean-Paul II[1]).

Histoire[modifier | modifier le code]

Probablement à partir du IVe siècle et jusqu'au bas moyen-âge, la papauté a eu plusieurs bibliothèques et aussi d'une chancellerie, qui tenait place d'archive. Mais les bibliothèques ont disparu, pratiquement sans laisser de trace. Fondée à l'époque de la Renaissance, la Bibliothèque vaticane a donné au cours de l'histoire naissance aux actuelles Archives secrètes du Vatican. Plusieurs papes y ont consacré des moyens et un intérêt soutenus, à partir de son fondateur, Nicolas V, qui commence à constituer un fonds vers 1450. D'importants travaux d'agrandissement ont été entrepris sous Sixte IV, Sixte V, Paul V, Léon XIII et Pie XI.

La bibliothèque est institutionnalisée en 1475[2].

En juillet 2007, la bibliothèque ferme pour trois ans, en raison d'importants travaux de restructuration du bâtiment[3]. Le personnel en profite pour accélérer l'informatisation de l'ensemble des catalogues et procéder à la reproduction de certains manuscrits. La bibliothèque a rouvert le 20 septembre 2010.

Visite de Montaigne[modifier | modifier le code]

Le Virgile romain avec portrait de Virgile (folio 14 recto)

Montaigne visite la Bibliothèque du Vatican le 6 mars 1581 et en laisse une description détaillée dans son Journal, car il a la possibilité de consulter des manuscrits ou imprimés qu'il estimait. Il peut ainsi admirer entre autres l'un des exemplaires des plus anciens des Déclamations de Sénèque l'Ancien, copié au milieu du IXe siècle à l'abbaye de Corbie et même un « livre de Chine[4] ». Ce document est l'actuel Codex Vat. estr. or. 66, intitulé Le Sommaire du miroir historique de l'époque des Ming. Montaigne lit également le Sacramentaire grégorien qu'il estime de la main du pape saint Grégoire et révèle qu'il a été porté au dernier Concile de Trente. Il déclare que le manuscrit des Sermones dominicales (XIVe siècle) présente des notes (attribuées à l'époque à la main de saint Thomas d'Aquin) qui sont rédigées d'une écriture pire que la sienne. Il tient également à consulter la nouvelle Bible polyglotte d'Anvers, imprimée en huit tomes entre 1569 et 1572, dont l'exemplaire qu'il consulte est dédicacé par Philippe II à Grégoire XIII. Montaigne tient également à voir un codex byzantin des Actes des Apôtres du XIIIe siècle (cote Vat. gr. 1208) et le fameux Vat. lat. 3867, ou Virgile romain, manuscrit des textes de Virgile datant du Ve siècle et qui appartenait au Moyen Âge à l'abbaye de Saint-Denis.

Collections[modifier | modifier le code]

Une page d'un évangile syriaque (Vaticanus syriacus 559), copié aux environs de 1220 à Mossoul et qui montre une forte influence de l'art islamique.

La Bibliothèque vaticane conserve près de 1 600 000 livres antiques et modernes, 8 300 incunables dont plusieurs dizaines en parchemin, plus de 150 000 manuscrits et documents d'archives, sans compter 100 000 estampes et gravures, 300 000 monnaies et médailles et un certain nombre d'objets d’art.

Ses collections contiennent des ouvrages exceptionnels, pour certains richement enluminés. Parmi les plus célèbres, citons le codex vaticanus, l'un des plus anciens exemplaires de la Bible connu, le sacramentaire gélasien, livre liturgique mérovingien, l’évangéliaire de Lorsch, un manuscrit carolingien, l’évangéliaire Barberini, manuscrit médiéval irlandais, De arte venandi cum avibus, un manuel de fauconnerie du XIIIe siècle, le Codex Borgia, un manuscrit mixtèque ou tlaxcaltèque, un exemplaire sur vélin de la Bible de Gutenberg, etc.

Organisation[modifier | modifier le code]

La bibliothèque est dirigée par un préfet, Mgr Cesare Pasini et un vice-préfet Ambrogio Piazzoni, sous l'autorité de Mgr Jean-Louis Bruguès, archiviste et bibliothécaire, qui a remplacé le Cardinal Raffaele Farina depuis le 26 juin 2012.

Liste des cardinaux bibliothécaires[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Discours, 15 janvier 1999.
  2. Voir le site officiel de la Vaticane.
  3. Note dans Bibliothèque(s), mai 2007, p. 7.
  4. « J'ai vu un livre de Chine au caractère étranger, les feuilles d'une certaine matière bien plus délicate et fine que notre papier; et, comme ils ne tolèrent pas la teinture de l'encre, les livres sont écrits d'un seul côté de la feuille, et les feuilles sont toutes doubles et repliées sur le côté extérieur, où elles tiennent toutes ensemble. »
  5. Wappen des Kardinals Scipione Borghese

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jeanne Bignami Odier, La Bibliothèque vaticane de Sixte IV à Pie XI, Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, 1973 (Studi e testi)
  • Philippe Ridet, L'autre trésor du Vatican, Le monde, 24 juillet 2009, série d'été III (en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]