Kivu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

2° 30′ S 28° 00′ E / -2.5, 28

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kivu (homonymie).
Les provinces du Kivu
Situation des deux Kivu par rapport au reste du pays

Le Kivu (prononcer Kivou) est une région et une ancienne province de l'Est de la République démocratique du Congo. Cette région fut connue au XIXe siècle sous le nom de Maniema ou Manyema.

La province exista de 1933 à 1962 (sous le nom de province de Costermansville jusque 1947, du nom de sa capitale) et de 1966 à 1988.

La province fut divisée en 1988 entre trois provinces, le Nord-Kivu, le Sud-Kivu et le Maniema.

Le Kivu est également un lac situé à la frontière entre la RDC et le Rwanda.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Guerre du Kivu.

Depuis la fin de la guerre du Rwanda en 1994 qui se concrétise par la victoire de l’Armée patriotique rwandaise (APR), de Paul Kagame, sur les Forces armées rwandaises (FAR) du pouvoir hutu installé à Kigali depuis l’indépendance, les conflits régionaux se sont déportés vers le Kivu.

De nombreux massacres y ont été perpétrés entre 1996 et 2005 par différentes armées, dont celles des généraux rebelles du Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD) Nkundabatware et Mutebesi et des Forces armées congolaises et des milices diverses, congolaises et étrangères, dont les milices réfugiées depuis 1994 qui ont perpétré le génocide au Rwanda.

Le Kivu est connu du fait des innombrables ressources minérales, environnementales et fossiles dont elle regorge. Verrou d’accès entre le Grand Lac et le l’Afrique centrale, le Kivu, connu d’être la capitale du « coltan » (colombite-tantalite) de l’Afrique est convoité par le Rwanda, le Burundi et l’Ouganda qui y soutiennent des rébellions et milices depuis plus de 20 ans.

La guerre du Kivu voit s'opposer les troupes rebelles du général Laurent Nkunda à l'armée congolaise et ses alliés locaux. Le mouvement politico-militaire de Nkunda est issu au départ de populations rwandophones, dites « Banyarwandas » et plus précisément de leur composante tutsie « Banyamulenge ». Son représentant, le général Laurent Nkunda, justifie la rébellion par la nécessité de protéger les Tutsis du Congo. L'aile militaire, l'Armée nationale congolaise (ANC) est soutenue par le gouvernement rwandais, en encadrement, logistique et en équipements. Elle est longtemps considérée comme la faction la mieux organisée des belligérants.

Consécutivement à un retournement d'alliances du Rwanda, Laurent Nkunda est fait prisonnier en 2009. En novembre 2013, l'armée congolaise chasse les combattants du Mouvement du 23-Mars des dernières positions qu'ils occupaient dans les montagnes du Nord-Kivu, à la frontière du Rwanda et de l'Ouganda.

La situation de troubles et de guerre civile persiste néanmoins. En février 2015, l'armée congolaise annonce une nouvelle offensive contre les rebelles hutu rwandais au Nord-Kivu[1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • M. Carael, G. Tondeur, W. Wils, Le Kivu montagneux : surpopulation, sous-nutrition, érosion du sol, CEDAF, 1979, 146 p.
  • Paul Mathieu et Jean-Claude Willame, Conflits et guerres au Kivu et dans la région des grands lacs : entre tensions locales et escalade régionale, L'Harmattan, 1999, 218 p. (ISBN 978-2-7384-8675-2)
  • Jean Mpisi (dir.), Le Kivu pour la paix ! : les actes de la conférence de Goma, janvier 2008, L'Harmattan, 2008, 492 p. (ISBN 978-2-296-06057-9)
  • Floribert Mugaruka Mukaniré, Kivu : au cœur de la violence, éd. Ndzé, Bertoua (Cameroun), 2006, 150 p. (ISBN 978-2-911464-37-9)
  • Célestin Nguya-Ndila Malengana, Nationalité et citoyenneté au Congo-Kinshasa : le cas du Kivu, L'Harmattan, 2001, 311 p. (ISBN 978-2-7384-9785-7)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]