Henri Maspero

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maspero.

Henri Paul Gaston Maspero, né à Paris Ve le 15 décembre 1883 et mort en déportation au camp de Buchenwald le 17 mars 1945, est un sinologue français. Il s'illustra par sa fine érudition et un travail pionnier qui fait référence sur le taoïsme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de l’égyptologue Gaston Maspero, qu'il accompagne en Égypte en 1905, demi-frère du sinologue Georges Maspero, il épouse Hélène Clerc (1899-1997) et est le père de Jean, né en 1925, résistant, volontaire de la 3e armée américaine, tué au combat le 8 septembre 1944 et de l'écrivain et éditeur François Maspero.

Henri Maspero étudie le droit puis le chinois à l'Institut national des langues et civilisations orientales. En 1908, il est pensionnaire de l’École française d'Extrême-Orient à Hanoï pour y étudier les langues et coutumes des peuples indochinois. D'abord nommé professeur à l’École Française d'Extrême-Orient (1911), il succède ensuite à son maître Édouard Chavannes à la chaire de chinois du Collège de France en 1918, puis remplace Marcel Granet à la chaire de civilisation chinoise à la Sorbonne et dirige le département Religions de la Chine à l’École pratique des hautes études.

En 1935, il est élu membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres[1]. Il est chevalier de la Légion d'Honneur[2] et décoré de la médaille de la résistance[3]

Le 28 juillet 1944, Henri et son épouse, Hélène Maspero-Clerc, sont arrêtés par les nazis, sur « soupçons d’activité terroriste » portant sur leur fils ; internés à la prison de Fresnes, ils sont ensuite déportés [4]. Henri Maspero meurt le 17 mars 1945, au camp de Buchenwald, un mois avant la libération du camp par l'armée américaine.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Les Finances de l'Égypte sous les Lagides, Paris, 1905.
  • « Communautés et moines bouddhistes chinois aux IIe et IIIe siècles », Bulletin de l’École Française d'Extrême-Orient (BEFEO), 1910, p. 222-232.
  • « Le Protectorat d'Annam sous les Tang. Essai de géographie historique », BEFEO, 1910.
  • « Contribution à l'étude de la phonétique des langues thaï », BEFEO, 1911, 153-169.
  • « Études sur la phonétique historique de la langue annamite », BEFEO, 1912, 1-126.
  • « Légendes Mythologiques dans le Chou King », Journal asiatique, janvier-mars 1924, 100 p.
  • « La société et la religion des Chinois anciens et celles des Tai modernes » , 1929, Éditions Gallimard - Conférence - édition numérique
  • La Chine antique, Paris, PUF, 1927 (réédition, 1965), 520 p.
  • « Le Régime féodal et la propriété foncière dans la Chine antique », Institut de sociologie Solvay, 1936.
  • « Les Régimes fonciers en Chine », Recueil de la Société Jean Bodin, 1937.
  • « Les Instruments astronomiques des Chinois au temps des Han », Mélanges chinois et bouddhiques, VI, 1938-1939, 183-370.
  • Les Documents chinois de la troisième expédition de Sir Aurel Stein en Asie centrale, Londres, British Museum, 1953, 268 p.
  • Le Taoïsme et les religions chinoises, Paris, 1950 (réédition : Gallimard, 1971, 661 p.).
  • Les Institutions de la Chine, Paris, PUF, 1952 (ouvrage posthume en partie rédigé par Jean Escarra).
  • Histoire et institutions de la Chine ancienne, Paris, PUF, 1967.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice d'Henri Maspero, Acédémie des inscriptions et belles-lettres.
  2. Décret du 30 juin 1935.
  3. Source en ligne qui cite le JORF, no 248 du 24/10/1993
  4. Procès-verbal de l'assemblée des professeurs du Collège de France du 12 septembre 1944, fonds 4 AP, art. 513.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :