Étienne Fourmont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fourmont.

Étienne Fourmont, né à Herblay près d'Argenteuil le 23 juin 1683 et mort à Paris le 8 décembre 1745, est un orientaliste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il possédait presque toutes les langues de l'Europe et de l'Asie. Il fut nommé en 1715 professeur d'arabe au Collège de France, et devint en même temps membre de l'Académie royale des inscriptions et belles-lettres.

Auprès d'Arcade Huang, il est un des premiers Français qui aient fait une étude sérieuse du chinois : il fit connaître dès 1719 les 214 clefs ou caractères élémentaires de l'écriture chinoise, et donna en 1742 la Grammatica Sinica, fruit de vingt ans de travail. La paternité de ces travaux sur la langue chinoise est contestée par les mémoires d'Arcade Huang et les propos de Nicolas Fréret, le premier élève de Huang. Ceux-ci affirment que le travail de dictionnaire, de grammaire et des 214 clefs fut le leur, ensuite copié[1] et puis développé par Étienne Fourmont, qui s'en attribua toute la gloire.

Il avait entrepris un dictionnaire chinois et un grand nombre d'autres ouvrages qui n'ont pas paru. Il eut pour élèves de Joseph de Guignes et Michel-Ange-André Le Roux Deshauterayes. Il fut élu membre de la Royal Society le 9 novembre 1738.

Il avait publié dès 1706 les Racines latines mises en vers français, à l'imitation des Racines grecques de Claude Lancelot.

Son frère est Michel Fourmont (1690-1746).

Publications[modifier | modifier le code]

  • Les 214 clefs de l'écriture chinoise (1719)
  • Grammatica Sinica, première version, inachevée (1728)
  • Meditationes Sinicae (1737)
  • Grammatica Sinica, version définitive (1742)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Danielle Elisseeff, Moi Arcade, interprète du roi-soleil, Arthaud, Paris, 1985. Voir ch. XVII, p. 139-141 : « Mais la mesure fut à son comble lorsque je le surpris em train de recopier et de calligraphier de sa main un abrégé de la grammaire chinoise que nous avions dressé avec M. Fréret et en lequel je reconnaissais bien nos deux écritures. »

Source[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.

Liens externes[modifier | modifier le code]