Jacques Gernet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jacques Gernet, né à Alger le , est un sinologue français.

Carrière[modifier | modifier le code]

Il obtient une licence de lettres classiques à l'université d'Alger en 1942. Ses études sont interrompues par la guerre : il est mobilisé entre 1942 et 1945. Il est ensuite diplômé de chinois à l'École nationale des langues orientales vivantes en 1947 et à l'École pratique des hautes études (EPHE) en 1948. Il a été l'élève de Paul Demiéville. Il devient membre de l'École française d'Extrême-Orient, avant d'être chercheur au CNRS et boursier du Yomiuri Shimbun au Japon.

De 1955 à 1976, il est directeur d'études à l'EPHE, VIe section, puis à l'École des hautes études en sciences sociales. Il est docteur ès lettres en 1956. Il enseigne parallèlement la langue et la civilisation chinoises à la Faculté des lettres de Paris (Sorbonne) en 1957, en tant que maître de conférences, puis accède au titre de professeur en 1959. En 1968, il fonde l'Unité d'enseignement et de recherche des Langues et civilisations de l'Asie orientale (université Paris-VII), qu'il dirige jusqu'en 1973.

Enfin, il entre au Collège de France, titulaire de la chaire d'histoire sociale et intellectuelle de la Chine (1975-1992).

Le 8 juin 1979, il est élu membre ordinaire de l'Académie des inscriptions et belles-lettres. Il est chevalier de la Légion d'honneur, commandeur de l'Ordre des Palmes académiques

Publications[modifier | modifier le code]

  • 1949 : Entretiens du maître de dhyâna Chen-houei du Ho-tsö (668-760), Hanoi, EFEO (PEFEO, 31), [réimpr. 1974].
  • 1956 : Les Aspects économiques du bouddhisme dans la société chinoise du Ve au Xe siècle, Saigon, EFEO (PEFEO, 39), [réimpr. 1977 ; trad. chinoise, 1987 et 1994 ; anglaise, revue et augmentée, 1995].
  • 1959 : La Vie quotidienne en Chine à la veille de l'invasion mongole, Paris, Hachette, [réimpr. 1978, 1990 ; trad. anglaise, 1962 ; rééd. 1977 et années suivantes ; hongroise, 1980 ; chinoise, 1982 ; italienne, 1983 ; japonaise, 1990 ; nouvelle trad. chinoise, 1995].
  • 1970 : Catalogue des manuscrits chinois de la Bibliothèque nationale, fonds Pelliot de Touen-houang, vol. 1, Paris, Bibliothèque nationale. Avec Wu Chi-yü.
  • 1972 : Le Monde chinois, Paris, A. Colin, [réimpr. 1980, 1990 ; rééd. poche en 3 tomes chez Pocket, 2006 ; trad. italienne, 1978 ; allemande, 1979 ; anglaise, 1982, 1982, 1983, 1985 ; roumaine, 1985 ; coréenne, 1985 ; espagnole, 1991 ; trad. chinoises, 1990 et 1995 ; anglaise, revue et augmentée, 1996; trad. hongroise, 2001].
  • 1982 : Chine et christianisme, action et réaction, Paris, Gallimard, [rééd. sous-titrée : La première confrontation, 1991 ; trad. allemande, 1984 ; italienne, 1984 ; anglaise, 1985 ; espagnole, 1989 ; chinoises, 1989 et 1991 ; japonaise, 1996].
  • 1991 : Tang Zhen, Écrits d'un sage encore inconnu, Paris, Gallimard.
  • 1994 : L'Intelligence de la Chine : le social et le mental, Paris, Gallimard.
  • 2005 : La Raison des choses : Essai sur la philosophie de Wang Fuzhi (1619-1692), Paris, Gallimard.
  • 2007 : Société et pensée chinoises aux XVIe et XVIIe siècles (résumés des cours du Collège de France, 1975-1992), Paris, Fayard/Collège de France.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]