Jean-Baptiste Vuillaume

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vuillaume.

Jean-Baptiste Vuillaume, né le à Mirecourt et mort le à Paris, est un luthier français.

J.B.Vuillaume 1860 Atelier Moulin

Il fut non seulement l'un des meilleurs luthiers français du XIXe siècle[1],[2],[3] mais aussi un personnage-clef de la lutherie. « La construction d'un violon ne demande pas seulement un grand savoir-faire artisanal, mais aussi une richesse culturelle et artistique personnelles. » Sa vision était l'éthique et la beauté de l'école de Crémone. Son attention pour le plus petit détail de ses instruments lui ouvrit les voies d'une carrière exceptionnelle. C'est son père qui lui a appris les bases de la lutherie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Claude-François Vuillaume et d’Anne Leclerc,marchand luthier, messager de Mirecourt à Paris, petit-fils de Nicolas-François dit Claude-François Vuillaume, compagnon luthier puis maître luthier à Mirecourt (Vosges).

Le 12 août 1818[4], il se rendit à Paris et travailla pour François Chanot et, en 1821, dans le magasin de Joseph Dominique Lette. En 1824, ils ouvrirent dans la rue Croix-des-Petits-Champs un atelier commun au nom de « Lette et Vuillaume ».

En 1827, il reçut sa première médaille d'argent à l'exposition mondiale de Paris et l'année suivante, en 1828, il s'installa à son compte dans la rue des Petits-Champs, no 46.

Vuillaume construisait des violons, altos, violoncelles, contrebasses et des archets, ces instruments étaient des copies des grands maîtres de Crémone. Ses instruments étaient — et sont toujours — excellents, mais l'air du temps était alors (déjà) aux instruments anciens de maîtres italiens, et il en fut réduit, souvent, à copier.

Pour trouver des tables ou des meubles anciens d'où il extrayait des bois idéaux, il entreprit plusieurs voyages en Suisse dans des petits villages montagnards. Toute sa vie il voulut se prouver que son niveau de connaissance et son renom étaient justifiés. Ainsi, durant sa carrière il participa souvent à des concours de son et remporta bon nombre de médailles d'or. Au fil du temps, Vuillaume devint un personnage central de la vie musicale parisienne.

Ses contacts avec Hector Berlioz, les solistes Niccolò Paganini, Henri Vieuxtemps, Jean Alard, Pablo de Sarasate, le violoncelliste belge Adrien-François Servais, le violoniste norvégien Ole Bull, ainsi que le chirurgien, physicien et chercheur en acoustique Félix Savart eurent une grande influence sur son travail. Vuillaume mit au point l'octobasse et un contre-alto, pour des œuvres de Berlioz. Il entretenait une véritable fascination pour les instruments des luthiers de Crémone, dont sa boulimie d'instruments en fit le très grand spécialiste : les plus illustres violons, Stradivarius (Soil, Messie, Betts, La Pucelle, Alard, Dauphin, Chant du Cygne) ou Garnerius Del Gesù (Stern, Sarasate) et de célèbres violoncelles (dont le Stradivarius Servais) sont passés par son atelier.

Il eut Karl Rudolf Koenig pour élève.

Il épouse Adèle Guesnet vers 1826. Ils ont deux filles jumelles nées le 30 juin 1827 :

  • Marie-Claire, (1827-xxxx), épouse Eugène Mestayer, agent de change, de cette union une fille, Louise Mestayer, (1851-1926)
  • Jeanne-Émilie, (1827-1889), épouse Jean-Delphin Alard, de cette union, deux filles :
  1. Jeanne-Marie-Delphine Alard, (1850-1945), elle épouse l’artiste peintre Louis-Félix Guesnet le 8 avril 1872 à Paris 8e.
  2. Victorine-Adèle Alard, (1853-1942), elle épouse Antoine-Henri Croué, fabricant de soieries, le 10 avril 1877 à Paris 8e.

Il est inhumé dans une chapelle de la 1ère division, avenue des polonais, cimetière de Montmartre, avec son épouse, Marie-Adèle Guesnet, (1806-1865), son gendre Jean-Delphin Alard, (1815-1888)

Quelques instrumentistes qui possèdent ou possédaient des Vuillaume[modifier | modifier le code]

Portrait de Jean-Baptiste Vuillaume par Vivaldo Martini exposé au Musée de la lutherie et de l'archèterie française de Mirecourt.
Sépulture du luthier Jean-Baptiste VUILLAUME et du violoniste Delphin ALARD, cimetière de Montmartre, 1ère division

Lycée Jean-Baptiste Vuillaume[modifier | modifier le code]

Le lycée Jean-Baptiste Vuillaume[5] de Mirecourt[6], sa ville natale, est un des seuls établissements proposant une formation de lutherie en France.

L'Instrument[modifier | modifier le code]

Jean Baptiste Vuillaume violon, copie de "Le Messie" Stradivarius Paris 1860

Vue des photos close up:

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roger Millant, J. B. Vuillaume : sa vie et son œuvre, Londres, W.E. Hill & Sons,‎ 1972, 207 p. (OCLC 869152983), p. 13-68 (fr)
  • Rémy Campos et Marianne de Mazières, Violins, Vuillaume : 1798-1875, a great French violin maker of the 19th century : Paris, cité de la musique/musée de la musique, 23 octobre 1998-31 janvier 1999 (catalogue d'exposition), Paris, Cité de la musique,‎ 1998, 277 p. (ISBN 2906460826, OCLC 754090627)
  • Sylvette Milliot, Histoire de la lutherie parisienne du XVIIIe siècle à 1960 : Jean-Baptiste Vuillaume et sa famille: Nicolas, Nicolas-François et Sébastien Vuillaume, vol. 2, t. 3, Spa, Les Amis de la musique,‎ 2006, 568 p. (ISBN 2930130156, OCLC 718273662)[7]
  • [SN], Les Trésors de la Lutherie Française du XIXe siècle, Paris, Probomado,‎ ca. 1992, 84 p. (OCLC 39209131)
  • (de+fr+en) Jost Thöne et Stefan-Peter Greiner, Ein Bildband zum 200. Geburtstag von Jean-Baptiste Vuillaume, Bocholt,‎ 1998, 52 p. (ISBN 3000020888, OCLC 272524358)
  • Jean-Baptiste Vuillaume - Violins and Violinists Series of Violin Makers publié par William Lewis and Son

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche de deux instruments Vuillaume », sur banqueinstruments.conseildesarts.ca (consulté le 16 février 2015)
  2. « Biographie de Jean-Baptiste Vuillaume », sur www.vuillaumetrio.com (consulté le 16 février 2015)
  3. « Présentation du luthier Jean-Baptiste Vuillaume », sur palomavaleva.com (consulté le 16 février 2015)
  4. FRAD88 Edpt309/2J3, registre de délivrance des passeports à l'intérieur. (Archives départementales des Vosges)
  5. Académie nancy-metz.fr
  6. www.luthiers-de-france.fr
  7. Site de l'éditeur www.amismusique.be