Antonio Stradivari

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Antonio Stradivari

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Antonio Stradivari

Alias
Stradivarius
Naissance 1644
Crémona, Italie
Décès 18 décembre 1737 (à 93 ans)
Crémona, Italie
Nationalité Italien
Pays de résidence Flag of the Duchy of Milan (1450).svg Duché de Milan
Profession Luthier
Formation
Élève de Niccolò Amati

Antonio Giacomo Stradivari, dit « Stradivarius » (né en 1644 à Cremona, Italie, et mort le 18 décembre 1737 dans sa ville natale, à l'âge de 93 ans), est un luthier italien, fabricant de violons (600), de violoncelles (50), d'altos (12) et de guitares (3)[1], le plus important de sa profession. La forme latine de son nom, « stradivarius »[2] est par antonomase souvent utilisée pour se référer à ses instruments et par métaphore désigne l'excellence dans une matière.

Biographie[modifier | modifier le code]

Antonio Stradivari naît d'Alessandro Stradivari et d'Anna Moroni. Il aurait été élève de Niccolò Amati[3] de 1666 à 1679 et, selon d'autres sources[Lesquelles ?], plus rares, élève de Jean-Baptiste Ruggeri.

À ce jour le doute subsiste, car aucun document irréfutable, confirmant l'une ou l'autre de ces sources, n'a été jusqu'à présent retrouvé par les historiens. Quoi qu'il en soit, l'étiquette du violon de 1667 l'Ashby Strad, porte la mention « alumnus Amati ». La famille Amati, dont l'un des ancêtres, Andrea Amati (v. 1505/1510-1577), inventa le violon à partir de la viole, vers 1560, fut une grande famille de luthiers. Niccolò Amati eut aussi pour élève Andrea Guarneri, dont le nom évoque une autre dynastie de luthiers prestigieux. Son premier violon date de 1666, portant l'étiquette comme signature « Antonius Stradivarius Cremonensis. Faciebat Anno 1666 »[3].

Au milieu des années 1670, il est à son compte, avec une riche clientèle ; il fournit également les cours d'Europe et devient célèbre[3].

À la mort de Stradivari, deux de ses fils - il eut 11 enfants de deux épouses -, Francesco (1671-1743) et Omobono (1679-1742) tous deux restés à Crémone, continuèrent l'entreprise de leur père, mais furent éclipsés par son art car bien que fort méritants, ils ne purent jamais égaler son génie[4].

Lutherie[modifier | modifier le code]

Antonio Stradivari a été l'un des plus fameux luthiers de l'histoire. Il semble que la réussite de son œuvre soit le choix et le souci de perfection d'une multitude de détails[5]. Les spécialistes[Qui ?] s'accordent à définir trois périodes dans sa production :

  • De 1680 à 1700, en analysant les instruments de la « première période », on note que le travail est très proche de la forme des violons fabriqués par Niccolo Amati tant dans le dessin des ouïes, des volutes, du travail des voûtes, des gorges et des filets, que des instruments de Jean-Baptiste Ruggeri ou encore Giovani Paolo Maggini. Ce sont de petits modèles dits stradivarius amatisés sauf quelques exceptions comme le hallier, orné en 1679.
  • Dans une « seconde période », de 1700 et 1710, où son époque est marquée par une évolution des besoins en lutherie pour des salles de concert de plus en plus vastes, nécessitant des instruments d'une puissante sonorité - ce qui n'était pas l'apanage des violons assemblés par Amati -, Stradivari sut améliorer la qualité de sa production en ce sens, notamment en allongeant le corps de l'instrument et en abaissant les voûtes. Poussant l'expérience assez loin, il crée les longuets - le gain en longueur étant d'environ 5 mm - dans les dernières années du XVIIe siècle.
  • Enfin, avec les instruments de la « troisième période », qu'il produisit dès 1709, il revient à un modèle plus classique notamment dans les proportions du coffre, et dès les années 1725 - 1727, ils sont considérés comme étant les meilleurs de sa production. Cette période est d'ailleurs qualifiée par les experts d'« âge d'or » qui voit la réalisation de violons d'anthologie: le Viotti en 1709, le Vieuxtemps en 1710, le Dauphin et le Soil en 1714, l'Alard en 1715, et le Messie en 1716. Ainsi que les violoncelles le Duport en 1711, Batta en 1714 et Piatti en 1720.

Les sept dernières années sont celles de la vieillesse où il se charge de diriger son atelier avec ses deux fils et son dernier élève, Carlo Bergonsi (1686-1747). Ces violons portent l'étiquette « Sotto la disciplina di Antonio Stradivari », en mentionnant parfois son âge : de anni 89, 91, etc.[1]

Du millier d'instruments fabriqués par Stradivari, près de 700 nous sont parvenus, dont certains dans un état exceptionnel de conservation avec leur montage d'origine.

Article détaillé : Instruments de Stradivarius.

Famille[modifier | modifier le code]

La lutherie à Crémone

Attention!: Niccolò Amati est mort en 1684 et non en 1630.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Marc Vignal, Dictionnaire de la musique, Larousse, 1987.
  2. Parfois raccourci en « strad ».
  3. a, b et c Anna Rousseau, « Stradivarius, le pur son d'une âme pure », Challenges, no 340,‎ 11 avril 2013, p. 78 à 80 (ISSN 0751-4417)
  4. F. Sacconi, I Segretti di Stradivari, Cremone 1972.
  5. (en) W.H. Hill, Antonio Stradivarius, His Life and Work, Londres, 1902.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Pierre commémorative de Stradivarius sur la Piazza Roma à Cremona.
  • François-Joseph Fétis, Antoine Stradivari, luthier célèbre connu sous le nom de Stradivarius, Paris Vuillaume, 1856
  • Nikolaĭ Borisovich, Luthomonographie, historique et raisonnée, Wolf & fils, Munic (sic), 1856
  • Ernest N. Doring, How Many Strads?, William Lewis & Son, Chicago, 1945
  • Rene Vannes, Dictionnaire universel des luthiers (vol. 3), Bruxelles : Les Amis de la musique, 1985 (1951), OCLC 53749830
  • (en) William Henley, Universal Dictionary of Violin & Bow Makers, Brighton, England: Amati, 1969 (ISBN 0-901424-00-5)
  • Roger Millant, J.B. Vuillaume : Sa Vie et son Œuvre, 1972 London: W.E. Hill. OCLC 865746
  • (en) Herbert K. Goodkind, Violin Iconography of Antonio Stradivari 1644–1737, Larchmont (New York), 1972
  • Frantz Baetz, Le Stradivarius, Les Presses universelles, 1976, 212 p.
  • (en) Stewart Pollens, The Violin Forms of Antonio Stradivari, Biddulph, 1992 (ISBN 0-9520109-0-9)
  • (de) Walter Hamma, Meister Italienischer Geigenbaukunst, Wilhelmshaven 1993 (ISBN 3-7959-0537-0)
  • Henri Pigaillem, Stradivarius, Zurfluh, 2000, rééd. : Minerve, 2012, 224 p. (ISBN 978-2869311305)
  • (en) John Beamen, The Violin Explained : Components, Mechanism, and Sound, Oxford University Press, 2000
  • (en) Toby Faber, Stradivarius : Five Violins, One Cello, and Three Centuries of Enduring Perfection, Random House Trade Paperbacks, 2006, 265 p.
  • (en) John Marchese, The Violin Maker : A Search for the Secrets of Craftsmanship, Sound, and Stradivari. Harper Perennial, 2008
  • (en) Geoffrey Norris, Debunking the Stradivarius Myth, The Telegraph. Retrieved 2009-08-08

Biographies romancées[modifier | modifier le code]

  • Jean Diwo, Les Violons du roi ; retrace l'épopée romancée des luthiers de Crémone, dont Antonio Stradivari, à travers l'Italie baroque (ISBN 2-07-038511-6)
  • Jean Diwo, Moi, Milanollo, fils de Stradivarius ; réinvestit l'univers de la musique. Fiction tirée d'une histoire vraie[réf. nécessaire]. Le célèbre violon de Stradivari de 1728 raconte son histoire à travers les époques.
  • Frédéric Chaudière, Tribulations d'un stradivarius en Amérique, Actes Sud, 2005, (ISBN 2-7427-5342-7) : L'histoire d'un stradivarius depuis l'abattage de l'arbre. Roman historique très documenté.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]