Polyptyque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Polyptyque (homonymie).
Polyptyque L'Agneau articulé à panneaux surmontés de pinacles

Un polyptyque est un ensemble de panneaux peints (voir sculptés), articulé ou non, exposant en peinture chrétienne plusieurs épisodes d'une même histoire sacrée.

Ensemble de panneaux peints[modifier | modifier le code]

Un polyptyque est un ensemble de panneaux peints ou sculptés, liés entre eux, comprenant souvent des volets pouvant se replier sur une partie centrale.

On parle précisément de diptyque et de triptyque pour ceux comportant 2 ou 3 panneaux et de polyptyque (en général) et pour ceux comportant plus de panneaux (certains étant peints recto-verso).

Les termes tétraptique, pentaptyque, hexaptyque, heptaptyque et octoptyque, respectivement 4, 5, 6, 7 et 8 panneaux, sont peu usités bien que plus précis.

Moyen Âge et Renaissance[modifier | modifier le code]

De très nombreux polyptyques furent peints pendant le Moyen Âge et la Renaissance, pour servir de retables dans les églises. Certains sont de grands chefs-d'œuvre :

Terminologie[modifier | modifier le code]

Prédelle d'un polyptyque de Carlo Crivelli
Prédelle du polyptyque Colonna de Raphaël

Les panneaux principaux, centraux et latéraux, supérieurs et inférieurs s'accompagnent souvent d'une prédelle, un ensemble de petits tableaux rassemblés dans une composition horizontale dans le bas du polyptyque. Cette prédelle est l'occasion de compléter le sujet principal par un cycle de scènes annexes (scènes de la Vie du Christ, de la Vie de la Vierge, etc.).

Comme pour le mobilier, qui se définit et s'ouvrage à la Renaissance, les nombreux termes des détails des décorations sculptées sont issus de la terminologie de l'architecture, car issus des mêmes talents des artistes-sculpteurs qui étaient souvent également employés comme architectes :

  • la caisse ou huche, le panneau principal de l'ensemble,
  • les pilastres qui séparent les différents panneaux,
  • le gâble, pour le fronton triangulaire du dessus,
  • le clocheton, pour les pointes effilées surmontant les pinacles
  • le pinacle, pour la terminaison supérieure en pointe des panneaux du registre supérieur
  • le registre pour les panneaux d'un même niveau horizontal,
  • le couronnement, pour le registre supérieur,
  • le contrefort, pour le bois latéral tenant le retable à l'autel.

Certains termes sont issus directement de la langue italienne :

  • Pala, pour le retable d'un seul tenant
  • Dextre, pour la partie droite,
  • Senestre, pour la partie gauche,
  • Dossale, pour un retable crénelé en haut,
  • Disdascalia, pour les textes inscrits dans le tableau.

ou de la langue espagnole :

Ces ensembles, composés de multiples panneaux, ont souvent été démembrés (smembrato), et dispersés entre plusieurs propriétaires. Le rassemblement des pièces dispersées, acquises par de nombreux et différents musées, pose problème pour leur reconstitution.

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

De grands artistes contemporains comme Pierre Soulage (en 1985) et Francis Bacon ont usé de ce procédé à grande connotation mystique dans plusieurs de leurs compositions picturales.

Acception du terme en audiovisuel[modifier | modifier le code]

Par analogie, on parle parfois de polyptyque pour désigner la technique de l'écran divisé, dans les productions audiovisuelles.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]