Henri II de Souabe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sceau d'Henri II de Souabe

Henri II de Souabe (né en 1211- mort à Martirano en ), fut roi de Germanie sous le nom de Henri VII, co-roi de Sicile, et duc de Souabe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père était Frédéric II du Saint-Empire, et sa mère Constance, infante d'Aragon (1179-1222), fille du roi Alphonse II d'Aragon. Couronné co-roi de Sicile dès par le pape Innocent III, il est duc de Souabe à partir de 1216. Il devient en 1219 « Recteur de Bourgogne » après l'extinction de la maison de Zähringen. Il est enfin élu roi de Germanie en lors de la diète de Francfort, sous le nom de « Henri VII », puis couronné le 8 mais 1222 à Aachen, durant le règne de son père.

Dès 1219 il est fiancé à Agnès de Bohême une fille du roi Ottokar Ier de Bohême mais il doit abandonner ce projet d'union pour épouser sur ordre de son père le 29 novembre 1225 à Nuremberg Marguerite d'Autriche fille de Léopold VI d'Autriche qui est son ainé de sept ans. Elle est couronné le 23 mars 1227, reine de Germanie à Aachen. Leur union donne naissance à deux fils Henri et Frédéric qui meurent jeunes. Avant d'engager la sixième croisade son père le désigne dans son testament de comme héritier des deux couronnes de Sicile et d'Allemagne. Cette même année il commence son règne personnel en Allemagne qui est marqué par le Statutum in favorem principum promulgué à Worms en .

Alors que les villes Lombardes reconstituent leur ligue en 1231; Henri et son père ont une entrevue à Aquilée au début 1232. Le jeune prince retourne ensuite en Allemagne où il mène de plus en plus une politique personnelle notamment envers les villes libres malmenées par son père. En 1231 il veut rompre son union avec Marguerite dont la dot n'a jamais été versée, et épouser son ancienne fiancée Agnès de Bohême dont il aurait été sincèrement épris[1]. Frédéric II qui veut maintenir de bonnes relations avec le duc Frédéric II le Batailleur frère de Marguerite s'y oppose. Le projet de mariage échoue mais Marguerite est de facto répudiée et elle se retire dans un couvent de Trèves.

Henri sollicité par un parti de nobles allemands entre en révolte ouverte contre son père notamment en concluant une alliance formelle avec les Lombards en . Frédéric II obtient l'appui du pape Grégoire IX qui lance un appel aux allemands le 13 mars 1235 les invitant à abandonner le rebelle. Frédéric II vient en personne en Allemagne en . La faction « Henricienne » s'effondre le jeune prince doit se soumettre sans conditions à Worms il est déshérité et exilé d'abord à Rocca San Felice en Campanie puis en Calabre. il serait mort d'une chute de cheval en près de Martirano. Selon une tradition il s'agirait d'un suicide [2]

Ascendance[modifier | modifier le code]

Lien interne[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. comme semblent en témoigner les Minnesänger de cette époque attribués à un certain « Kaiser Heinrich » qui évoque un tendre amour impossible Cf. Francis Dvornik Les Salves... p. 321 note no 17
  2. Joseph Calmette Le Reich allemand au Moyen Âge p. 280 note no 2.

Liens externes[modifier | modifier le code]