Granulocyte éosinophile

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Granulocyte éosinophile au microscope

Les granulocytes éosinophiles ou polynucléaires éosinophiles (ou plus simplement « éosinophiles ») sont des cellules sanguines de la lignée blanche (ou leucocytes), ayant donc un rôle dans le système immunitaire. On les appelle polynucléaires en raison d'une erreur historique  : du fait du caractère lobé de leur noyau (deux lobes en général), on a longtemps cru que ces cellules possédaient plusieurs noyaux. Le qualificatif d'« éosinophile » vient aussi d'une caractéristique visible en microscopie optique  : après ajout des colorants vitaux usuels, ces cellules se colorent en rouge (leurs inclusions cytoplasmiques fixent l'éosine, ils sont acidophiles). Les autres granulocytes sont les granulocytes neutrophiles et basophiles.

Leur rôle essentiel est de s'attaquer aux parasites de l'organisme, sans les phagocyter : ils se fixent dessus, déversent leurs granules qui contiennent des enzymes destinées à les détruire.

Les vacuoles contenues dans leur cytoplasme contiennent des substances toxiques (histamine entre autres) pour les parasites (mais aussi contre l'organisme hôte). Ils jouent aussi un rôle (mineur) dans l'allergie, et dans l'inflammation.

Une augmentation de la population d'éosinophiles est appelée « éosinophilie », que l'on rencontre classiquement chez les individus atteints de maladie parasitaire. D'autres causes sont possibles :

Polynucléaires éosinophiles, cellules inflammatoires[modifier | modifier le code]

Les polynucléaires éosinophiles sont des cellules clés de l'inflammation allergique. En effet, ils possèdent dans leur granules de l'histaminase, une enzyme qui agit sur l'histamine et la neutralise. De plus, les polynucléaires éosinophiles ont la capacité de phagocyter les complexes Antigène-IgE, responsables de la libération de l'histamine par les polynucléaires basophiles et les mastocytes par fixation sur des récepteurs à immunoglobuline E. Ils représentent de 2,5 à 5 % des leucocytes circulants (350 éléments par mm3 environ) impliqués dans la défense antiparasitaire, Ils sont également impliqués dans l'inflammation allergique. Leur répartition est surtout tissulaire car la fraction que l'on voit circuler ne représente que 1 % du nombre total qui est en transit pendant 3 à 8 heures au sortir de la moelle avant de trouver à se déposer dans les tissus (intestin, poumon, peau, utérus) où ils vivront une dizaine de jours...

Leur taille varie de 12 à 14µm. Ils présentent un noyau bilobé ainsi que de nombreuses granules qui se colorent avec de l'éosine (d'où leur nom).

À l'instar des mastocytes et basophiles, l'éosinophile s'est vu fort bien nanti par la nature puisqu'il dispose de tout un arsenal en vue de détruire les parasites qu'il pourrait rencontrer.

On y distingue les substances granulaires et les substances membranaires.

Granulaires Propriétés MBP (protéine basique majeure)[modifier | modifier le code]

Protéine cytotoxique (épithélium, parasites, cellules tumorales), histaminolibératrice EPO (peroxydase éosinophilique) Cytotoxique en présence d'H2O2 et d'ions halogènes (cellules pulmonaires), histaminolibératrice ECP (protéine cationique éosinophilique) Cytotoxique (parasites, système nerveux, cœur), histaminolibératrice, inhibiteur de la prolifération lymphocytaire EDN/EDX (neurotoxine) Cytotoxique (système nerveux, parasites), inhibition de la prolifération lymphocytaire T.

La protéine basique représente 50 % des protéines et est responsable de l'éosinophilie. Elle adhère aux groupements acides des membranes cellulaires et peut tuer des cellules et certains parasites. Elle entraîne la dégranulation des basophiles et des mastocytes et active les plaquettes.

Membranaires Propriétés CLC (cristaux de charcot Leyden)[modifier | modifier le code]

Lysophospholipase qui forme des cristaux hexagonaux caractéristiques au microscope Enzymes Collagénase, catalase, arylsulfatase, histaminase, phospholipase D.

Ces substances semblent avoir un rôle d'amplification de la réaction allergique avec histaminolibération auprès des mastocytes et basophiles, hyper-réactivité bronchique dans l'asthme, etc... La persistance d'une inflammation à éosinophiles au sein de la lésion d'allergie est donc le gage dune peau ou d'une muqueuse lésée qui pérennise l'inflammation allergique et de nouvelles sensibilisations. Dans l'asthme certains marqueurs biologiques récents sont parfois utilisés pour le suivi de cette inflammation comme l'ECP ou encore le NO expiré.