Lymphocyte NKT

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Schéma d'un NKT au microscope

Les lymphocytes NKT (acronyme de l'anglais natural killer T, qui signifie « tueur naturel T ») sont un groupe hétérogène de lymphocytes T. Ils possèdent des marqueurs de lymphocytes T et de lymphocytes NK. La plupart de ces cellules reconnaissent la molécule non-polymorphique CD1d, une molécule analogue aux protéines du complexe majeur d’histocompatibilité de classe un, qui est une molécule présentatrice des antigènes lipidiques et glycolipidiques. Les NKT constituent 0,2 % environ des lymphocytes T du sang périphérique.

Nomenclature[modifier | modifier le code]

Le terme NKT fut utilisé en premier lieu chez la souris, où il qualifia une sous-population de cellules T qui exprimaient le marqueur NK 1.1 (CD161) associé aux cellules NK. On admet généralement maintenant que l’acronyme NKT fait référence aux lymphocytes T restreints à la reconnaissance du CD1d, présents chez l’Humain et la souris, co-exprimant un TCR semi-invariant et hautement biaisé et des marqueurs de cellules NK.

Les cellules T natural killer ne doivent donc pas être confondues avec les cellules NK.

Caractérisation moléculaire[modifier | modifier le code]

Les NKT expriment un TCR alpha/beta et le CD3, mais également des marqueurs moléculaires typiquement associes aux cellules NK, comme NK1.1 (chez la souris). Ils se différencient des cellules T αβ en ce que leur TCR possède une diversité très réduite, et ne reconnaît pas des complexes CMH/peptides, mais des lipides et glycolipides présente par la molécule CD1d, un membre de la famille de molécules présentatrices d’antigènes CD1. Les NKT contiennent des cellules NK1.1+ et NK1.1-, de même que des cellules CD4+, CD4-, CD8+ et CD8-. Les NKT partagent également des caractéristiques de cellules NK, comme les marqueurs CD16 et CD56 (chez l’homme), et la production de granzyme.

Classification[modifier | modifier le code]

Il a été proposé une classification des NKT en trois groupes[1]

Type 1 NKT Type 2 NKT NKT-Like
Autres noms NKT classiques
invariant NKT (iNKT)
Vα14i NKT (souris)
Vα24i NKT (humain)
non-classiques NKT
divers NKT
Cellules T NK1.1+
Cellules T CD3+
Cellules T CD56+
Restriction CD1d CD1d MHC, autres?
Réactivité
α-GalCer
+ - -
Répertoire TCR Vα14-Jα18:
Vβ8.2, 7, 2 (souris)
Vα24-Jα18:
Vβ11 (humain)
divers divers

Cellules iNKT[modifier | modifier le code]

La sous-population de NKT restreints au CD1d la mieux connue exprime une chaîne alpha du récepteur des cellules T (TCR) invariante. On les appelle NKT de type 1 ou NKT invariants (iNKT). Ces cellules sont conservées chez les humains et les souris et sont impliquées dans de nombreux processus immunologiques.

Fonctions[modifier | modifier le code]

Lors de leur activation, les NKT sont capables de produire de grandes quantités d’interféron-gamma, d'interleukine 4, et de granulocyte and macrophage colony-stimulating factor (GM-CSF), ainsi que de nombreuses cytokines et chimiokines (comme l'interleukine 2 et le facteur de nécrose tumorale (TNF).

Importance[modifier | modifier le code]

Les NKT semblent remplir un rôle essentiel dans l’immunité car leurs dysfonctions ou déficiences conduit au développement de maladies auto-immunes (comme le diabète), inflammatoire (athérosclérose) ou le cancer. Récemment, les NKT ont été impliques dans la progression de la maladie asthmatique.

Leur potentiel en clinique repose le relargage rapide des cytokines sus-citées (TNF, interleukine 2 et IL-4) qui promeuvent ou suppriment différents types de réponses immunitaires, ce qui a valu aux NKT le surnom d'arme à double tranchant du système immunitaire.

Confusion[modifier | modifier le code]

Attention, il ne faut pas confondre lymphocyte NKT et cellule ou lymphocyte NK, qui est une cellule de l'immunité innée capable de lyser les cellules anormales.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Godfrey, 2004.