Ganglion lymphatique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir ganglion et nœud.

Ganglion lymphatique

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Schéma anatomique d'un ganglion lymphatique

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Préparation histologique d'un ganglion lymphatique montrant (1) capsule, (2) sinus sous capsulaire (3) centre germinal (4) nodule lymphoide (5) trabeculae.

Données
Latin nodus lymphaticus

Les ganglions lymphatiques (dits « lymphonœuds » ou encore « nœuds lymphatiques » dans la nomenclature internationale, traduction du latin nodi lymphatici) sont le lieu de prolifération et de différenciation des cellules immunitaires.
Le premier rôle des vaisseaux lymphatiques est d’amener un antigène (dans la grande majorité des cas issu d’un pathogène) du tissu jusqu’aux ganglions, afin d’activer la réponse immunitaire spécifique des lymphocytes T et B.
Les ganglions lymphatiques sont réniformes, et leur taille varie en fonction de leur localisation.
On en dénombre chez l'Homme environ 800 ; pour une masse totale de 500 à 800 g.

Fonctions[modifier | modifier le code]

Les ganglions lymphatiques ont pour fonction la production des acteurs du système immunitaire : production d’anticorps, de cellules effectrices (douées de phagocytose) et de cellules mémoires.

Localisation des ganglions lymphatiques[modifier | modifier le code]

Zones ganglions principaux.png
Coupe d’un ganglion lymphatique

Ils sont situés le long du réseau lymphatique, regroupés en certains points « stratégiques » :

  • les réseaux profonds : au niveau de l’abdomen, du thorax, du cou, etc. ;
  • les réseaux superficiels : aux niveaux inguinal, axillaire, occipital, cervical, etc.

Les ganglions font partie du tissu lymphoïde ; tissu important, structuré en réseau complexe et d'apparence morcelé en ce qui concerne les ganglions.

Description[modifier | modifier le code]

Chacun des ganglions mesure normalement moins d’un centimètre chez l’homme, sauf en cas d’adénopathie. Les ganglions ont une structure plus ou moins globuleuse, et ils se décomposent en plusieurs zones (de la périphérie vers le centre) :

  • le sinus capsulaire, qui permet l’arrivée des antigènes par les vaisseaux lymphatiques et sanguins afférents ;
  • le cortex du ganglion, lieu de prolifération et de différenciation des lymphocytes B (qui y sont regroupées en amas nommés follicules, responsables du grossissement des ganglions en cas de stimulation antigénique) ;
  • le paracortex, qui abrite les lymphocytes T et les cellules dendritiques ;
  • le hile, au niveau duquel il y a autant de lymphocytes B que de lymphocytes T, et par lequel sort le vaisseau lymphatique efférent.

Globalement, un ganglion lymphatique se divise en trois compartiments fonctionnels :

  • un compartiment sinusal (ce sont les espaces de circulation propre à la lymphe) ;
  • un compartiment sanguin (qui permet de déplacer rapidement un maximum de cellules lymphoïdes de ganglion à ganglion ou de ganglion vers les tissus) ;
  • un compartiment parenchymateux (constitué de l’ensemble des cellules lymphoïdes).

Pathologies[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Adénopathie.

Les ganglions lymphatiques peuvent être :

  • le centre d'hébergement du trypanosome lorsque l'on est infecté. Le trypanosome (maladie du sommeil, trypanosomiase, parasitose à trypanosome) va rester un certain temps dans celui-ci, avant d’attaquer le cerveau ;
  • le siège de métastases de certains cancers.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Adair TH, Moffatt DS, Paulsen AW, and Guyton AC. Quantitation of changes in lymph protein concentration during lymph node transit. Am J Physiol 243: H351: H359, 1982
  • (en) Adair TH and Guyton AC. Modification of lymph by lymph nodes. II. Effect of increased lymph node venous blood pressure. Am J Physiol 245: H616-H622, 1983 (Résumé, en anglais)
  • (en) Adair TH and Guyton AC. Modification of lymph by lymph nodes. III. Effect of increased lymph hydrostatic pressure. Am J Physiol 249: H777-H782, 1985. (Résumé, en anglais)
  • (en) Angeli V, Ginhoux F, Llodra J, Quemeneur L, Frenette PS, Skobe M, Jessberger R, Merad M, and Randolph GJ. B cell-driven lymphangiogenesis in inflamed lymph nodes enhances dendritic cell mobilization. Immunity24: 203–215, 2006. doi: 10.1016/j.immuni.2006.01.003. (Résumé, en anglais)
  • (en) Dadras SS, Lange-Asschenfeldt B, Velasco P, Nguyen L, Vora A, Muzikansky A, Jahnke K, Hauschild A, Hirakawa S, Mihm MC, and Detmar M. Tumor lymphangiogenesis predicts melanoma metastasis to sentinel lymph nodes. Mod Pathol18: 1232–1242, 2005. doi: 10.1038/modpathol.3800410 (Résumé, en anglais)
  • (en) Randolph GJ, Angeli V, and Swartz MA. Dendritic-cell trafficking to lymph nodes through lymphatic vessels. Nat Rev Immunol5: 617–628, 2005. doi: 10.1038/nri1670 (Résumé, en anglais)
  • (en) Tomei AA, Siegert S, Britschgi MR, Luther SA, and Swartz MA. Fluid Flow Regulates Stromal Cell Organization and CCL21 Expression in a Tissue-Engineered Lymph Node Microenvironment. J Immunol183: 4273–4283, 2009. doi: 10.4049/jimmunol.0900835. (Résumé, en anglais)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]