Sarcoïdose

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sarcoïdose
Classification et ressources externes
APSarcoid.PNG
Radiographie du thorax montrant un infiltrat interstitiel.
CIM-10 D86
CIM-9 135
OMIM 181000
DiseasesDB 11797
MedlinePlus 000076
eMedicine med/2063 
MeSH D012507
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

La sarcoïdose ou maladie de Besnier-Boeck-Schaumann (communément dénommée BBS) ou lymphogranulomatose bénigne est une maladie inflammatoire systémique de cause inconnue, qui atteint préférentiellement les poumons, mais peut atteindre n'importe quel autre organe.

Généralement sans gravité, elle guérit spontanément sauf chez 20 % des malades, chez lesquels elle provoque des complications respiratoires menaçantes, ce qui justifie un diagnostic précoce et un suivi régulier.

Il n'existe pas à ce jour de traitement spécifique et les indications pour commencer un traitement sont rares.

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

La sarcoïdose touche des hommes ou femmes de tout âge (généralement entre 30 et 50 ans) et de toute origine ethnique.

Chez les Caucasiens, on note une égale fréquence de survenue chez les hommes et chez les femmes. La population noire (Africains et Antillais) est plus souvent touchée[1] avec une prédominance féminine. Les formes de sarcoïdose dans ces populations sont en outre plus graves[2].

Son incidence varie sur la planète, avec, par exemple, pour l'Europe, un gradient nord-sud (640 pour 100 000 habitants en Suède contre 0,4 pour 100 000 habitants en Espagne)[réf. nécessaire], un gradient sud-nord aux États-Unis (proportion de noirs-américains plus importante au sud). En France, la prévalence est de 10 pour 100 000 habitants.

Dans la plupart des cas, la sarcoïdose affecte l'interstitium pulmonaire et les ganglions médiastinaux.

Causes[modifier | modifier le code]

Elles restent inconnues.

Le risque de contracter la maladie semble augmenter en cas d'exposition à des insecticides ou une vie en milieu agricole[3]. L'exposition à d'autres toxiques pourrait jouer un rôle, avec, par exemple, une augmentation de la fréquence de la maladie chez les pompiers intervenus lors des attentats du World Trade Center[4].

Il existe probablement un facteur génétique : il existe des formes familiales[5], chez des jumeaux[6] et un risque multiplié par cinq si un membre proche de la famille est atteint[7]. Une mutation sur le gène BTNL2[8] codant pour une immunoglobuline, ou sur le ANXA11[9] pourrait intervenir dans le développement de la maladie. La gravité de la maladie semble dépendre de certains groupes HLA, ceux porteurs du HLA-DRB1*03 ayant des formes avec guérison spontanée et ceux du HLA-DRB1*14 ouHLA-DRB1*15, des formes plus chroniques[10].

La présence d'anticorps ciblant les bactéries du genre Borrelia est souvent retrouvée[11]. De rares cas de sarcoïdoses ont été reliées au fait d'avoir subi un tatouage, sans que le mécanisme ou un lien direct de cause à effet ait pu être expliqué[12],[13], jusqu'à 30 ans plus tard et y compris pour des tatouages cosmétiques[14], la maladie pouvant présenter une forme localisée ou systémique[15].

Le tabagisme pourrait être protecteur[3].

Physiopathologie[modifier | modifier le code]

Le mécanisme de la survenue de la maladie reste flou. L'une des hypothèses fait intervenir une immunité à médiation cellulaire contre un antigène, pour l'instant inconnu, sur un terrain génétique prédisposé[16]. L'un des possibles antigènes serait une mycobactérie, de l'ADN mycobactérien étant fréquemment associé aux cas de sarcoïdoses[17],[18] et une catalase-peroxydase mycobactérienne étant identifiée dans la moitié des cas[19].

Les mécanismes immunologiques responsables de la sarcoïdose sont connus. La chronologie de l’inflammation sarcoïdosique a été particulièrement bien étudiée au niveau du poumon. Elle se caractérise par des désordres immunologiques, qui expliquent ses répercussions sur l’organisme. On distingue trois phases différentes qui se succèdent : l’alvéolite lymphocytaire et macrophagique, la phase granulomateuse, et finalement la fibrose (facultative).

L’alvéolite lymphocytaire et macrophagique[modifier | modifier le code]

Le système immunitaire produit une réponse très forte à un antigène inconnu, ce qui entraîne :

  • une accumulation de lymphocytes CD8+ activés qui se concentrent dans les alvéoles du poumon (provoquant une alvéolite). Ces lymphocytes sécrètent des molécules pro-inflammatoires (l’interleukine 2 et un facteur chimiotactique des monocytes MCP-1. Ce sont des médiateurs de l'inflammation : Il-2 par exemple) ;
  • ils entraînent aussi une activation des lymphocytes B, qui sécrètent en réponse des anticorps (les gammaglobulines) ;
  • des macrophages activés sont attirés par l'activation des lymphocytes CD4.

La phase granulomateuse[modifier | modifier le code]

  • les macrophages activés s'accumulent aussi dans le poumon. Ils secrètent notamment l'enzyme de conversion de l'angiotensine et forment des granulomes tuberculoïdes ;
  • une anergie tuberculinique est fréquente (absence de réaction du corps au test de la tuberculose malgré une vaccination par le BCG), liée à une lymphopénie (baisse du nombre de lymphocytes « normaux », mais il n'y a pas d'immunodépression).

La fibrose[modifier | modifier le code]

À terme, les granulomes entraînent une fibrose pulmonaire, principale complication pulmonaire de la sarcoïdose.

Signes cliniques[modifier | modifier le code]

L' atteinte des poumons est quasi constante : il y a 90 % de risque que les poumons soient atteints. Cependant les symptômes tels que des douleurs à la poitrine, essoufflements ou une toux sèche ne se manifestent que chez 33 % des personnes concernées.

Chez 33 % des personnes atteintes on observe une inflammation des ganglions.

La peau est atteinte dans un tiers des cas[16], avec apparition de petites boules de couleur rouge, très douloureuses (érythème noueux), avec — éventuellement — des taches ou plaques d'aspect peu spécifique. La reconnaissance des lésions cutanées est importante car la biopsie de ces dernières est facile et amène le diagnostic.

L’œil est touché dans 10 à 25 % des cas, avec rougeur, vision floue, démangeaisons. Ces signes correspondent à une uvéite granulomateuse, typiquement antérieure et chronique. L'examen à la lampe à fente montre des précipités rétro-descemétiques, des adhérences (synéchies), des nodules de l'iris[20]. Une conjonctivite, une uvéite intermédiaire ou postérieure très exsudative avec présence de granulome au fond d’œil peuvent y être associées.

Les douleurs articulaires sont fréquentes. Elles sont dues à des arthrites (inflammation des articulations). Une augmentation du taux de calcium sanguin (hypercalcémie) n’est présente que dans 5 % des cas. Cela peut entraîner une fatigue importante et des nausées.

L’atteinte du cœur se voit dans 4 cas sur 10[21]. Elle peut être silencieuse ou se manifester par des malaises, des signes d'insuffisance cardiaque. L'échocardiographie et l'IRM cardiaque peuvent montrer des anomalies non spécifiques.

L’atteinte du foie représente 20 % des cas. Cependant il n’y a pas souvent de symptômes (10 %).

Les signes observés, entre autres, dans le cas d'une neurosarcoïdose (atteinte cérébrale / système nerveux), peuvent être des vertiges rotatoires, perte d'équilibre, ceci étant une des formes les plus complexes et les plus graves de la sarcoïdose. Cette atteinte n'est décrite que dans moins d'un cas sur dix[22]. Un syndrome dépressif peut se voir dans un peu moins d'un cas sur deux[16].

On peut observer une insuffisance rénale, des formations de calculs dans les urines ou une inflammation du nez et des sinus.

Dans sa forme typique, le syndrome de Löfgren associant érythème noueux, polyadénopathie et douleurs articulaires diffuses, suffit à faire poser le diagnostic sans que cela nécessite d'autres examens complémentaires.

Diagnostic[modifier | modifier le code]

Le diagnostic n'est guère évident et peut être retardé, particulièrement dans les formes uniquement pulmonaires où le délai peut dépasser six mois[23].

L'établissement du diagnostic nécessite le recueil d'éléments de plusieurs ordres :

  • cliniques : signes présentés par le patient (souvent aucun) ;
  • radiologiques, où on distingue quatre stades :
    • stade 1 : adénopathies médiastinales bilatérales et symétriques,
    • stade 2 : adénopathies médiastinales et infiltrat/micronodules interstitiels,
    • stade 3 : infiltrat/micronodules interstitiels sans adénopathies médiastinales,
    • stade 4 : fibrose ;
  • biologiques : absence de syndrome inflammatoire (sauf cas du syndrome de Löfgren), lymphopénie (diminution du nombre des lymphocytes), hypercalcémie (élévation de la concentration sérique de calcium libre), élévation de la concentration sérique de l'enzyme de conversion de l'angiotensine ;
  • histologiques : la biopsie d'un granulome est nécessaire pour poser le diagnostic, sauf s'il existe un syndrome de Löfgren qui suffit à poser le diagnostic. On cherche le granulome le plus facilement accessible (peau, glande salivaire, adénopathie, bronches) dont l’étude microscopique objective un granulome sans nécrose caséeuse. En l'absence de lésions facilement accessibles, une médiastinoscopie peut être proposée, cette dernière pouvant être remplacée par une biopsie par fibroscopie bronchique et guidage par échographie endobronchial[24]. La tomographie par émission de positons permet de détecter des atteintes non évidentes[25] et d'orienter une biopsie ;
  • le lavage broncho-alvéolaire (LBA) se caractérise par une hyperlymphocytose à lymphocytes CD4 dans les alvéoles pulmonaires (accumulation des lymphocytes dans les poumons) avec un rapport CD4/CD8 supérieur à 3,4.

Le diagnostic de la sarcoïdose est anatomo-pathologique ; on doit déceler un granulome épithélioïde et gigantocellulaire sans nécrose caséeuse sur une biopsie de l'organe atteint (biopsie d'adénopathies le plus souvent). La biopsie du granulome qui permet le diagnostic de certitude n'est indiquée que dans les formes modérées à sévères qui nécessiteront un traitement.

Examens complémentaires[modifier | modifier le code]

En cas de diagnostic de sarcoïdose, différents examens sont pratiqués pour déterminer quels sont les organes touchés par la maladie. Ces examens permettent de détecter les lésions de façon précoce et d’assurer ainsi un suivi médical adapté. On distingue deux grandes familles d’examens : les examens mettant en évidence une atteinte intra-pulmonaire et ceux mettant en évidence une atteinte extra-pulmonaire.

Les atteintes intra-pulmonaires peuvent être suspectées grâce à :

  • des épreuves fonctionnelles respiratoires (EFR) permettent d’apprécier la sévérité, le retentissement de l’atteinte pulmonaire et l'évolution. Ce test est indolore et dure une trentaine de minutes. Typiquement, on relève :
    • une spirométrie normale ou un syndrome restrictif,
    • une analyse des gaz du sang normaux, une désaturation à l'effort, parfois une hypoxémie et une hypocapnie dans les formes sévères,
    • un abaissement de la DLCO et de la DLCO rapportée au volume alvéolaire (KCO) ;
  • la fibroscopie qui permettra un lavage broncho-alvéolaire et une biopsie des lésions granulomateuses n'est indiquée que dans les formes suffisamment sévères pour justifier un traitement ;
  • la tomodensitométrie (ou scanner) est indiquée pour surveiller les formes sévères et diagnostiquer des lésions de fibrose[26]. Cet examen permet d’évaluer plus précisément l’état des poumons et de visualiser des lésions invisibles en radiographie standard.

Les atteintes extra-pulmonaires imposent un traitement urgent et efficace. Afin de les diagnostiquer, on réalise les examens suivants :

Diagnostic différentiel[modifier | modifier le code]

Le diagnostic différentiel repose[28],[29] sur deux modalités :

  1. la présentation radioclinique,
  2. la présence de lésions granulomateuses,
Avec granulome Sans granulome
Dans tous les cas Suspecter
la tuberculose
une vascularite[30],
et (plus rarement) ;
l'histoplasmose (Cf. contexte épidémiologique),
un traitement par interféron (par exemple pour hépatite C[31],[32]),
la bérylliose (exposition professionnelle en général, avec intoxication au béryllium ; tableau n° 33 des maladies professionnelles) ; La présence de béryllium dans l'organisme ou une réponse immunitaire à ce métal indiquant qu'il y a eu sensibilisation du patient, d'autant que la plupart des patients victimes de cette dernière ne savent pas qu'ils ont été en contact avec du béryllium[33]. Un test, des analyses et l'interrogation du patient sur un possible contact avec du béryllium peuvent orienter le diagnostic.
Adénopathies médiastinales primo-infection de Tuberculose (rarement) si adénopathies unilatérales, lymphomes hodgkinien ou non (surtout en cas d'adénopathies antérieures) métastases des cancers solides au stade clinique (cancer du poumon en général)
Atteinte pulmonaire Pneumopathie d'hypersensibilité (médicamenteuse ou interstitielle idiopathique ; UIP, NSIP, AIP, BOOP, DIP, LIP) Lymphangite carcinomateuse (surtout secondaire à un cancer médullaire de la thyroïde, histiocytose X, fibrose interstitielle diffuse primitive, amyloïdose pulmonaire diffuse
Atteinte extrathoracique Lèpre,
Syphilis,
Lymphogranulomatose d'inoculation, granulomatose médicamenteuse,
Maladie de Crohn,
Cancer broncho-pulmonaire,
Maladie de Whipple

Évolutions[modifier | modifier le code]

La sarcoïdose est une maladie qui disparaît dans 50 % des cas en moins de trois ans[34]. Le syndrome de Löfgren en particulier, guérit seul dans 90 % des cas. La mortalité associée à la maladie est comprise entre 0,5 % et 5 %[35]. Des complications sont possibles, mais très rares : atteinte cardiaque, méningite, fibrose respiratoire, insuffisance respiratoire chronique. L'apparition d'une hypertension artérielle pulmonaire est péjorative[36]. En dehors des cas sévères, aucun traitement n'est nécessaire (sinon, on propose une corticothérapie).

Traitement[modifier | modifier le code]

La sarcoïdose peut guérir spontanément dans la majorité des cas. Pour cela, il faut distinguer entre les deux formes de la maladie : asymptomatique et symptomatique. Dans le premier cas, il n’est pas nécessaire de suivre un traitement quelconque. Un suivi clinique et biologique pendant une durée de six mois serait largement suffisant.

Les formes symptomatiques nécessitent un traitement médicamenteux notamment dans les formes de plus mauvais pronostic.

La prise en charge de la sarcoïdose a fait l'objet de plusieurs recommandations publiées par des sociétés savantes nationales ou internationales, dont celles de l'American Thoracic Society, datant de 1999[37], et celles, datant de 2008, de la British Thoracic Society[38].

Corticothérapie[modifier | modifier le code]

Le traitement le plus utilisé est la corticothérapie (traitement par corticoïdes), que ce soit localement (corticoïdes sous forme inhalée, locale pour les uvéites antérieures ou injectable pour les uvéites postérieures) ou par voie générale.

Les indications formelles à la corticothérapie orale sont les localisations entrainant un risque vital ou fonctionnel majeur (cœur, système nerveux central, œil, muscle, hypercalcémie persistante) ou les localisations cutanées importantes (préjudice esthétique). Dans les formes seulement pulmonaires, seuls les patients symptomatiques présentant des anomalies radiologiques et fonctionnelles significatives doivent être traités d'emblée.

Le traitement corticoïde est prolongé, d'au moins 2 ans, à la dose initiale de 0,5 mg/kg/jour de prednisolone (parfois jusqu'à 1 mg/kg/jour). Les doses seront ensuite très lentement dégressives, avec de possibles rechutes lorsque les doses deviennent inférieures à 0,15 mg par jour et à l'arrêt du traitement. Dans certains traitements, la corticothérapie peut être instaurée avec en même temps le méthotrexate en injection sous-cutanée hebdomadaire ou sous forme de comprimés.

L'efficacité de la corticothérapie est plus grande si le traitement est instauré avant l'apparition de lésions irréversibles.

Alternatives à la corticothérapie[modifier | modifier le code]

  • Les antipaludéens de synthèse (surtout pour les formes exclusivement cutanées).

D'autres molécules ont été testées : le Pentoxifylline pourrait diminuer les besoins en corticoïdes[44].

Les antioxydants n'ont aucun intérêt démontré dans la prise en charge de la sarcoïdose.

Historique[modifier | modifier le code]

Jonathan Hutchinson (1828-1913) est le premier à avoir décrit la sarcoïdose en 1877[45].

Le dermatologue français Ernest Henri Besnier (1831-1909) décrivit en 1889 une lésion de la peau symétrique des extrémités.

Le dermatologue suédois Cæsar Peter Møller Boeck (1845-1917) mentionna en 1899 les lésions histologiques de la peau[46] et posa déjà alors le soupçon d’une maladie systémique. C’est pourquoi ces lésions sont appelées depuis lors comme étant la sarcoïdose de Boeck.

L’ophtalmologue danois Christian Frederick Heerfordt (1871-1953) décrit une infection fiévreuse de la conjonctive et, à cause des analyses du laboratoire, la classe comme étant due aux oreillons.

En 1924, le dermatologue suédois Jörgen Nilsen Schaumann (1879-1953) confirme la découverte de Boeck : il s’agit d’une maladie systémique de plusieurs organes. Schaumann dénomme la sarcoïdose « lymphogranulomatosis benigna », pour la distinguer du lymphome de Hodgkin.

Le Suédois Sven Halvar Löfgren (19101978) décrit en 1953 la forme aiguë, les « Trias », avec érythème noueux, arthrite et adénopathies ganglionnaires bi-hilaires.

Associations d'entraide[modifier | modifier le code]

La sarcoïdose étant déjà connue depuis plus de cent ans et concernant une partie non négligeable de la population d’âge moyen, des organisations internationales se sont constituées comme pour d’autres maladies, ainsi les personnes concernées ont pu s’organiser et créer des cercles d’entraide. Ceux-ci travaillent souvent ensemble et se sont donnés pratiquement les mêmes buts.

Un des buts principaux est l’information sur la sarcoïdose des personnes atteintes et de leur entourage. Il leur est le plus souvent très difficile de trouver des informations destinées au grand public. Vu les symptômes très variés et la nécessité de diagnostics différentiels et des connaissances relativement infimes de beaucoup de médecins en ce qui concerne cette maladie, ils doivent en être informés également d’une façon plus vaste. Un autre but est la sensibilisation du grand public pour les problèmes des malades, qui à cause de leurs symptômes diffus, sont placés dans la catégorie des « simulant ».

Aussi une meilleure qualité des soins et la prise en charge des patients atteints de sarcoïdose sont un des buts principaux des organisations. Souvent sont de même demandés une meilleure structure pour les soins et des services ambulatoires spécialisés, ainsi qu’une recherche accrue des causes et des moyens thérapeutiques et de soulagement. La sensibilisation de la sphère politique, ainsi que des responsables de la santé et du social, joue aussi un rôle primordial. Beaucoup d’organisations d’entraide pour la sarcoïdose sont actives pour promouvoir la recherche concernant cette pathologie.

Divers[modifier | modifier le code]

Robespierre aurait été atteint de cette maladie[47].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Benjamin A. Rybicki, Marcie Major, John Popovich Jr., Mary J. Maliank et Michael C. Iannuzzi, « Racial Differences in Sarcoidosis Incidence : A 5-Year Study in a Health Maintenance Organization », American Journal of Epidemiology, vol. 145, no 3,‎ février 1997, p. 234-241 (ISSN 1476-6256 et 0002-9262, PMID 9012596, résumé, lire en ligne).
  2. « La sarcoïdose » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) par le professeur B. Wallaert, université de Lille. « Présentation » du Dr I. Ghozlani.
  3. a et b (en) Lee S. Newman, Cecile S. Rose, Eddy A. Bresnitz et al., « A Case Control Etiologic Study of Sarcoidosis : Environmental and Occupational Risk Factors », American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine, vol. 170, no 12,‎ 15 décembre 2004, p. 1324-1330 (ISSN 1535-4970 et 1073-449X, PMID 15347561, DOI 10.1164/rccm.200402-249OC, résumé, lire en ligne).
  4. Perlman SE, FriedmanS, Galea S et al. Short-term and medium-term health effects of 9/11, Lancet, 2011;378:925–934
  5. (en) Benjamin A. Rybicki, Michael C. Iannuzzi, Margaret M. Frederick, Bruce W. Thompson, Milton D. Rossman, Eddy A. Bresnitz et al., « Familial Aggregation of Sarcoidosis : A Case-Control Etiologic Study of Sarcoidosis », American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine, vol. 164, no 11,‎ 1er décembre 2001, p. 2085-2091 (ISSN 1535-4970 et 1073-449X, PMID 11739139, résumé, lire en ligne).
  6. (en) A. Sverrild, V. Backer, K. O. Kyvik, J. Kaprio, N Milman et S. F. Thomsen, « Heredity in sarcoidosis : a registry-based twin study », Thorax, vol. 63, no 10,‎ octobre 2008, p. 894-896 (ISSN 1468-3296, DOI 10.1136/thx.2007.094060, résumé).
  7. (en) Michael C. Iannuzzi, « Genetics of Sarcoidosis », Seminars in Respiratory and Critical Care Medicine, New York, NY, Thieme Medical Publishers, vol. 28, no 1 « Sarcoidosis: Evolving Concepts and Controversies »,‎ février 2007, p. 15-21 (DOI 10.1055/s-2007-970330, résumé).
  8. (en) Ruta Valentonyte, Jochen Hampe et al., « Sarcoidosis is associated with a truncating splice site mutation in BTNL2 », Nature Genetics, vol. 37, no 4,‎ avril 2005, p. 357-364 (ISSN 1061-4036 et 1546-1718, DOI doi:10.1038/ng1519, résumé).
  9. Hofmann S, Franke A, Fischer A et al. Genome-wide association study identifies ANXA11 as a new susceptibility locus for sarcoidosis, Nat Genet, 2008;40:1103–1106
  10. Berlin M, Fogdell-Hahn A, Olerup O, Eklund A, Grunewald J, HLA-DR predicts the prognosis in Scandinavian patients with pulmonary sarcoidosis, Am J Respir Crit Care Med, 1997;156:1601–1605
  11. A. M. Derler, K. Eisendle, M. Baltaci, G. Obermoser et B. Zelger, « High prevalence of'Borrelia-like'organisms in skin biopsies of sarcoidosis patients from Western Austria », Journal of Cutaneous Pathology, vol. 36, no 12,‎ 2009, p. 1262–1268 (PMID 19469874, DOI 10.1111/j.1600-0560.2009.01271.x)
  12. Académie nationale de médecine, "« Piercings » et tatouages : la fréquence des complications justifie une réglementation", Bulletin de l'académie nationale de médecine, vol. 191, n° 9, 2007 ([PDF] lire en ligne)
  13. Ali SM, Gilliam AC, Brodell RT. (2008), Sarcoidosis appearing in a tattoo ; J Cutan Med Surg. jan-fév. 2008 ; 12(1):43-8.
  14. Antonovich DD, Callen JP (2005), Development of sarcoidosis in cosmetic tattoos ; Arch Dermatol. juillet 2005 ; 141(7):869-72.
  15. Hassam B, Heid E. (1992), Cutaneous sarcoid reaction in tattoo scars: four cases, two with systemic involvement ; Tunis Med. déc 1992; 70(12):587-9.
  16. a, b et c (en) Michael C. Iannuzzi et Joseph R. Fontana, « Sarcoidosis : Clinical Presentation, Immunopathogenesis, and Therapeutics », JAMA, vol. 305, no 4,‎ 26 janvier 2011, p. 391-399 (PMID 21266686, DOI 10.1001/jama.2011.10, résumé).
  17. 1.Li N, Bajoghli A, Kubba A, Bhawan J.Identification of mycobacterial DNA in cutaneous lesions of sarcoidosis. Jour Cutan Pathol. 1999 Jul;26(6):271-8.
  18. Drake WP, Pei Z, Pride DT, Collins RD, Cover TL, Blaser MJ. Molecular analysis of sarcoidosis tissues for mycobacterium species DNA. Emerg Infect Dis. 2002 Nov;8(11):1334-41. Reply
  19. (en) Zhimin Song, Lisa Marzilli, Brian M. Greenlee et al., « Mycobacterial catalase–peroxidase is a tissue antigen and target of the adaptive immune response in systemic sarcoidosis », The Journal of Experimental Medicine, vol. 201, no 5,‎ 7 mars 2005, p. 755-767 (ISSN 1540-9538 et 0022-1007, DOI 10.1084/jem.20040429, résumé, lire en ligne).
  20. (en) Adriana A. Bonfioli et Fernando Orefice, « Sarcoidosis », Seminars in Ophthalmology, vol. 20, no 3,‎ 2005, p. 177-182 (ISSN 0882-0538 et 1744-5205, DOI 10.1080/08820530500231938, résumé).
  21. (en) Davendra Mehta, Steven A. Lubitz, Zev Frankel et al., « Cardiac Involvement in Patients with Sarcoidosis : Diagnostic and Prognostic Value of Outpatient Testing », Chest, vol. 133, no 6,‎ juin 2008, p. 1426-1435 (ISSN 0012-3692 et 1931-3543, DOI 10.1378/chest.07-2784, résumé, lire en ligne).
  22. (en) Elyse E. Lower et Kenneth L. Weiss, « Neurosarcoidosis », Clinics in Chest Medicine, vol. 29, no 3 « Sarcoidosis »,‎ septembre 2008, p. 475-492 (ISSN 0272-5231, DOI 10.1016/j.ccm.2008.03.016, résumé).
  23. (en) Marc A. Judson, Bruce W. Thompson, David L. Rabin et al., « The Diagnostic Pathway to Sarcoidosis », Chest, vol. 123, no 2,‎ février 2003, p. 406-412 (ISSN 0012-3692 et 1931-3543, DOI 10.1378/chest.123.2.406, résumé, lire en ligne).
  24. Navani N, Lawrence DR, Kolvekar S et al. Endobronchial ultrasound-guided transbronchial needle aspiration prevents mediastinoscopies in the diagnosis of isolated mediastinal lymphadenopathy: a prospective trial, Am J Respir Crit Care Med, 2012;186:255–260
  25. (en) Alvin S. Teirstein, Josef Machac, Orlandino Almeida et al., « Results of 188 Whole-Body Fluorodeoxyglucose Positron Emission Tomography Scans in 137 Patients With Sarcoidosis », Chest, vol. 132, no 6,‎ décembre 2007, p. 1949-1953 (ISSN 0012-3692 et 1931-3543, DOI 10.1378/chest.07-1178, résumé, lire en ligne).
  26. Criado E, Sanchez M, Ramirez J et al. Pulmonary sarcoidosis: typical and atypical manifestations at high-resolution CT with pathologic correlation, Radiographics, 2010;30:1567–1586
  27. Schuller JL, Olson MD, Zipse MM et al. Electrocardiographic characteristics in patients with pulmonary sarcoidosis indicating cardiac involvement, J Cardiovasc Electrophysiol, 2011;22:1243–1248
  28. « Diagnostic différentiel », Sarcoïdose, sur MEDinfos (consulté en 7 août 2011).
  29. A. Taytard, G. Prévot et A. Didier, « Sarcoïdose », sur la base documentaire Respir,‎ 2 mai 2011.
  30. (en) Sandra R.M. Fernandes, Bernhard H. Singsen et Gary S. Hoffman, « Sarcoidosis and systemic vasculitis », Seminars in Arthritis and Rheumatism, vol. 30, no 1,‎ août 2000, p. 33-46 (PMID 10966211, DOI 10.1053/sarh.2000.8364, résumé).
  31. (en) Robert M. Hoffmann, Maria-Christina Jung, Reinhard Motz, Christoph Göβl, Hans-Peter Emslander, Reinhard Zachoval et Gerd R. Pape, « Sarcoidosis associated with interferon-alpha therapy for chronic hepatitis C », Journal of Hepatology, vol. 28, no 6,‎ 1998, p. 1058-1063 (ISSN 0168-8278, résumé).
  32. Patrice Cacoub, Abdellah Sbaï, Camille Francès, Catherine Génesti, Pierre Hausfater et Jean-Charles Piette, « Sarcoïdose systémique au cours d'un traitement par interféron alpha pour une hépatite chronique virale C », Gastroentérologie clinique et biologique, vol. 24, no 3,‎ mars 2000, p. 364-366 (PMID 10804348, lire en ligne).
  33. « Le béryllium, métal discret mais dangereux », Dossier web, sur INRS,‎ avril 2009.
  34. « La sarcoïdose : Maladie de Besnier-Boeck-Schaumann », Encyclopédie Orphanet Grand Public, sur Orphanet,‎ avril 2008.
  35. « Sarcoïdose », sur Orphanet.
  36. (en) A. F. Shorr, D. L. Helman, D. B. Davies et S. D. Nathan, « Pulmonary hypertension in advanced sarcoidosis : epidemiology and clinical characteristics », European Respiratory Journal, vol. 25, no 5,‎ mai 2005, p. 783-788 (ISSN 0903-1936 et 1399-3003, DOI 10.1183/09031936.05.00083404, résumé, lire en ligne).
  37. (en) « Statement on Sarcoidosis », American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine, American Thoracic Society, vol. 160, no 2,‎ août 1999, p. 736-755 (ISSN 1535-4970 et 1073-449X, PMID 10430755, lire en ligne).
  38. (en) B. Bradley, H. M. Branley, J. J. Egan, M. S. Greaves, D. M. Hansell, N. K. Harrison et al., « Interstitial lung disease guideline : the British Thoracic Society in collaboration with the Thoracic Society of Australia and New Zealand and the Irish Thoracic Society », Thorax, vol. 63, no Suppl. 5,‎ septembre 2008, v1-v58 (ISSN 1468-3296, DOI 10.1136/thx.2008.101691, résumé).
  39. (en) R. P. Baughman, D. B. Winget et E. E. Lower, « Methotrexate is steroid sparing in acute sarcoidosis : results of a double blind, randomized trial », Sarcoidosis, vasculitis, and diffuse lung diseases, vol. 17, no 1,‎ mars 2000, p. 60-66 (PMID 10746262).
  40. (en) Christoph P. Wyser, Emmerentia M. van Schalkwyk, Berthold Alheit, Philip G. Bardin et James R. Joubert, « Treatment of Progressive Pulmonary Sarcoidosis with Cyclosporin A : A Randomized Controlled Trial », American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine, vol. 156, no 5,‎ novembre 1997, p. 1371-1376 (ISSN 1535-4970 et 1073-449X, PMID 9372647, résumé, lire en ligne).
  41. (en) R. P. Baughman, E. .E Lower et M. Drent, « Inhibitors of Tumor Necrosis Factor (TNF) in sarcoidosis : Who, What, and How to use them », Sarcoidosis, vasculitis, and diffuse lung diseases, vol. 25,‎ 2008, p. 76-89 (PMID 19382527, lire en ligne).
  42. (en) James P. Utz, Andrew H. Limper, Sanjay Kalra et al., « Etanercept for the Treatment of Stage II and III Progressive Pulmonary Sarcoidosis », Chest, vol. 124, no 1,‎ juillet 2003, p. 177-185 (ISSN 0012-3692 et 1931-3543, DOI 10.1378/chest.124.1.177, résumé, lire en ligne).
  43. (en) Robert P. Baughman, Marjolein Drent, Mani Kavuru et al., « Infliximab Therapy in Patients with Chronic Sarcoidosis and Pulmonary Involvement », American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine, vol. 174, no 7,‎ 1er octobre 2006, p. 795-802 (ISSN 1535-4970 et 1073-449X, PMID 16840744, DOI 10.1164/rccm.200603-402OC, résumé, lire en ligne).
  44. (en) M. K. Park, J. R. Fontana Jr, H. Babaali et al., « Steroid-Sparing effects of pentoxifylline in pulmonary sarcoidosis », Sarcoidosis, vasculitis and diffuse lung diseases, vol. 26, no 2,‎ juillet 2009, p. 121-131 (PMCID PMC2946799, résumé, lire en ligne).
  45. (en) Sir Jonathan Hutchinson, « Anomalous diseases of skin and fingers : case of livid papillary psoriasis? », dans Illustrations of clinical surgery, London, J. & A. Churchill,‎ 1877 (OCLC 11026298), p. 42-43.
  46. (en) C. Boeck, « Multiple benign sarcoid of the skin », J Cutan Genitourin Did,‎ 1899, p. 17543–17550.
  47. Charliera P, Froesch P, Robespierre: the oldest case of sarcoidosis?, Lancet, 2014;382:2068

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]