Lymphocyte T cytotoxique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un lymphocyte T cytotoxique (ou cellule TC) est un lymphocyte T (un type de leucocyte) qui présente à sa surface des récepteurs pouvant se lier à des complexes formés par un peptide présenté par une molécule CMH de classe I.

Ce lymphocyte est capable d'éliminer une cellule cible, comme les cellules infectées (par des virus notamment), les cellules cancéreuses ou les cellules provenant d'allogreffes : il s'agit de cellules présentant un élément du non-soi. Les lymphocytes T cytotoxiques jouent donc un rôle essentiel dans la réponse immunitaire.

Une fois activées par un complexe CMH-antigène, les lymphocytes T cytotoxiques libèrent la perforine, une protéine qui produit des pores dans la membrane plasmique des cellules cibles et provoque leur lyse. Les lymphocytes T cytotoxiques libèrent également le granzyme, une protéase à sérine, capable de pénétrer dans la cible par les pores occasionnés par la perforine et induire une apoptose (mort cellulaire).

Comme les autres lymphocytes T, une fois que les lymphocytes T cytotoxiques ont fini leur action, certains meurent par apoptose tandis que d'autres deviennent des lymphocytes T à mémoire.

La surface de la plupart des lymphocytes T cytotoxiques possède la protéine CD8, qui est attirée vers des portions de la molécule CMH de classe I. Cette affinité entraîne une liaison étroite entre la cellule T cytotoxique et sa cellule cible lors de l'activation spécifique à l'antigène. L'association d'une cellule T cytotoxique avec une protéine de surface CD8 est appelée lymphocyte T CD8+.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]