Gestes et opinions du docteur Faustroll, pataphysicien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Gestes et opinions du docteur Faustroll, pataphysicien[1] est un ouvrage romanesque d'Alfred Jarry achevé en 1898 et édité pour la première fois en 1911 chez Fasquelle. On y suit les pérégrinations à travers Paris du Docteur Faustroll, pataphysicien, de son domestique Bosse-de-Nage, cynocéphale papion (babouin), et de l'huissier de justice René-Isidore Panmuphle, venu saisir les biens de Faustroll. C'est la Bible du Collège de Pataphysique, qui y a consacré de nombreuses exégèses.

Présentation[modifier | modifier le code]

Les Gestes et opinions du docteur Faustroll, pataphysicien sont divisés en huit « livres » et quarante-et-un chapitres, suivis d'une table. Sur son manuscrit, après le mot « Fin », Alfred Jarry a noté : « Ce livre ne sera publié intégralement que quand l'auteur aura acquis assez d'expérience pour en savourer toutes les beautés ».

  1. Procédure
  2. Éléments de pataphysique
  3. De Paris à Paris par mer, ou le Robinson belge
  4. Céphalorgie
  5. Officiellement
  6. Chez Lucullus
  7. Khurmookum
  8. Éthernité

De la surface de Dieu[modifier | modifier le code]

Représentation graphique utilisée par le docteur Faustroll pour calculer la surface de Dieu.

Le dernier chapitre (Livre VIII, chapitre XLI) est consacré au calcul de la « surface de Dieu », et à sa démonstration, d'une rigueur d'écriture délirante et réjouissante[2], mêlant une vision du Christ[3], le théorème de Pythagore et le respect du dogme de la sainte trinité dans une symbolique mathématique et mystique. Faustroll y conclut que « DIEU EST LE POINT TANGENT DE ZÉRO ET DE L’INFINI. », et donc que « La Pataphysique est la science. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sous-titré « roman néo-scientifique ».
  2. À la même époque, Georg Cantor pose les premiers éléments mathématiques solides sur les infinis. On ne peut que songer à ce qu'il aurait pensé d'un tel raisonnement, où les infinis s'annulent comme de vulgaires entiers naturels...
  3. Le Christ en croix, décrit par la nonne mystique Anne-Catherine Emmerich (1774-1824), « qui vit la croix (que nous considèrerons comme symbole du Verbe de Dieu) en forme d'Y ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Alfed Jarry, Gestes et opinions du Docteur Faustroll, Éditions de la Différence, 2010. (ISBN 978-2-7291-1913-3)

Articles connexes[modifier | modifier le code]